Nature &
Aventure

Road trip en Islande: Entre brumes et glaces

Publié le • Dernière mise à jour:
Un road trip d’une semaine à deux, à travers l’Islande, en hiver. À l’atterrissage à Reykjavik, nous récupérons notre petite voiture de location et en route! Nous effectuerons un tour de l’île, bravant la météo (parfois pas très sympa). Au programme, très peu d’heures de jour, mais quels cieux, quelle tranquillité, quelle beauté…

Epuisée par une courte (et malheureuse!) escale à Londres, me voilà à bord de notre vol à destination de Reykjavik… Rapidement endormie, j’en perçois à peine la courte durée. Vers minuit, mon compagnon et moi récupérons une voiture de location et nous rendons, pour la première nuit, à l’auberge de jeunesse du coin. On débarque à pas de loups dans le dortoir, un peu mal organisés, et l’on s’endort péniblement dans une symphonie de ronflements.

Le lendemain, on fait des provisions au Bonus, le supermarché budget du coin (enseigne: une tirelire cochon qui louche à mort) et puis on prend la route pour notre road trip autour de l’Islande, qui durera sept jours.

Road trip en Islande en hiver

Thingvallavatn, Islande

Vous aussi aimeriez faire un road trip en Islande, en hiver?

Outre le récit en photos de toute cette aventure (retrouvez les liens vers tous les articles au bas de cette page) vous trouverez dans les pages consacrées à l’Islande une foule d’informations pratiques concernant le logement et location de voiture. Si vous n’êtes pas convaincu par la saison, découvrez les bonnes raisons de visiter l’Islande en hiver et renseignez-vous sur les conditions des routes islandaises.

Itinéraire pour un road trip en Islande en hiver

Nous sommes partis de Reykjavik, vers le nord. Nous avons tourné autour de l’île dans le sens des aiguilles d’une montre. Les points en brun sont des étapes que vous retrouverez dans les articles, mais que nous avons visité en-dehors de notre road trip.

Premiers kilomètres: Thingvellir, le conseil des vikings

Je découvre le site de Thingvellir, où les premiers vikings débarqués en Islande tenaient leur conseil. Sur la route, le paysage dépouillé touche. Le sentiment de solitude est grand, particulièrement en raison de la saison. Au milieu de toute la beauté du site trônent une petite église et son cimetière (il serait idyllique de mourir à cet endroit). En fond sonore, Sigur Ros, bien sûr.

Thingvellir, IslandeThingvellir, Islande
Thingvellir, Islande

Puis, la route reprend vers le nord, en direction de Borgarnes. Le peu de jour à disposition ne permet pas de profiter de tout le paysage que l’on souhaiterait. Notre objectif est d’atteindre Akureyri dans un premier temps et, de là, de visiter l’est de l’île… Mais il est difficile de ne pas s’arrêter partout lorsque l’on fait connaissance avec les jolis chevaux islandais, curieux et câlins à souhait! 

Cheval islandais, road trip

Chevaux islandais sur la route
Cheval islandais

Panique à bord, on est pris dans une tempête de neige sur la n°1!

Alors que la nuit tombe, on est surpris par une puissante tempête de neige. La voiture se déporte facilement, et il devient difficile d’ouvrir les portières tellement le souffle du vent est puissant. En plein milieu de la n°1, la route principale, qui traverse le pays, il est impossible de faire demi-tour… et tout autour, c’est le désert: pas d’autres automobiles, pas de sorties qui semblent praticables. Nous n’avons pas d’autre choix que continuer jusqu’à la prochaine auberge.

La situation s’empire progressivement: c’est la purée de pois! À une vitesse de pointe de 20km/h, on distingue mal les quelques mètres qui nous séparent du brouillard. Des piquets luminescents sur la route permettent tant bien que mal d’estimer sa position. Mais rapidement, ça prend l’allure d’un jeu de piste et la concentration devient de plus en plus difficile.

En deux temps trois mouvements, c’est le hors-piste. Après quelques tentatives infructueuses de se remettre en route, on se prépare à passer la nuit sur le bord de la n°1, avec notre réservoir dans le rouge… On va mourir de froid, sous trois mètres de neige. On nous retrouvera peut-être dans trois jours: deux petits cadavres enlacés.

