Vie Nomade • Le blog voyage et culture, depuis 2008À proposPresseProContact
Escales
Gourmandes
Corinne

Petit Guide de Survie Gastronomique à Taïwan

À Taïwan, vous pouvez manger du serpent à toutes les sauces. Et du tofu puant, et des oeufs de cent ans. D’ailleurs moi, je trouve ça pas mal.

Mais pour ceux qui rechigneraient (pas trop quand même, j’espère? un peu d’aventure que diable) ou qui seraient simplement à la recherche de nourriture plus ou moins normale, délicieuse, traditionnelle, étrangère, belle à voir, à sentir, bref, à se fourrer dans la panse: voilà de quoi faire.

Alors, qu’est-ce qu’il se passe, niveau bouffe, à Taipei? Ouf! Tellement de choses. Je vous présente avec délices le premier chapitre de mon Petit Guide de Survie Gastronomique à Taïwan.

À lire aussi: Guide du séjour parfait à Taipei

Petit-déjeuner traditionnel VS dîner traditionnel

Dans cette première partie, je vais couvrir les principales différences entre le petit-déjeuner et le dîner traditionnels (majeures, je vous l’assure).

Du serpent!

La moitié des restaurants traditionnels taïwanais sont ouverts le soir et l’autre moitié le matin. Mais ça n’a pas de sens! me direz-vous. Et bien à Taïwan on est malin (et surtout, on a de la place). Parce que:

  • Les plats que les Taïwanais ont l’habitude de consommer sont totalement différents le matin que le soir (et la variété est plutôt coquette!)
  • Les habitudes qui accompagnent le repas le matin et le soir sont logiquement différentes. Par exemple, le Taïwanais moyen consommera bières et cigarettes le soir, alors qu’il s’offrira un jus d’orange bien frais et la lecture des nouvelles au matin.

Alors, en tant que restaurateur sensé, on se dit qu’on va se spécialiser dans l’un ou l’autre.  Le résultat, c’est que qu’on a les restaurants à lait de soja (dou-jian) pour le petit-déjeuner, et les restaurants à petits plats (re chao) pour le dîner.

Le paradoxe dans l’histoire, c’est qu’une partie des restaurants à petit-déjeuner ouvre déjà le soir (vers 20h00), et reste ouverte jusqu’au matin du lendemain. L’idée étant que tous les lève-tôt (et par la même, les couche-tard, vous m’avez bien suivi) puissent trouver quelque chose de décent à se mettre sous la dent.

En résumé, à Taïwan, on aime manger – et si ce n’est pas par-dessus tout, on n’en est pas loin. Pour y avoir vécu pendant une demi-année, je peux vous garantir que vous aussi, une fois les bonnes ficelles acquises, ne pourrez plus que difficilement vous passer de tous ces petits snacks affolants à toute heure.

Le petit-déjeuner traditionnel

Quelques plats parmi les plus fréquemment dévorés (et fortement approuvés par moi):

Les suey jiao (ou dumplings, en anglais)

  • Omelettes taïwanaises (en mandarin: dan bing), des omelettes à l’intérieur d’une crêpe, à choix nature, au thon, au bacon, au fromage, au jambon et à d’autres choses.
  • Pâté de navet (en anglais: radish patty ou radish cake), un pâté frit et légèrement épicé, avec parfois de petites crevettes ou oignons.
  • Les raviolis chinois vapeur (en mandarin: suey jiao, ou xiaolongbao) avec sauce soja, vinaigre de riz et gingembre
  • Le pain chinois vapeur (en mandarin: mantou) un pain exclusivement de mie, très souple et dense, nature, au taro, au sucre de canne, aux petits oignons, etc.
  • Sandwich à l’omelette (en mandarin: dan bao), un pain vapeur (cf. mantou au-dessus) avec une omelette et de petits oignons à l’intérieur
  • Des pancakes à la ciboulette (en anglais: chive pocket), ou fourrés au pâté de viande.
  • Différentes versions de lait de soja, de lait de riz, de soupes de soja…

Le dîner traditionnel (re chao)

Ce sont en général des restaurants ouverts sur la rue, au service un peu négligeant (parce que pas le temps de chichis, ils sont toujours bondés) avec des tables parfois à ras le sol (oubliez la jupette et les talons haut).

Le main gauche ou la droite?

Les plats sont considérés peu chers et délicieux par les locaux (en gros, le meilleur rapport qualité/prix).
L’astuce rentabilité, c’est qu’il vous servent de la bière à flots (pas chère). Vous n’êtes pas obligés d’en consommer, bien entendu, mais c’est la tendance locale. Vous verrez bon nombre de beer girls dans ces re chaos, qui vous proposeront des promotions sur la quantité.
Un bon nombre de ces restaurants sont malheureusement (ou heureusement, selon le point de vue) encore fumeurs.

L’habitude (logique) veut qu’on se rende au re chao en grand nombre. Logique parce que, plus on est de fous, plus on peut commander de plats différents. Je pense qu’une image expliquera mieux que trop de mots:

Bien entendu, vous pouvez y aller à deux. Voire même tout seul, mais vous risquez de vous déprimer. Mon conseil: trouvez un groupe de gens (si vous ne savez pas trop où les chercher, essayez les forums de Couchsurfing).

