Vis ma vie
de nomade

50+ ressources et réflexions sur la vie nomade

Publié le • Dernière mise à jour:
La vie nomade vous rend curieux? Vous aimeriez devenir un « nomade digital », ou alors vous êtes en plein dedans et aimeriez comparer nos expériences? Cette page regroupe toutes mes ressources et réflexions sur ce style de vie alternatif. Bonne lecture!

Hypersensible, hyper-curieuse, mais aussi hyper-blessée, je n’avais pas trouvé d’autre moyen de survie que de prendre mes jambes à mon cou: l’herbe pourrait-elle être plus verte ailleurs? (suspense, suspense, elle ne l’est pas). En 2008, je faisais donc le pari de devenir une nomade moderne, bougeant au gré des émotions, des rencontres, des opportunités et des durées de visas.

Être nomade, c’est être en mouvement constant. L’imagination doit suivre. Les révolutions personnelles sont mes sujets favoris. Grandir, grandir et toujours courir.

Liens rapides

À la recherche de réponses rapides sur ce qu’est la vie nomade? Consultez le guide Devenir nomade et la FAQ Nomade, régulièrement mise à jour. Pour tous les articles pratiques (bagages, hébergements, déplacements, santé, etc.), rendez-vous dans la Boîte à Outils. Pour en savoir plus sur votre auteure et ses projets, passez par la page Le Projet. Vous avez envie d’échanger avec une communauté de nomades de tous niveaux? Découvrez le groupe Facebook Nomade, comme moi!

La vie nomade • Sommaire

  1. Pourquoi devenir nomade?
  2. Le voyage, source de croissance personnelle
  3. Chocs culturels et déboires en voyage
  4. Réflexions sur le mouvement, mais aussi sur la fuite
  5. Être citoyen du monde et/ou biculturel
  6. Travail: devenir un nomade digital
  7. Se préparer à un long voyage: réflexions d’avant la vie nomade
  8. Comment a démarré ma vie nomade (une histoire un peu triste)
  9. Bilans et comptes-rendus de mes 10 années de vie nomade
Les castellers, pyramides humaines de CatalogneCe que la pauvreté m'a apprisQue faire et voir à Bangkok? Guide de séjour par quartier

Pourquoi devenir nomade?

En 2008 j’ai décidé de devenir nomade: j’ai vendu la plupart de ce que je possédais, réglé mes contrats, fait quelques économies et ouvert ce blog voyage pour documenter mon changement de vie. En 2010, j’ai jeté un sac à dos de 14kg sur mon dos, mis dans ma poche les 3000€ économisés et sauté dans un avion (un aller sans retour) vers l’Asie.

À 26 ans, je n’avais jamais voyagé seule et je m’apprêtais à vivre mon tout premier vol long-courrier, direction Colombo. Honnêtement, j’étais aussi terrifiée qu’enthousiaste. Je considérais largement la possibilité que je puisse revenir en chialant (comme l’ont suggéré quelques personnes de mon entourage) après quelques semaines. Mais j’ai continué et ça fait huit ans au moment où j’écris ces lignes. J’alterne entre périodes de voyage intense et une base qui change au fil des années. La plus longue a été d’un an et demi, jusqu’ici!

Mes objectifs pour la vie nomade

  • Découvrir d’autres manières d’appréhender la vie, m’en inspirer, me rendre meilleure et faire passer à qui le veut bien
  • Minimalisme: posséder moins et de manière plus intelligente, avoir l’esprit plus libre, apprendre à apprécier le silence, la solitude, l’ennui et ne jamais rien prendre pour acquis
  • M’inspirer artistiquement, à travers les styles distincts d’ici et là
  • Voir le monde, me remplir les yeux et la tête de la beauté des lieux, de la bonté des hommes et du goût de la vie

La vie nomade? Ce n’est pas pour tout le monde!