Je sors de la voiture tant bien que mal et je pousse, je pousse, je pousse de toutes mes forces pendant que mon compagnon fait la manoeuvre (moi, je ne sais pas conduire). Je manque de m’envoler. En juste 30 secondes j’ai un espèce de mur de neige sur mes habits. On n’y voit absolument rien nulle part. Je me dis que si je tombe, je ne me relèverai jamais. Bref, ne pas tomber.

Et puis finalement, on y arrive: secoués, on continue sans trop pouvoir nous situer… Va-t-on trouver une pompe à essence ou, au moins, un refuge?

On finit par atteindre Osàr, une minuscule propriété sur le fjord Hùna. Tout a l’air fermé, dormant et je ne sais pas du tout à quoi m’attendre, mais  il y a une petite lumière. Nous frappons…

Road trip islande en hiver

Osàr et Hvitserkur, des airs de bout du monde

Tourmente. Obscurité. « Informations dans la maison brune, regardez sur votre gauche ». Inquiets, nous frappons. C’est Knutur qui nous ouvre, un jeune homme souriant qui a le don de nous rassurer. Malgré la fermeture de l’auberge pour tout l’hiver, il ouvre grand ses portes et nous accueille sans hésiter. Après nous être sommairement installés dans le froid glacial du grand bâtiment inhabité, nous piochons dans nos sacs de provisions et, morts de fatigue, nous affalons sans demander notre reste.

Le 24 décembre, en ouvrant les rideaux au petit matin, nous réalisons que nous sommes coincés au bout du monde.

Un road trip en Islande en hiver Osàr, Islande Osàr, Islande

Nous faisons encore la rencontre des poneys… pardon! Des chevaux islandais. Ils sont toujours aussi câlins et curieux. Ils se tiennent chaud comme ils peuvent.

Les chevaux islandais Les chevaux islandais
Les chevaux islandais

Nous prenons le temps de faire plus ample connaissance avec Knutur, qui nous raconte la situation difficile des fermiers islandais. Il nous offre aussi beaucoup de son temps (et de son chocolat!) afin de nous faire mieux comprendre les conditions routières. Nous découvrons alors que la route n°1 ne sera pas déblayée le lendemain. Nous avons néanmoins suffisamment de réserves pour passer encore une journée ici: ce sera notre Noël blanc.

Le jour de Noël donc, nous continuons d’explorer la région et découvrons Hvitserkur, le monument géologique du coin, et ses magnifiques plages d’un sable si noir. Je scrute l’horizon dans l’espoir d’apercevoir des phoques, mais rien.

Hvisterkur, formation géologique

Hvitserkur, le monument construit par mère nature.

Plage de sable noir au nord de l'Islande à Osàr
Plage de sable noir au nord de l'Islande à Osàr
Plage de sable noir au nord de l'Islande à Osàr
Plage de sable noir au nord de l'Islande à Osàr

Et puis le vent se lève à nouveau. Nous rentrons nous réfugier et nous apprêtons à ré-emprunter la route le lendemain.

Le vent sur les plages de sable noir

Le vent court sur les plages de sable noir.

Lire la suite: L’est de l’Islande et ses fjords: Akureyri, Myvatn et Seydisfjordur

Tous les billets du road trip en Islande

  1. Entre brumes et glaces (Reykjavik – Osàr), en cours de lecture
    Découvrez le site de Thingvellir et ses alentours, mais aussi une costaude entrée en matière: un hors-piste! On se prépare à passer la nuit sur le bord de la n°1, ensevelis par la tempête. Le vent, le brouillard et l’obscurité ont eu raison de notre véhicule et de notre attention.
  2. L’est de l’Islande et ses fjords: Akureyri, Myvatn et Seydisfjordur
    De magnifiques variations de lumière, jouent avec les cimes changeantes autour des fjords. Des déserts de neige dignes du bout du monde. Sans parler du reste, bien entendu.
  3. Le bleu des glaciers (Vatnajokull et Jokulsarlon)
    À chaque contact aussi rapproché avec la nature, je me sens un peu plus sauvage, un peu plus libre, un peu plus forte. Rencontre avec les bleus surréels et les phoques de Jokulsarlon.
  4. Vik – Reykjavik
    Le soleil semble éternellement se coucher, mais non, il ne fait que se lever. Du moins, je crois. La route se dégage dans le sud (enfin, la principale). Vapeurs géothermiques et petite église du bout du monde sont les mots-clés!
  5. Gullfoss et Geysir
    Encore affamés de paysages lunaires et de ciels indescriptibles, nous continuous le voyage, mais autour de Reykjavik. Nous jetons notre dévolu sur l’immense chute d’eau Gullfoss et sur la mascotte islandaise, le geyser.
  6. Snaefellsnes et Stykkisholmur
    « Les aurores boréales font-elles du bruit? » Oui, elles en dont beaucoup. Je le découvrirai sur la péninsule de Snaefellsness. Et les dégradés se feront les plus beaux à Stykkisholmur, un village de pêcheurs (et d’oiseaux pêcheurs).
Cet article vous a plu ou vous a servi?

