L'après de
la vie nomade

Je suis autiste mais je ne l’ai pas toujours su: un voyage à la recherche de mon identité et de ma culture

Portrait de Corinne

Publié le • Dernière mise à jour:

« Que fuis-tu? » me demandent-ils. Je ne fuis pas, je cherche. Je cherche en dehors du système, des institutions, de notre société ultra-normée. Puisqu’ici je n’existe pas, je vais voir ailleurs si j’y suis. Je me jette à coeur perdu dans ce qui me passionne le plus en me disant que, peut-être, je trouverai d’autres gens comme moi.

Continuer la lecture

2020: Une année sans vie nomade… et un choc culturel inversé

bilan vie nomade 2020

Publié le • Dernière mise à jour:

Quelle année curieuse, aussi intense qu’une année de course folle autour du monde. Pour moi, 2020 est l’histoire d’un choc culturel inversé mais aussi de nouveaux projets créatifs.

Continuer la lecture

Bilan de la vie nomade en 2018: ralentir pour respirer

Bilan de la vie nomade en 2018

Publié le • Dernière mise à jour:

2018 a été la bête curieuse de ces huit années de vie nomade. Elle avait la vocation d’être absolument artistique mais elle s’est mutée en une étape de transition massive, effrayante, essoufflante. Claquer des doigts, dans mon univers, ça n’existe pas!

Continuer la lecture

Ce que la faim m’a appris

Ce que la pauvreté m'a appris

Publié le • Dernière mise à jour:

Je me souviens de la faim. De la douleur. De la solitude. De la rage qui t’habite quand tu ne vois plus rien d’autre que l’injustice. Et je ne sais pas ce qui m’a permis de survivre. Je ne sais pas ce qui permet à certains, comme moi, comme nous, de continuer. Pour moi, c’était partir ou mourir.

Continuer la lecture

À la recherche du temps perdu, à Malaga

Récit À la recherche du temps perdu, à Malaga

Publié le • Dernière mise à jour:

J’avais décidé de prendre la route pour plein de raisons, dont celle-ci: combler ma soif de voir, d’apprendre et de comprendre, répondre à mes obsessions et, accessoirement, apprendre à leur dire « non » très gentiment. Très gentiment, c’est important. Parce que lorsqu’on se rend maître de sa vie, on tend assez naturellement à se tyranniser. Pourtant, c’est souvent la raison même qui nous a poussé à tout changer, qui nous a inspiré le désir de faire mieux, pour soi-même avant tout, pour devenir une personne plus belle, pour les autres aussi, pour partager quelque chose de plus grand, pour s’ouvrir des portes, pour en ouvrir à ceux qu’on aime.

Continuer la lecture

Cette douleur qui te suit, où que tu ailles

Récit Le courage de s'affronter

Publié le • Dernière mise à jour:

Je t’ai cherché dans le monde entier. J’ai tourné la planète et remué chaque pierre sur les sentiers. Je pensais que tu étais quelqu’un d’autre, une pièce manquante.

Continuer la lecture

Tour noir. Tout blanc.

Récit Revenir à Berlin

Publié le • Dernière mise à jour:

Au moment de quitter à contrecoeur cette Berlin qui s’est enfilée au plus profond de moi, l’heure est aux remises en questions. Parce que mes émotions déboulent avec un temps de pause, comme si elles étaient trop intenses pour m’éclater à la face dans l’immédiat (pourraient-elle me tuer?) j’ai l’habitude me retrouver face à une belle tapisserie d’incongruités en last minute. C’est l’éternel trac de monter sur scène alors qu’on l’a fait toute sa vie, c’est le « Merde je fais quoi maintenant? » quand on a raté un vol et qu’on n’a pas de plan B.

Continuer la lecture

L’éducation berlinoise

Récit L'éducation berlinoise

Publié le • Dernière mise à jour:

Je vous écris de l’un des nombreux cafés enfumés de Berlin. Je ne sais pas par quel miracle j’ai réussi à y trouver une petite table rien que pour moi. La musique jazzy en arrière-plan est recouverte par les discussions, les rires et les tapotements des doigts sur les innombrables claviers. Les serveurs oeuvrent en silence, c’est un autre jour dans leur quotidien.

Continuer la lecture

À Berlin comme en l’an vingt: mes soirées chauffées au poêle et au jazz

Vivre à Berlin, en Allemagne

Publié le • Dernière mise à jour:

Je vis au rythme du petit marché de Maybachufer, le long de la rivière qui sépare Neukölln de Kreuzberg; au rythme du poêle de faïence qu’il faut préparer tous les soirs, un rituel agréable qui me garde connectée aux essentiels de la vie.

Continuer la lecture