Vie Nomade • Voyage, culture & contre-courant, depuis 2008À proposPresseProContact

Carnet
de bord

Corinne

Bilan: huit mois de vie nomade

C’était déjà l’an passé! Je découvrais les charmes de l’Islande glacée au moins de janvier, et je m’envolais au mois de mai pour l’Asie, après avoir été brièvement coincée à l’aéroport par les nuages de fumée causés par les éruptions de l’Eyjafjöll, en Islande (un juste retour des choses?).

Voilà 8 mois que j’ai tout vendu, rendu mon travail portable et entamé mon excitante vie nomade. La nouvelle année me paraît être une excellente occurrence pour vous proposer un compte-rendu de mes démarches. Et vous prouver encore une fois que, oui, c’est possible! On peut vivre la vie que l’on désire sans être riche. Je vous souhaite donc une excellente année 2011, pleine de volonté et d’accomplissements.

Une course à vélo à Doi Tung, Thaïlande

Une course à vélo à Doi Tung, Thaïlande

C’est avec un budget d’environ 7’000chf que je suis partie (vols inclus) et sans plus de loyer à payer, évidemment. J’ai tenu le coup sans rentrées d’argent pendant 7 mois et j’ai pu visiter 6 pays (Sri Lanka, Malaysie, Chine, Philippines, Thaïlande et Laos) et vivre un nombre incalculable d’expériences et de rencontres inédites, comme cette fête en l’honneur d’un fantôme près de Vientiane, au Laos – ou encore la mousson Srilankaise, qui a causé un nombre énorme de sans-abris. Je me suis aussi acheté un très beau scooter en Thaïlande (pour environ 1’000chf).

Roadtrip dans le nord de la Thaïlande

Roadtrip dans le nord de la Thaïlande

Au moment où je vous écris, un agréable fumet de boeuf sauté parvient à mes narines, le ciel est bleu, il fait bon et ça verdoie là-dehors, par ma fenêtre. Un immense écureuil gris s’amuse dans les branches de mon arbre temporaire: scène de vie qui pourrait bien ressembler à n’importe laquelle de nos matinées, finalement.

Sauf que c’est la Thaïlande: same same but different, comme aiment à dire les gens par ici.

Ma situation professionnelle en quelques mots? Je suis webdesigner indépendante depuis maintenant 6 ans. Je ne suis jamais passée par la case employeur et j’ai débuté ma carrière à la fin de mes études. J’ai aussi quelques à-côté qui me génèrent un peu de revenu en plus: rédaction d’articles sur le thème du voyage, vente de photos, vente d’espace publicitaire sur certains sites.

Ce que je gagne? Juste assez. En Suisse mon revenu a toujours été inférieur à la moyenne et certains mois ont été plutôt difficiles (je n’ai jamais franchi la barre des 1’800chf/mois). Je n’ai jamais couru après la quantité ou la richesse, mon objectif étant d’avoir suffisamment de fonds pour subvenir à mes besoins… et me faire plaisir, m’amuser.

Clubbing à Chiang Mai avec mes amis thaïlandais

Clubbing à Chiang Mai avec mes amis thaïlandais

Et aussi étonnant que cela puisse paraître, ça marche très bien: surtout en Asie, où l’on peut vivre avec 350chf/mois, voire même moins si on déniche les meilleurs plans. Il faut néanmoins… être souple, facile à satisfaire, pas regardant, ouvert à n’importe quelle opportunité… et peut-être un peu casse-cou – mais ça se travaille, je vous l’assure ;)

Quand je suis partie, je n’étais pas prête. Personne n’est prêt d’ailleurs, il n’y a pas d’école. Mais la route vous forme à son rythme.

Shanghai, ça brille!

Shanghai, ça brille!

J’ai eu bon nombre de remarques sur mon travail, « facile, avec un travail pareil! ». Oui, effectivement, c’est plus simple que de n’avoir rien sous la main. Mais j’ai rencontré une foule d’individus qui s’en sortent très bien sans. Le travail, on peut le trouver sur place. J’ai aidé mes amis dans un bar, j’ai appris un nouveau métiers en quelques sessions, et je me suis découverte un nouveau plaisir – je n’hésiterais pas à le faire pour vivre si c’était nécessaire. Il y a une foule d’enseignants de toutes les langues aussi. J’ai vu des gens vivre ma vie en chaise roulante.

Toutes les possibilités sont ouvertes, tant qu’on reste ouverts à elles.

Mes prochaines étapes en vue pour 2011: Vietnam, Philippines, Japon, Corée et Chine. Mais qui sait où le hasard va réellement me mener?

Article initialement publié sur le blog de voyage ebookers.ch.

Par Corinne Stoppelli

Je suis Corinne, un petit oiseau libre. Sans domicile fixe depuis 2010, je sillonne la planète à la recherche d'inspiration et de points de vue différents. Sur Vie Nomade, je partage mon regard sur le monde, le temps et le changement, d'une plume sincère et d'un objectif curieux et ouvert. En savoir plus?

La Newsletter Nomade

100% naturel et sans spam
lisez la notice pour en savoir plus

J'aime Vie Nomade!

Rédiger un commentaire?

(7 commentaires)

  1. Clarisse

    Super ! je loue ton courage ,ton goÛt du voyage et de la decouverte elles sont belles tes photos

  2. Tres sympas cette rétrospective, a voir tous ces sourire, c’est facile de s’imaginer que tu as trouver un mode de vie qui te convient et avec lequel tu es en harmonie ! Pour ma part mon plus gros frein est encore de savoir comment je vais gagner de l’argent pour vivre si je me lançais. Comme toi je ne suis pas à la recherche de la fortune ou de la gloire, je me contenterais aisément de quoi vivre et me faire plaisir !

    PS: tu n’as pas peur de la duplication de contenu en écrivant le même article ici et eebookers ?

  3. Sylvain, merci! J’adore tes photos :)
    (un petit peu, mais j’ai envie que mon blog soit complet, alors c’est secondaire).

  4. Olivier

    Je reve d’une vie comme la tienne mais etant un jeune sans secondaire 5 et sans emploi de crois bien que ce style de vue m’est impossible. Bref, profite bien de ta vie et n’oublie pas de prendre des photos! :)

  5. Merci d’être passée Clarisse :) Je te souhaite une excellente journée! (c’est 13:30 ici)

  6. Steph

    Je rêve de tout plaqué pour faire la même chose mais je n’ai pas le courage de me lancer dans cette aventure.Oui tu as un métier qui te permet de subvenir à tes besoins,moi je ne pense pas que mon Bep sanitaire et social me serve à trouver un job sur place

    • Chère Steph, si ta passion est de voyager, sois certaine que quelle que soit ta formation tu peux trouver du travail à l’étranger. Prête à travailler dans un bar? À être sous-payée pour enseigner du français, de l’anglais… afin de vivre le rêve? Tu as tous les pré-requis ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez cet article avec un ami