Vie Nomade • Voyage, culture & contre-courant, depuis 2008À proposPresseProContact

La vie
nomade

Corinne

La décision d’une vie

Il y a 6 ans, j’ai pris la décision la plus importante de ma vie à ce jour: celle de partir.
Il y a 4 ans, prête, je suis partie.

Il ne s’agissait pas de mener une vie de liberté et de voyage, non.
Il s’agissait de se laisser être, de ne jamais plus réprimer quelque joie ou plaisir parce qu’un quelqu’un aurait eu son mot à dire; il s’agissait de ne jamais juger les autres sans connaître toute leur histoire… et puis d’apprendre que l’on ne connaît jamais toute l’histoire; il s’agissait d’accepter la douleur comme une partie du Voyage et de donner un sens à la mort; il s’agissait d’être reconnaissant tous les jours de sa capacité de marcher-respirer-regarder-ressentir; il s’agissait d’apprendre la patience, d’apprendre à laisser la colère et la tristesse s’en aller, d’apprendre à dire oui, d’apprendre à dire non; il s’agissait de ne plus jamais accepter les gestes négatifs à son encontre.

Il s’agissait d’apprendre à se respecter, à se connaître et à se corriger pour devenir non pas le reflet des attentes de l’autre, mais l’outil de ses propres passions, de ses envies, de ses besoins et de ses rêves. Il s’agissait de devenir meilleur, pour soi d’abord, mais aussi pour les autres, pour avoir quelque chose à échanger, à donner.

Il s’agissait de découvrir de nouvelles perspectives, de comprendre des mécanismes émotionnels et intellectuels différents, de les intégrer à sa palette d’empathie pour mieux raisonner, mieux consoler, mieux encourager.

Il s’agissait de se jeter à corps perdu dans le monde et, comme une éponge, d’en absorber ses traces, ses intrigues, ses peines, ses frissons comme si l’on re-devenait une toile vierge, comme si l’on se préparait à devenir son oeuvre d’art.

Décision d'une vie

Six ans en arrière, je n’étais qu’un fantôme, vivant dans l’ombre d’agresseurs passés et dans la peur d’agressions futures. Je n’étais que l’illusion de ceux qui voulaient bien que je sois leur chose et qui me pressaient comme une orange pour obtenir un jus du plus beau rouge, en me verrouillant dans la culpabilité et les remords.

C’est comme d’être enfermé dans un labyrinthe de miroirs: mille reflets identiques en apparence, pourtant tous différents dans le temps et l’espace. Tous sont les reflets d’une version de soi que ceux qui nous entourent ont décidé de voir.

L’isolation de son milieu originel peut sembler être une chose terrible. Mais pour moi, c’était une nécessité pour me sortir de ce labyrinthe de miroirs. Il a fallu cesser de faire confiance à ces ersatz de soi, il a fallu identifier et suivre le bon, le seul. Il a fallu accepter de faire ce chemin sans aucune certitude d’y être, un jour, accompagné de quelqu’un d’autre que soi-même.

Six ans en arrière, j’ai cassé tous les miroirs. J’ai saigné sur la route, mais j’ai aussi été soignée et j’ai soigné à mon tour d’autres blessés. J’ai sué, fatigué, et puis j’ai pu apprendre à m’endormir paisiblement, avec un sens d’accomplissement.

Cela fait tout juste quatre ans que je me suis jetée dans cette nouvelle vie.
Sur la route, j’ai cessé de me haïr et j’ai commencé, tout doucement, à m’aimer.
Et aujourd’hui, quand je lance un regard en arrière, sur ces 4 années de vie nomade, je me sens fière. J’ai accompli ce que je souhaitais: je suis enfin en paix avec moi-même.

Peut-être faut-il toujours en faire de même, et ce quelle que soit la route que l’on décide de suivre, qu’il s’agisse de voyage ou de toute autre passion. Il faut rassembler force, détermination, courage et courir, courir vers tout ce qui nous fait vibrer, ressentir et rêver, car ce n’est pas aussi mauvais, effrayant et difficile que ce que l’on nous fait croire. Nous en avons tous les moyens.

Par Corinne Stoppelli

Je suis Corinne, un petit oiseau libre. Sans domicile fixe depuis 2010, je sillonne la planète à la recherche d'inspiration et de points de vue différents. Sur Vie Nomade, je partage mon regard sur le monde, le temps et le changement, d'une plume sincère et d'un objectif curieux et ouvert. En savoir plus?

Vous avez aimé? Faites-le savoir!

