Vie Nomade • Voyage, culture & contre-courant, depuis 2008À proposPresseProContact

Contre-
courant

Corinne

Portrait: Audrey, une voyageuse à roulettes

Audrey a la maladie de Charcot-Marie-Tooth. Une connexion fragile entre nerfs et muscles lui impose de se déplacer sur un fauteuil roulant électrique de 130kg. Cela ne la décourage pas pour autant!
J’ai profité de notre road trip en Corse pour lui poser mes questions en situation. Portrait d’une voyageuse atypique, positive et que rien ne pourrait arrêter.
Audrey Barbaud, handi-voyageuse

Dans les ruelles de Bonifacio

Où te vois-tu dans un futur proche?

Toujours sur la route, peut-être en bord de mer. Je souhaite continuer de découvrir et de partager mes expériences sur mon blog Roulettes & Sac à dos, afin de permettre à ceux qui ne l’osent pas encore de se lancer dans le voyage.

J’aimerais aussi sensibiliser le plus possible les professionnels du tourisme à l’handi-voyage, peut-être en animant d’autres conférences ou des ateliers spécialisés.

Quels ont été les retours des professionnels du tourisme lors de ta conférence sur l’handi-voyage au Salon des Blogueurs de Voyage à Ajaccio?

Nombreux sont ceux qui ont manifesté ne pas avoir conscience des difficultés d’organisation. La plupart m’ont remercié de leur avoir donné des informations et ont semblé très motivés à faire de leur mieux.

Et quelles sont ces difficultés?

Il faut avant tout passer beaucoup plus de temps à organiser son voyage. L’offre est rare et l’handi-voyageur nécessite plus de certitudes que la moyenne. Par exemple, en chaise roulante, il faut s’assurer que les accès nécessaires soient mis en place.

On perd vraiment beaucoup de flexibilité. C’est le gros point noir du voyage avec un handicap. Aussi, les options à disposition sont parfois plus chères…

À Porto-Vecchio

Lors de notre road-trip en Corse par exemple, quelles ont été tes principales difficultés?

La voiture adaptée qui n’était pas la mienne (ndlr: oui, c’est Audrey qui conduisait)! J’ai eu un petit accident juste avant le départ et j’ai cru devoir tout annuler car les transports publics sont plutôt mal adaptés en Corse.
Heureusement, l’APF (Association des Paralysés de France) sur place a très gentiment mis à ma disposition un véhicule aménagé.
Il manquait néanmoins une boule au volant, et se la procurer a été toute une aventure (rares sont les carrossiers qui ont une boule en stock).

Il faut savoir qu’avec un véhicule adapté, je peux me déplacer seule, mais je me fatigue plus rapidement, et mets plus de temps à récupérer. Aussi, des démarches simples telles que déplacer une valise, prennent une complexité qui n’existe pas pour celui qui a toute sa mobilité.
Voyager avec quelqu’un qui peut m’aider à monter et descendre le fauteuil de la voiture m’a bien aidé.

Handi-voyage en véhicule adapté, autour de la Corse

Le véchicule adapté de l’APF, à Ajaccio

Est-ce qu’il t’est difficile de demander de l’aide aux autres?

Globalement non, même si cela dépend des situations. C’est parfois un peu pénible car j’aime être le plus indépendante que possible.

Tu te déplaces sur un fauteuil électrique de 130kg, on peut dire que ton handicap est bien visible. Qu’en est-il de ton rapport aux regard des autres?

Lors de mon enfance et de mon adolescence c’était parfois difficile. J’entendais certaines remarques blessantes et j’avais du mal à les encaisser.

Je me souviens comme si c’était hier de l’arrivée de mon premier fauteuil à 9 ans. Je faisais les courses avec ma maman et là, à mon passage, une mère a agrippé gamin un peu plus jeune que moi en lui disant « Viens par là! On ne sait pas si c’est contagieux! »

En grandissant, j’ai appris à relativiser. On n’a pas le choix, je crois. Si on donne de l’importance à ces choses là, on se pose beaucoup trop de questions qui n’ont pas lieu d’être.

À Porto Vecchio

J’ai cru comprendre que ta famille s’inquiétait un peu lors de tes voyages…

Je pense que leur crainte est naturelle mais peut-être aussi influencée par mon handicap. Les opérations que j’ai dû subir ont été difficiles pour mes parents qui ne savaient pas s’ils allaient me perdre ou non, et cela a certainement contribué à la création d’un cocon protecteur autour de moi.

