Vie Nomade • Voyage, culture & contre-courant, depuis 2008À proposPresseProContact

Contre-
courant

Corinne

Portrait corse: Josiane, chocolatière conteuse

Josiane Colomb Bereni, chocolatière corse (entre autres), m’accueille chez elle avec un immense sourire. Elle et son mari ont invité d’autres artisans avec lesquels ils collaborent régulièrement. J’ai l’impression d’avoir débarqué dans une joyeuse réunion de famille. Je suis enchantée, mais à bout de forces. Je fonds en larmes pour la jenesaiscombientième fois depuis mon arrivée en Corse.
Lire le billet précédent: Y’a pas de hasard (road trip corse)
Artisans de Corse

Dans la boutique, Josiane me tend un grand verre d’eau et me prend à part. Je jette un regard inquiet vers Audrey, dehors, et je la vois déjà en pleine discussion avec les autres artisans. Tout va bien. J’accroche tranquillement tout ce qu’il me reste d’attention sur Josiane, qui remplit sa tâche avec aisance: me parler de son travail et me réconforter, tout naturellement, avec des histoires.

Ce sont justement ces histoires qui m’ont mené à elle. Bon, il y avait les chocolats que son mari m’avait présenté en Suisse aussi, c’est vrai. Et lorsque l’an passé j’ai revu le couple d’artisans sur leur stand à la Foire de la Châtaigne de Bocognano, je leur avais demandé comment ils trouvaient leurs idées. En juste quelques phrases, j’ai trouvé de l’art, de la poésie, bref de l’inspiration. Il fallait que je suive la piste.

Artisans corses: chocolatiers et pâtissiers, les Colomb Bereni

Les Colomb Bereni, avec une délicieuse création qui en ferait saliver plus d’un!

Chocolat artisanal de Corse

Une petite sélection des chocolats de Josiane

Je me suis toujours dit que pour être un bon cuisinier, il fallait porter en soi l’amour du récit. Le mets raconte, à travers son goût, sa texture, sa composition. La provenance des produits annonce des caractéristiques rares, mettant du soleil là, de l’humidité ici. Leur parfait alliage crée l’unique. L’unique crée le souvenir: le désir de revenir, une douce nostalgie.

Josiane a mis la Corse et le monde dans ses chocolats. Ainsi, chaque création est une ode à la beauté de cette montagne au milieu de la mer, ou à quelque contrée lointaine. Et dans l’histoire du met, il y a l’histoire d’une vie. Celle du maraîcher, de l’oléiculteur, du jardinier. Celle du voyageur qui a emmené dans sa soute un poivre exotique. Celle du fruit, de ce qu’il a connu. Il y aussi une histoire d’amour, celle de l’affection que la créatrice porte à un enfant, à une mère, à une artiste, en lui donnant son nom.

Chaque histoire inspire une autre histoire. On peut donc lire le récit final à de multiples niveaux. De la même manière que l’on peut ressentir les chocolats de Josiane. La ganache annonce l’ingrédient invité, l’ingrédient invité prend de plus en plus de place dans la bouche, révèle les soins qu’il a reçu, de la terre comme de la famille Colomb Bereni. Et pendant que tu vis le chocolat, Josiane te raconte qu’il a été conçu avec les boutons de rose de sa maman. Avec les piments cultivés par ce couple d’amis voyageurs. Avec l’exceptionnel muscat Vaccelli de la famille Courrèges.

Josiane Colomb Bereni et ses chocolats

C’est le fameux chocolat au muscat Vaccelli, miam!

Josiane semble n’avoir peur de rien. Elle sait que tout fait une bonne histoire. Dans sa variété de 110 chocolats, elle en compte un foie gras, et un autres aux cèpes. Au cèpes? Oui. Je n’aime pas les champignons, mais son chocolat au cèpes me parle d’une langue très douce, lui.

Josiane Colomb Bereni, chocolatière corse

Les précieux carnets de recette de Josiane… et ses guimauves!

Après m’avoir fait visiter son incroyable atelier (illuminé par des étincelles de passion, se projetant sur les surfaces de travail, la machinerie, les précieuses conserves étiquetées à la main, les carnets de recettes, eux aussi rédigés à la main, la surface du chocolat enrobant une guimauve à peine préparée – et aussitôt avalée) Josiane m’emmène discrètement dehors, derrière la maison, dans un jardin sauvage.

Josiane Colomb Bereni

On pourrait manger presque tout ce qui pousse dans les sous-bois corses. Peut-être ailleurs aussi, mais sans connaissance, on ne le soupçonne pas. Josiane ouvre donc une porte merveilleuse dans mon univers. Elle écarte les branches, prélève délicatement quelques feuilles dont elle m’offre les senteurs uniques. Népita, immortelle, ail corse, et d’autres déjà oubliés. Je ne savais même pas à quoi ressemblait une plante d’ail. C’est joli, fleuri. Les pétales sont délicieux.

