Les États-Unis

En 2012, mon ex-prince décidait de quitter son Hong Kong natale pour faire des études de cinéma à Los Angeles. J’ai donc décidé d’aller lui rendre visite et y ai élu domicile durant quatre mois. La fin de notre histoire a été des plus tumultueuses et je me suis donc enfuie à travers les Etats-Unis, empruntant les moyens du bord, disons, c’est-à-dire la route et les rails (et parfois, un petit avion pour la forme).

Je relève de mon séjour aux Etats-Unis une grande surprise: ce pays m’a ouvert l’esprit, m’a donné les ailes, m’a donné une force incroyable. Le rêve américain? Il y a quelque chose de vrai. On est l’inconnu partout, on se perd dans le vaste, on tombe sur des opportunités où que l’on aille.

American Drifters: à travers les USA, par tous les moyens

Les Etats-Unis ont avant tout été pour moi une source de douleur. L’errance et l’amour, mes deux violons d’Ingres, m’y ont fait faire des bonds de géant vers le bas. Je pensais avoir entraperçu toute la misère du monde au Sri Lanka lors de mes premiers pas en Asie en 2010 (quelle naïveté!) mais force a été de constater qu’il y a certaines peines et solitudes qui, sur le béton bien taillé et organisé, peuvent tracer des ombres encore plus effroyables dans nos coeurs.

Lorsque j’ai enfin trouvé le courage de m’enfuir de Los Angeles, où j’avais passé quatre mois dans une relation extrêmement destructrice, j’ai décidé de tracer autant de kilomètres que je pouvais avec le peu de sous qu’il me restait.
J’allais tout manger des yeux. J’allais poser mon cul sur les sièges les plus inconfortables de tous les transports américains et de tous les états possibles. C’est ma façon à moi de me foutre des claques, de faire du long distance dans l’inconnu. C’est ma drogue à moi de me retrouver en mouvement, de ne pas savoir où je vais, mais d’y aller quand même. À chaque fois, je me dis que si je dois en mourir au moins j’aurais vu un quelque chose de grandiose en plus. Et aux Etats-Unis, en l’occurrence, j’en ai vu de toute les couleurs.

Le voyage a commencé sur un ton très léger et amical, en bonne compagnie entre deux traites de bus à travers la Californie, le Nevada et l’Utah. Et puis je me suis retrouvée seule dans mon moteur de choix: LE train, le California Zephyr, qui m’a fait traverser tout le Colorado. C’est là que j’ai eu l’opportunité de rencontrer les autres errants, ceux que j’appelle les American Drifters dans mes petits récits.

Au final, l’Amérique m’a ouvert grand les yeux, m’a mis face à tout ce que je ne voulais pas savoir. Elle m’a ouvert grand les bras et m’a livré toute sa douleur en pleine confiance. Mais c’était un peu trop pour mes épaules. L’onde de choc m’a déstabilisé et je suis tombée. Aujourd’hui je sais que cette chute était nécessaire pour me permettre de retrouver la force qui me hisse au-dessus des nuages. Ce voyage transcontinental, à tout prix et par tous les moyens, a été ma thérapie, ma source d’espoir, mon échelon de croissance. Et je me surprends parfois à vouloir être née là-bas, où les frontières semblent un peu plus lointaines, hors de vue.

Traverser les Etats-Unis en Greyhound

À travers les USA en Greyhound

On a tiré une grosse grimace, éclaté d'un rire franc ou encore roulé des yeux. Traverser les Etats-Unis en Greyhound, ...
Lire La Suite…
Découvrir Las Vegas et mange au Heart Attack Grill

Las Vegas (et un repas suicidaire)

Une balade à travers l'impressionnante Las Vegas, haute en couleurs, mais surtout en lumières en toc... suivie d'un repas suicidaire ...
Lire La Suite…
Salt Lake City

American Drifters: À Salt Lake City, Jo a les yeux bleus

Je suis étonnée parce qu'à première vue, elle n'a pas l'air d'être une errante. Elle est de silhouette fine, habillée ...
Lire La Suite…
California Zephyr: une histoire de train aux Etats-Unis

American Drifters: ceux qui attendent le train (avant l’embarquement sur le California Zephyr)

Adama n'est pas seulement un musicien, c'est aussi un vétéran de guerre. Il en a vu des belles, des dont ...
Lire La Suite…
Prendre le train aux Etats-Unis: le Californa Zephyr

À bord du California Zephyr, avec ma famille d’errants

Au milieu de tous ces voyageurs, en route vers quelque part, pour qui le train n'est finalement qu'un moyen de ...
Lire La Suite…
Portrait américain: le tatoueur maudit

American Drifters: le tatoueur maudit

Le travail d'Arnold est maudit. À chaque fois qu'il s'y remet, quelqu'un lui veut du mal, sabote son encre. Et ...
Lire La Suite…
De Denver à Boston, en avion

Denver – Boston: une histoire de turbulences

L'aéroport de Denver est vraiment nul. Il n'y a pas un rat. J'attache mon écharpe à mon cou et à ...
Lire La Suite…
Un Noël au Vermont, Etats-Unis

Un Noël au coeur du Vermont, dans une famille américaine

Montpelier, malgré son statut de capitale du Vermont, est une toute petite ville - que l'on n'oserait appeler village - ...
Lire La Suite…

Carnets de voyage, pensées et photographies des Etats-Unis

Découvrir Santa Monica, Los Angeles

Regards sur Los Angeles et ses quartiers: Downtown, Santa Monica et Venice

À Los Angeles, de nuit, toutes sortes d'oiseaux bizarres, un peu détraqués, se réveillent, sortent péniblement des ombres, commencent à ...
Lire La Suite…
Découvrir New York

NY-cliché(s): Regards sur New York

NY-cliché. Les buildings qui vous dépassent, les filets de fumée qui sortent d'on ne sait où, le flux de taxis ...
Lire La Suite…
Amour en voyage: coincée!

Coincée par amour: ou comment j’ai suivi mon amoureux à l’autre bout de la planète… et je suis repartie

Il suffit de faire ce que l'on aime pour multiplier ses chances de rencontrer ceux qui, eux aussi, font ce ...
Lire La Suite…
Cet article vous a plu ou vous a servi?
Offrir un café à Corinne sur Ko-fi

La newsletter nomade

Inspiration voyage et exlusivités abonnés
100% naturel et sans spam!