Pour bien comprendre qu’il s’agit d’un choix de vie avec ses hauts et ses bas, lisez Démystification de la vie nomade et Démystification de la vie nomade bis (quelques années plus tard)

Vie Nomade, un projet de viePlage Jandia, Costa CalmaRelâcher les tortues marines en ThaïlandeGuide de Phang Nga, en Thaïlande

Voyage et croissance personnelle

Le voyage, ça a toujours été ma passion, d’autant que je me souvienne. Il m’a été thérapeutique, il m’a confronté à d’autres réalités. Avec ses situations délicates, avec les rencontres et les séparations, avec les moments de solitude et de réflexion, le voyage m’a mis bien en face de moi-même. Cela dit, le voyage ne remplacera jamais un bon psy (j’ai testé!), ni votre extrême passion pour la décoration intérieure ;) Mais si vous êtes comme moi, vous y trouverez certainement mille leviers pour avancer: le voyage est à mes yeux le parfait bac à sable pour vous donner confiance, et apprendre à faire confiance à l’autre.

Choc culturels et déboires de voyages

Vous vous en doutiez, le voyage n’est pas toujours tout rose. Et le voyage au très long terme peut amener à une curieuse perte d’identité, de racines, de connexion au monde. Le voyage peut nous dépasser… Dans ces quelques articles, retrouvez mes remises en question au fil des années.

Barcelone, près d'Arc de TriomfArles, France

De mouvement et de fuite

Il est bon, avant d’entamer un long voyage ou une vie nomade, de se demander pourquoi l’on a fait ce choix. L’élément de fuite y sera certainement présent, de manière plus ou moins discrète: ce n’est pas un drame à mes yeux, mais gardez-le bien en tête. Revenez-y, posez-vous des questions. Continuez votre beau chemin, mais en gardant les yeux bien ouverts sur vos choix. Pendant des années, je lançais des « Oui, je fuis, et alors? Pourquoi je ne fuirais pas une situation qui ne me convient pas? ». Aujourd’hui, je fais moins la maline, mais je voyage toujours ;)

Être un citoyen du monde et réflexions sur la bi-culturalité

De naissance italienne, grandie en territoire suisse, parachutée à gauche et à droite entre les deux pays, j’ai été rapidement confrontée, avant même de voyager, à de nombreuses questions sur mon identité. Le voyage a ajouté une couche de complexité à la question. Cette rubrique s’adresse principalement à ceux qui, comme moi, se sentent de moins en moins appartenir à une nation.

Digital nomad, ou ces métiers qui font voyager

Cette rubrique mériterait du travail (!) puisque le thème est celui sur lequel vous me posez le plus de questions. La plupart de ces articles sont un peu vieillots et je m’en excuse, mais vous y trouverez certainement un peu d’inspiration.

Découvrir Paris... avec les mouettes!Travailler tout en voyageantCorinne Stoppelli, nomade digitaleAirbnb aux Îles Canaries

Se préparer à un long voyage: avant la vie nomade

J’ai regroupé ici tous mes questionnements et réflexions d’avant la vie nomade, soit tout ce que j’ai écrit durant les deux années qu’il m’a fallu pour m’y préparer mentalement. Ce sont les articles les plus anciens du blog, et, si vous en êtes à vos débuts dans la vie nomade, je serais très très curieuse de savoir si vous partagez mes sentiments d’alors. N’hésitez pas à lancer la conversation dans les commentaires!

Devenir nomade, le guideBurn out et dépression en voyageMeilleur bagage pour la vie nomade et les longs voyagesHôtel et lac Sacacomie

Comment a commencé ma vie nomade

Au fil de toutes ces années de vie nomade, j’ai écrit un bon nombre de fois sur les raisons et la situation qui m’ont poussé à prendre cet envol. Je vous raconte ci-dessous, mais en saurez aussi plus sur L’oiseau sans pattes et La décision d’une vie.

Un passé un peu trop lourd, un entourage qui ne me correspondait pas ou qui m’en demandait trop, une société dans laquelle je ne me sentais jamais vraiment à ma place, un ennui profond (toujours les mêmes mélodrames, toujours les mêmes regards accusateurs, toujours les mêmes souvenirs moroses). Je me sentais inapte à la vie, handicapée. Incapable.