La Newsletter Nomade

100% naturel et sans spam
lisez la notice pour en savoir plus

J'aime Vie Nomade!

Rédiger un commentaire?

(36 commentaires)

  1. Lucie IntheSky via Facebook

    Superbe article, merci pour la force que vos articles m’insufflent.

  2. Lyly Nuage via Facebook

    Je suis très émue à la lecture de cet article….il me parle beaucoup ! Merci de ce partage !

  3. Très beau comme d’habitude. Et très intime…

  4. Jean-Philippe Jeannerat via Facebook

    Beau texte pour une démarche forte – avec toute mon estime; m’en vais partager.

  5. C’est très beau, courageux et si joliment dit. Tes mots font un bien fou, merci.

  6. Valérie

    Magnifique!!

  7. Joli témoignage, sensible et bien écrit. Bravo pour ce chemin, et ce partage en tout humilité, sincérité

  8. J’aime tellement suivre ton blog, même si je commente peu. Ton écriture est fluide et tellement pudique ! As-tu déjà songé à transformer ces écrits volages en livre ? Je serais une des premières lectrices !
    En tout cas tes mots rappelent beaucoup de choses (à beaucoup de gens, compte tenu des commentaires précédents). Pour ma part je retiens ceux-ci : « il s’agissait de ne jamais juger les autres sans connaître toute leur histoire… et puis d’apprendre que l’on ne connaît jamais toute l’histoire ». Car elle est révélatrice aussi d’un déclic que j’ai eu il y a quelques années et qui a touché toutes les sphères de ma vie, personnelle (mon compagnon est un mystère, et il le restera toute ma vie) que professionnelle (je me destine à être assistante sociale).

    Bref, je raconte ma vie. Mais merci.

  9. Julien Haass via Facebook

    Il y a 4 ans tu es née dans ta Vie, beau « vraie » anniversaire !

  10. Partir, s’échapper pour mieux se trouver soi-même. Je comprend tout à fait. Quelques fois, lorsque les carcans sont tellement serrés qu’on étouffe. Souvent, on s’enferme dans un rôle, celui que notre famille, ou même nous-même, nous ont fait porter, ou bien parce qu’on s’est fourvoyé en chemin.. .il faut prendre des mesures radicales : tout faire péter ou changer de direction. Pour son bien propre.

    Tu l’as si bien dit. Ça sera douloureux, fatalement mais le sentiment de liberté, d’accomplissement vaut toutes les peines par où on doit passer. Ça fait longtemps que je te lis et que tu partages ton cheminement avec nous… et cette paix que tu trouves, c’est la plus belle des récompenses pour toi, mais aussi un peu pour nous.

  11. Allumer les étoiles via Facebook

    Merci beaucoup pour ce superbe témoignage. Touchant et inspirant. Je me permets de partager…

  12. Très bel article qui me parle beaucoup ! Essayer de se trouver, de s’aimer et de devenir meilleur pour soi et pour les autres c’est un travail perpétuel, difficile, qui nous met face à nos faiblesses. Mais quand on voit qu’on avance un peu, qu’on est sur la bonne voie, quelle récompense !
    Merci pour ce joli texte :-)

  13. Magnifique témoignage, qui sonne tellement juste! Bonne route à toi, et merci de nous faire partager ton expérience et ton regard si humble sur le voyage…

  14. Jo Slmn via Facebook

    bravo, tres bel article !

  15. Andrew

    Oui… Le voyage m’a apporté ce que je suis… Depuis je ne pense plus qu’à ça! Dans le voyage plus rien ne compte : plus d’amour, de pays, ou de famille… C’est ainsi que je l’ai vu, une sorte de prière prolongée, une fuite, une mise en sommeil de toutes les douleurs, une manière de figer le temps. En voyageant nous découvrons les névroses de la société, ce en quoi il est aisé de tourner en rond, et qu’un point de vue légèrement différent, qu’un mode de vie subtilement décalé peut faire jaser les peurs collectives et absurdes que nous inculque la routine. Après, cette question revient toujours en moi : est ce que le « bien » c’est de savoir fuir le « mal »? Ou est ce que lorsqu’on a fuit, on est sensé revenir guérir ce « mal »? Une petite voix immorale et un peu pirate me murmure toujours que partir est la solution de tous les problèmes. Nous ne parlons jamais des déserteurs de la première guerre qui vécurent heureux en Espagne, et de tous ces « marginaux » qui sont les plus heureux du monde, et qui ne font de mal a personne.
    Certains, à force de voyager, deviennent très superficiels, n’approfondissent aucune relation. Et si c’était ça, le vrai sens de la vie : se concentrer sur sa destinée, pour son développement personnel?
    Bref, ce blog est passionnant. Loin de ces gens qui voyagent sans rien voir ni sentir. Mes félicitations à Corinne, j’espère qu’elle sera un profond encouragement à toutes ces femmes qui hésitent, et trop souvent n’osent pas partir.