Par Corinne Stoppelli

Je suis Corinne, un petit oiseau libre. Sans domicile fixe depuis 2010, je sillonne la planète à la recherche d'inspiration et de points de vue différents. Sur Vie Nomade, je partage mon regard sur le monde, le temps et le changement, d'une plume sincère et d'un objectif curieux et ouvert. En savoir plus?

Rédiger un commentaire?

(20 commentaires)

  1. ..et ensuite ?!
    Quel suspens ! :)

  2. Corinne dit :

    La suite dans le prochain épisode :D

  3. Aurélie dit :

    Bonjour, juste un petit mot en passant par ici, les photos sont sublimes. Les lumières sont magnifiques. Merci pour le partage. Je pars justement en Islande début Novembre. Bonne soirée.

  4. Marion dit :

    Je suis en train de lire tes articles concernant l’Islande, et je me rend compte que nous n’étions pas les seuls, mon ami et moi, à avoir décidé de faire le tour de l’île en 7 jours seulement ! :) Au vu de votre parcours, nous avons plus ou moins suivi le même parcours :) Je m’en vais lire la suite de ce pas :D

  5. Jeanne dit :

    Salut!

    Je pars en Islande les 2 dernières semaines de janvier et j’aurais voulu savoir le nom de quelques auberges ou cabanes où vous vous êtes arrêté… Ce serait super cool!
    Et sinon tu penses que dormir sous tente à cette saison est possible?

    Merci pour ta réponse :)

    • Corinne dit :

      Hello Jeanne! J’ai publié la plupart de mes astuces/lieux sur cet article. Dormir sous tente, hum, ça me paraît vraiment risqué. Déjà, même si les températures au compteur sont douces, le froid ressenti est bien plus important en raison de l’humidité et des vents. Ensuite si tu as la malchance de te prendre une grosse tempête de neige comme moi (récit ici), ta vie est à risque car les chutes de neige et les vents peuvent être vraiment très importants et personne ne te retrouverait sous le tas ;) Bref, reste à l’abri s’il te plaît!

  6. Marianne dit :

    Bonjour Corinne,

    Ton blog est très intéressant et bien fait! merci pour toutes ces informations !
    on aimerais partir avec ma meilleure amie en Islande, mais on hésite ou mi octobre ou en janvier. J’ai lu pas mal de choses concernant la météo dans l’idée les paysages enneigés serait le top, en meme temps je voudrais profiter d’un peu de luminosité, des aurores boréales, ou des hots pots. niveau logement aussi, dormir dans la voiture ou en auberge c’est la grosse question. Quand penses-tu ? quelle période serait la mieux ?

    • Corinne dit :

      Bonjour Marianne et merci! Pour ma part j’y suis allée fin décembre / début janvier, donc je ne connais pas du tout les conditions à mi-octobre, désolée! Niveau logement je déconseille de dormir dans la voiture, car si grosse tempête je pense que ça peut être dangereux. Et les températures, bien que fraîches, sont beaucoup plus froides au ressentir (humidité, vent). Vote pour auberge donc! Plus d’infos par ici

  7. Marianne dit :

    Très bien, merci d’avoir pris le temps de répondre. Finalement on s’est décidés pour y aller début janvier, voir les paysages enneigés ça peut être magnifique, et surement air bnb ou couchsurfing et au pire auberge oui, merci beaucoup encore.

  8. Ludivine dit :

    Bonjour Corinne ! ton blog est très chouette ! Intéressant et enrichissant ! Je pars avec mon compagnon, 10 jours en Islande (du 5 au 15 nov). Je voulais juste savoir, si tu avais loué un 4×4 ou une voiture basique…? les prix doublent pour un 4×4 et on hésite vraiment… on a vu également des utilitaires avec tout le nécessaire pour dormir (duvet, chauffage, réchaud…) mais je suis un peu réticente, j’ai peur d’avoir froid… penses-tu que c’est jouable de dormir en camion en novembre, ou plutôt en hiver ? je te remercie d’avance pour ta réponse ! bonne journée

    • Corinne dit :

      Hello Ludivine, j’ai loué une voiture basique (Polo). J’ai dormi dans les auberges, l’idée du camion dans le froid ne m’enchante pas, surtout avec les possibles tempêtes de neige. L’essentiel est de bien s’informer des conditions météo le plus souvent que possible!