Acquérir une totale liberté, sans avoir à les rassurer régulièrement quand je suis à l’autre bout du monde, ce n’est pas chose facile. J’essaie de jongler entre mon désir de n’avoir à rendre de compte à personne, et leur besoin de savoir que tout va bien pour moi. C’est un équilibre à trouver pour que chacun soit apaisé.

Audrey de Roulettes & Sac à dos à Bonifacio

Au cimetière marin de Bonifacio

Je reviens sur notre joli road-trip Corse. Quelles ont été tes bonnes surprises d’handi-voyageuse?

Il y a vraiment de nombreuses possibilités en Corse pour nous! J’ai visité de nombreux endroits très bien adaptés.
Malheureusement elles ne sont pas suffisamment mises en avant et c’est difficile de les trouver.

Il faut mettre beaucoup d’effort dans la recherche, contacter les établissements pour s’assurer que tout convient puisqu’on ne peut pas se permettre d’erreur. Et encore, moi je peux marcher un petit peu! Bref, ces choses devraient être mises plus en valeur sur les sites web des établissements touristiques du monde.

Sinon, les gens ont été vraiment accueillants et bienveillants avec moi. Ils se sont en tout temps assurés que tout me convenait. On m’a aussi porté là où le fauteuil ne pouvait pas passer (ndlr: ces gentils jeunes hommes m’ont aussi porté par solidarité ;)

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué en Corse?

Les paysages variés et majestueux, le mélange de matières végétales et de roche, le relief, les changements de lumière incroyables, la mer… J’allais de surprise en surprise au fil des virages!

Audrey Barbaud, voyage et handicap

Sur les hauts de Bonifacio

Et pour finir, j’ai été très naturelle durant notre voyage, je n’ai pas pris de pincettes. Est-ce que tout le monde est comme ça avec toi?

Certaines personnes sont mal à l’aise. Mais je crois que c’est parce qu’ils ne savent pas trop comment s’y prendre. C’est de la maladresse, je suis convaincue que ce n’est pas volontaire. Il ne m’est arrivé qu’en de très rares circonstances de ressentir de la condescendance.

L’inverse se produit aussi! On pense parfois que c’est difficile pour moi de vivre une vie normale, confortable et stable… et de voyager! Certains voient une force en moi que je n’aime pas m’attribuer. Ce n’est qu’une question de se lancer! Bien entendu, cela dépend du vécu, du caractère, de l’éducation…

On n’est pas tous faits pour un même type de voyage et il faut trouver celui qui nous correspond au mieux.

Vous êtes handi-voyageur?

Découvrez le blog d’Audrey, Roulettes & Sac à dos avec plein de belles idées et de bons conseils. Vous pouvez aussi suivre les voyages d’Audrey sur Twitter et Instagram, ainsi que suivre et soutenir ses projets sur la Page Facebook de Roulettes & Sac à dos.

Remerciements à l’APF et l’Office du Tourisme d’Ajaccio.
Les opinions et choix éditoriaux de cet article me sont propres.

Par Corinne Stoppelli

Je suis Corinne, un petit oiseau libre. Sans domicile fixe depuis 2010, je sillonne la planète à la recherche d'inspiration et de points de vue différents. Sur Vie Nomade, je partage mon regard sur le monde, le temps et le changement, d'une plume sincère et d'un objectif curieux et ouvert. En savoir plus?

Vous avez aimé? Faites-le savoir!

La Newsletter Nomade

100% naturel et sans spam
lisez la notice pour en savoir plus

J'aime Vie Nomade!

Rédiger un commentaire?

(2 commentaires)

  1. Merci de cette interview. J’ai travaillé un temps dans un musée avec des escaliers et j’avais été surprise du nombre de fauteuils roulants se présentant (un par mois).
    Côté gêne, en tant que maman, j’avoue que je ne sais jamais quoi dire à ma fille qui dit « pourquoi elle est assise la dame ? » Sans aucune gêne de sa part bien entendu !

  2. Cédric

    Le club alpin de Toulouse organise chaque année une sortie montagne pour des jeunes avec un handicap, ils sont accompagnés (et portés avec l’équipement adéquat) par des bénévoles, ce sont des projets à soutenir qui permettent aussi de partager tous ensemble de belles activités et apprendre à se connaître.

    Félicitations pour Audrey, sa tenacité et l’accomplissement de son rêve. Merci pour l’article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez cet article avec un ami