La barrière linguistique…

Re chao 69, Taipei

Je vous souhaite bonne chance pour commander dans ces deux types de restaurants, car la plupart ne disposent que de menus en chinois! Mais vous pouvez…

  1. Vous faire un(e) ami(e) taïwanais au hasard
  2. Tenter le coup, certains parlent en anglais… certains ont des menus en anglais.
  3. Demander l’aide d’un Couchsurfer
  4. Commander au hasard… Si vous n’avez pas trop peur des intestins, foies, coeurs et autres parties d’animaux parfois peu plebiscitées

Les techniques 1. et 4. vous permettront d’obtenir toute mon approbation.

Par Corinne Stoppelli

Je suis Corinne, un petit oiseau libre. Sans domicile fixe depuis 2010, je sillonne la planète à la recherche d'inspiration et de points de vue différents. Sur Vie Nomade, je partage mon regard sur le monde, le temps et le changement, d'une plume sincère et d'un objectif curieux et ouvert. En savoir plus?

Rédiger un commentaire?

(13 commentaires)

  1. Zhen hao chi, un des rares souvenirs de mon initiation au chinois ! Ce concept pti déj VS dîner, je l’avais aussi retrouvé au Vietnam. C’est comme cela que je m’étais retrouvée avec un bol de soupe d’escargot à 8h du matin !
    Sinon, j’ai frôlé la crise de foie à Singapour tant j’ai enchaîné les plats et les goodies du Nouvel An Chinois !

    • Yum :D Oui, c’est vrai qu’il y avait ça aussi au Vietnam. Moi j’avais passé le Nouvel An Chinois au Vietnam justement, et OMG! Ils rigolent pas non plus là-bas!

  2. _numericnomade

    Très bon cet article!

    Je suis à Taiwan depuis une dizaine de jours et grace à des amis j’ai gouté certains de ces plats.

    J’aime beaucoup l’omelette taiwanaise (d’ailleurs ton article m’a donné envie, je vais aller m’en acheter une!), les pancakes, le lait de soja frais, les dumplings,…

    Par contre, j’ai pas encore goûté le serpent.

    Sinon, quand mes amis ne sont pas avec moi, je commande effectivement au hasard ou j’achète des plats déjà préparé au convenience store…

    • Ah excellent!! Tu es à Taipei alors?
      Tu as déjà goûté le célèbre tofu puant? http://www.vie-nomade.com/2012/chou-tofu-puant/
      Les 7/11 et FamilyMart sont pas mal je trouve, je m’y suis souvent nourrie aussi. Je raffole des oeufs au thé, si tu as déjà goûté, ces oeufs tous brunis. Yum!
      Et puis sinon j’ai noté pratiquement tous les endroits où je suis allée manger sur cette carte: http://www.vie-nomade.com/guides/taiwan/bonnes-adresses-taipei/ Je vais bien finir par trouver le temps d’en faire des guides, mais en attendant peut-être tu peux y trouver quelque chose de spécial!
      Enjoy!

      • _numericnomade

        Yes, je suis à Taipei :-)

        J’ai effectivement goûté le tofu puant, j’ai eu du mal à la première bouchée, pourtant au final c’était pas si terrible, du moins comparé à l’odeur. Mais selon mon ami, le goût et l’odeur étaient trop soft…

        7/11 c’est l’un des endroits où je mange le plus souvent. Pas encore essayé les oeufs au thé. Je teste ça demain tien!

        Sinon, merci pour la carte, je vais y jeter un oeil. En faire un guide serait super aussi!

        Xiexie :-)

        • Bukeqi! :p
          Faut essayer d’y goûter plusieurs fois, il m’en a fallu trois avant que je devienne totalement accro, même l’odeur m’est devenue un plaisir.
          Profite-bien! Taïwan c’est bien l’endroit au monde qui me manque le plus!

  3. Sur les techniques pour lutter contre la barrière linguistique, j’ajoute: faire le tour du resto, regarder dans les assiettes des voisins et, quand le serveur repasse, pointer du doigt ce qui a l’air sympa !
    Testé et approuvé lors de mes premiers voyages en Chine…

  4. Chouette technique Curieuse Voyageuse! Moi j’aime bien choisir au hasard… en tout cas ça a l’air très appétissant tout ça!

  5. Il paraît que la nourriture est un véritable régal à Taïwan… Tes photos donnent envie également..

  6. Ce système d’ouverture à 20h est parfait pour nous, il nous arrive de travailler toute la nuit et de nous réveiller à 18h. Les journées sont tellement chaudes à Belgrade en ce moment que c’est la meilleure solution que nous avons trouvé.

    En tout cas, définitivement nous nous mettrons au Chinois une fois là-bas !

    Et bien qu’auparavant j’aurai opté pour la technique 4, en attendant d’être capable de prononcer quelques mots dans la langue, je suivrai la technique de « curieuse voyageuse ».

  7. Je ne suis à Taïwan que depuis 1 semaine et demie… Cet article vient d’expliquer la pieuvre frite lors de mon premier petit-déj.

    Tu l’auras deviné : on a utilisé la tecnique #4 ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partagez cet article avec un ami