  9. Marie MP dit :

    Salut!!! Jadore votre blog!!! Je pense serieusement a aller en Islande l’automne prochain (octobre2017). A quel moment es-tu allee? Selon ton experience, est ce que c’est une bonne periode? POur le billet d’avion a partir de MTL cest parfait. J’ai aussi entendu parler que les prix sont moindre a cause que c’est la basse saison…. mais est ce que c’est reelement le cas… bref. merci pour tes conseils

    • Corinne dit :

      Salut Marie et merci! J’y suis allée en décembre/janvier. Je ne connais pas du tout l’Islande en octobre, désolée. Je sais que le tourisme a largement augmenté depuis ces dernières années (y compris en hiver) et donc certainement les prix ont dû un peu augmenter en conséquence. Je pense qu’il te faut utiliser un peu les comparatifs d’hôtels et autres pour te faire une idée du prix. J’ai mis une liste d’idées ici, en espérant que ça t’aide.

  10. Cynthia dit :

    Bonjour Corinne,

    Nous partons mon mari et moi fin février pour 1 semaine. Mon rêve de gamine, voir une aurore boréale en vrai! On croise les doigts pour avoir droit à ce spectacle durant notre séjour.
    On ne sait pas trop ce qui est mieux entre loger sur reykjavik, visiter les alentours la journée et espérer un aurore dans le sud le soir, ou faire un peu le tour de l’île, du coup rouler bcp plus mais peut-être qu’on a plus de chance de voir une aurore au nord.
    Qu’est-ce que vous en dites?
    En tout cas bravo et merci pour toutes les infos que vous partagez, c’est très appréciable!

    Merci pour votre réponse et belle journée

    • Corinne dit :

      Chère Cynthia, On peut les voir de partout, mais on dit que les nuits sont un peu plus longues dans le nord. Pour moi, ça s’est passé sur la péninsule de Snaefellsnes. Mais en deux semaines, je n’en ai vue qu’une… Cela dépend de tellement de facteurs. J’espère que vous aurez la chance d’en voir!

      • stéphanie dit :

        Quelle belle aventure !! Nous partons en février prochain également, avec 3 enfants. J’avais quelques doutes sur le choix de la voiture et du parcours. A la lecture de ce blog, je suis maintenant convaincue. Ce sera un 4×4 et un séjour itinérant (2j/2j/2j) dans le croissant Snaefellsnaes (en croisant nos 50 petites doigts pour voir une aurore boréale) et Vic (pour une excursion près de la lagune glaciaire). Aller plus loin sera trop fatiguant et le risque de rester coincé trop important. Escale le dernier jour au blue lagoon qui même en étant très touristique vaudrait le déplacement.
        Merci Corinne pour toutes les photos et les informations partagées !

        • Corinne dit :

          Chère Stéphanie, merci d’avoir partagé vos idées: le programme m’a l’air très chouette et je croise les doigts très fort pour les aurores boréales! Profitez bien de votre séjour :)

  11. Julie dit :

    Bonjour Corinne,

    Quel plaisir de lire vos posts !
    Nous partons mon compagnon et moi le 14 janvier prochain pour 10 jours !
    Autant dire que peu sont les personnes qui nous encouragent à partir en cette période !
    Un vrai challenge et surtout peut-être la chance de voir une aurore boréale, et profiter de ce pays féerique comme de vrais islandais (incluant donc les quelques seules heures de luminosité quotidienne ! :-) )
    Concernant les logements, aviez-vous anticipé avant votre départ ? ou cela peut-il se faire au fil du séjour ? Ce qui permettrait de palier aux impondérables de la météo !
    Merci pour votre réponse, et toutes vos photos et commentaires !

    • Corinne dit :

      Chère Julie, je vous recommanderais de réserver en avance, oui! Le tourisme hivernal s’y est beaucoup développé ces dernières années, et j’ai un peu peur que vous ne vous retrouveriezqu’avec des options inabordables et peu de flexibilité quant au lieu. Je vous souhaite un très beau voyage et de belles aurores boréales ;) Je croise les doigts!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.