    • Bonjour Andrew, ça me touche beaucoup et je te remercie d’avoir partagé ton ressenti.
      « Une mise en sommeil de toutes les douleurs », oui c’est exactement ça. Suite à un retour forcé elles m’ont rattrapé, ma petite bulle a explosé… mais elle m’a permis de comprendre ce que tu décris parfaitement: le sens de la vie serait dans l’individualisme (au sens philosophique).
      J’aime à dire que je n’ai pas foi en l’humanité en général, que ce qui me fascine c’est la force de l’individu. Ce sont les personnes qui se donnent les moyens de se passer des diktats sociaux qui leur paraissent futiles, ou alors ceux qui décident de jouer le jeu avec leurs propres règles. Ceux qui agissent en harmonie avec leurs croyances et leurs valeurs et s’ouvrent très grand aux changements de perspective que pourraient leur inspirer les autres. Et quoi de mieux que le voyage pour rencontrer un maximum de perspectives?
      J’ai l’impression que les maux ne guérissent pas, que ce n’est que le changement de perspective qui les rend plus supportables. À partir de là, je ne vois pas comment je pourrais un jour avoir envie de m’arrêter :)

      • Andrew

        Une femme très spirituelle qui vivait isolée dans les montagne, ayant pleinement choisi ce mode de vie me dit un jour : « j’ai passé ma vie à arracher les mauvaises herbes. Un jour je me suis arrêté et me suis mis à planter sans cesse de belles fleurs ». Ainsi, je pense que ce qui te gêne dans ton retour ce ne sont pas les maux en eux mêmes, (mauvaises herbes) mais l’impossibilité pour toi de planter de belles fleurs, ou alors le souvenir de jours ou, comme piégée, tu n’en n’avais pas eu l’idée. C’est l’enseignement qu’a été pour moi le retour : apprendre comment planter des roses dans un endroit qui me paraissait totalement aride… C’est pas facile au début, mais ou bout d’un moment, quelque chose pousse, et la satisfaction est grande.

      • Andrew

        Par ailleurs, si je peux me permettre une question bien plus pratique… A ce que j’ai compris tu travailles en tant qu’indépendante. Normalement, en voyageant comme tu le fais tu es toujours considérée comme résidente fiscale Française. Ta société est Française ou d’un autre pays?

        • Je suis basée en Suisse. J’y suis née et j’y ai grandi, mais j’y suis résidente (passeport italien). Ainsi, je dois passer 6 mois en Suisse par année pour ne pas perdre le droit de travailler dans mon pays, et surtout y retourner pour aussi longtemps que je le voudrai plus tard. Pour les deux premières années en Asie, j’avais eu une autorisation spéciale de deux ans que je ne peux désormais plus obtenir. Les deux années suivantes ont été une série d’allers-retours entre la Suisse et le reste du monde et je continue ainsi pour les deux prochaines car j’ai déposé mon dossier pour obtenir la nationalité, mais c’est le temps que dure la procédure.
          Je suis donc basée en Suisse (résidence + raison sociale) en tant qu’indépendante.

          • Andrew

            Ok! Je ne sais pas comment l’administration fiscale marche en Suisse… Pour ma part j’ai une société offshore aux UAE. Ca me permet de voyager. Seuls les dividendes / revenus sont imposés par la France (puis que je suis résident fiscal Français).

  16. Justine

    J adore ! Je voyage à travers ces mots ! La tournure des phrases est un régal à lire !

  17. michel chaput

    Tu a très bien fait de te choisir.Super!

  18. Didier Madras

    Bravo pour votre blog, Je suis en pleine réflexion sur mon départ en nomade et je me dit que je suis sur la bonne voie, quelle formidable expérience de lâcher prise vous nous partagez!
    C’est vrai que votre écriture est fluide et mériterait un livre.

  19. Stefanie

    Je suis en pleine réflexion et rêve de vivre cette vie de nomade …. oserai-je jamais me lancer vers l’inconnu, abandonner toute forme de matérialisme pour enfin me réaliser ? Vous lire m’y encourage… Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez cet article avec un ami