Ail sauvage, Corse

Ail corse

Lavande sauvage, Corse

Lavande corse

Elle m’invite ensuite dans son potager. Préparé et cultivé avec un tendre amour par son couple, qui outre en utiliser les fruits dans ses chocolats, offre aussi un service de pâtisserie et de traiteur. Quel plaisir de rencontrer des gens qui aiment faire les choses bien, de la terre à ton assiette, ou plutôt de la terre à ton âme.

Pomelo, Corse

Après notre petite escapade, il est temps pour nous de réapparaître. Monsieur Colomb se doutait que Josiane m’ait emmené à travers ses jardins. Mais il ne saura rien de la délicieuse fraise qu’elle m’a « volé » à la sauvette pour me redonner un dernier éclat d’énergie. Voilà, je suis parfaitement requinquée, et prête à parler avec tous les autres passionnés de la terrasse.

Rencontrez les Colomb Bereni

Chocolatiers pâtissiers et traiteurs, Lionel et Josiane travaillent à l’ancienne, avec le plus grand soin, de la sélection des produits (et leur cultivation!) à la présentation. Découvrez leur travail et leurs informations de contact sur leur site web.

Artisans de Corse

Ils étaient nombreux, les artisans. Parmi eux l’une des dernières vannières de corse, un safranier, un fromager (aisément le meilleur brocciu, un fromage frais, que j’aie pu déguster) et deux apiculteurs. Audrey a interviewé les trois premiers (vous trouverez bientôt ici des liens menant à ses articles). Quant à moi, j’ai posé quelques questions aux apiculteurs.

Miel de Corse

Jacques Laurent, apiculteur

Ici les miels portent le nom des saisons. C’est que les abeilles butinent sur la complexité du maquis, mélangeant ainsi mille saveurs. Et de la même manière qu’un fromage change de goût au fil des saisons et des herbages, le miel aussi, selon les pousses.
Jacques m’explique que les abeilles se déplacent dans un rayon de 1 à 3 kilomètres. Ils commencent à 450m d’altitude en début de saison, puis montent progressivement dans le maquis jusqu’à 1’200m.
Jacques vend ses produits aux particuliers, mais se rend aussi sur les foires rurales, notamment la foire du miel qui a lieu à la fin du mois de septembre.

Adresse: Jacques Laurent, 20163 Tavera

Jacques Laurent, apiculteur corse

Christophe Barbaras, apiculteur

Christophe est devenu apiculteur en 2009 par une heureuse coïncidence. Après 10 ans de charcuterie, son voisin, qui lui fait visiter ses ruches, lui transmet sa passion et lui offre son premier essaim. Il s’établit finalement en 2012. Je lui demande si la compétition est difficile, entre apiculteurs. Non, les artisans se soutiennent et s’entraident par le biais d’associations autour de l’AOC.
Christophe vend ses produits à des particuliers, mais aussi en Corse et à Paris sur de petits marchés, comme la foire de la châtaigne, de l’amandier, de la noisette, de l’olivier.

Adresse: Les ruchers de la Casaluna, lieu-dit Borgo, 20244 San Lorenzo

Christophe Barbaras, apiculteur corse
Produits des artisans de Corse

Lire l’article suivant: Escale à la ferme-auberge de charme « A Pignata »

Par Corinne Stoppelli

Je suis Corinne, un petit oiseau libre. Sans domicile fixe depuis 2010, je sillonne la planète à la recherche d'inspiration et de points de vue différents. Sur Vie Nomade, je partage mon regard sur le monde, le temps et le changement, d'une plume sincère et d'un objectif curieux et ouvert. En savoir plus?

La Newsletter Nomade

100% naturel et sans spam
lisez la notice pour en savoir plus

J'aime Vie Nomade!

Rédiger un commentaire?

(3 commentaires)

  1. Que cela doit être difficile de rencontrer brusquement autant d’artisans passionnés en une seule fois ! Moi qui suis curieuse, je ne pourrais repartir que frustrée d’une telle rencontre je pense.
    Par contre le chocolat au cèpe ne me tente pas du tout.

    • bonjour . je ne sais pas si notre duo de choc est reparti frustré mais le temps est passé si vite avec elles que nous étions , nous les artisans , frustrés que ce moment de partage soit fini…..Elles reviennes quand elles veulent . Pour le cèpes, la majorité des gens pensent comme vous et lorsqu’ils le dégustent, ils sont conquis, ravis, surpris et en redemandent….goûtez et ensuite commentez !

      • Je pense que l’article dit assez que je ne suis pas partie frustrée, bien au contraire :) Mais c’est sûr que j’en redemanderais, du temps, car il n’y en a jamais assez! Merci Josiane et Lionel pour votre accueil et votre invitation, ce serait avec un immense plaisir (et je réponds à votre e-mail bientôt)!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez cet article avec un ami