Il y a huit ans, lors d’un trajet en bus anodin dans ma ville, j’ai eu l’impression que le ciel se décrochait: j’avais touché le fond. Je ne savais plus quelle était la vraie réalité. Ce que je vois? Ce qu’ils voient? Ce qu’on veut bien que l’on voie? Toutes ces couleurs dans mon esprit, tout cet enthousiasme, toute cette énergie qui brûlaient en moi avaient été réduits à néant car je n’avais aucune idée de leur potentiel. Personne ne m’en a jamais parlé. Personne ne m’a jamais expliqué qu’on avait le droit de voir et de faire les choses différemment. Un seul message transpirait de ces 25 années d’existence: faire semblant de se conformer, s’intégrer dans la normalité. Endormir à grands coups les rêves naïfs et les folies de grandeur. Grandir.

Et puis il y a eu ce petit bus, qui enjambait tous les ponts de la vieille ville de Fribourg, traversant littéralement les âges. Je l’empruntais tous les jours mais je ne l’avais jamais regardé ainsi. C’était comme un coup de foudre. Une perspective nouvelle s’est ouverte, immense, accompagnée d’un ouragan de possibilités. J’ai été complètement déstabilisée.

Après un mois de turbinage émotionnel, le constat était le suivant: je ne sais plus qui est vraiment moi, car j’ai été trop moulée par mes expériences immobiles. Celle que voient les autres, ce n’est pas moi. C’est celle qu’ils veulent bien voir. Je voulais me détacher de ça, aller chercher d’autres regards, peut-être pour trouver le mien. Je pensais avoir trouvé une solution, et j’allais m’y jeter à corps perdu car j’en étais complètement convaincue. Je voulais prouver au monde qu’il n’y a pas besoin de se conformer, je voulais le crier sur les toits. J’ouvrirais la petite porte qui mène à cet arrêt de bus magique qui aurait très bien pu être un sourire, un ciel bleu, le toit d’un immeuble, une tomate verte. Je me donnais 2 ans pour tout chambouler dans ma vie et partir avec un billet d’aller sans retour.

– Tu reviendras dans un mois. Tu ne tiendras pas le coup. Ce n’est pas pour toi. Reviens à la raison. Tu te feras du mal. Tu es trop fragile.
– Salut, ça faisait longtemps! Oui, plus de dix ans maintenant. Plus de dix ans que j’ai tout vendu, que je vis de voyage, que je fais des bonds de géant.

Plus de huit ans que j’accumule les plus belles rencontres de ma vie, les plus belles leçons. Tout ça grâce à la différence, grâce au mouvement. Je suis devenue une personne sûre d’elle, positive. J’utilise toutes les couleurs qui dormaient dans ma p’tite tête pour donner vie à des histoires et des images. Je n’ai plus peur d’être seule, je n’ai plus peur de disparaître. Je n’ai peur que d’être forcée un jour, de devoir retourner dans le carcan d’une vie qui ne me ressemble pas.

Bilan: la vie nomade en 2016Une randonnée dans la neige, à Gryon, SuisseVoyager en SuisseSuisse

Les bilans

Un état des lieux… Lui aussi en changement constant!

  1. 20 jours après le départ (en Chine, complètement dépassée, la fille)
  2. 2 mois de vie nomade (au calme, à Chiang Mai)
  3. 5 mois de vie nomade (toujours à Chiang Mai, , la prise de conscience d’avoir réalisé mon rêve)
  4. 6 mois de vie nomade (toujours à Chiang Mai, oui, j’ai pris racine)
  5. 8 mois de vie nomade (un compte-rendu un peu plus terre à terre… mais encouragant!)
  6. 2013 en résumé (l’année d’un premier retour en Europe après deux ans en Asie… catastrophique)
  7. 3 ans de vie nomade, en résumé
  8. 2014 en résumé (la vie nomade en Europe)
  9. 6 ans de vie nomade
  10. 2016 en résumé 
  11. 2017 en résumé
  12. 7 ans de vie nomade (devoir revenir, pour apprécier?)
  13. 2018 en résumé
  14. 8 ans de vie nomade (et les 10 ans du blog… Ou ce que la faim m’a appris)
Cet article vous a plu ou vous a servi?

Par Corinne Stoppelli

Je suis Corinne, un petit oiseau libre. Sans domicile fixe depuis 2010, je sillonne la planète à la recherche d'inspiration et de points de vue différents. Sur Vie Nomade, je partage mon regard sur le monde, le temps et le changement, d'une plume sincère et d'un objectif curieux et ouvert. En savoir plus?

Partagez cet article avec un ami