Vie Nomade • Le blog voyage et culture, depuis 2008À proposPresseProContact
La vie
nomade
Corinne

Ode à la marche (et à l’ennui, et à la lenteur)

Marcher, marcher, marcher. Il y a un temps dans ma vie où je ne supportais pas ça, j’avais constamment l’impression d’être suivie par des gens mal intentionnés, de ne pas être capable d’aligner mes pieds correctement (et donc d’avoir l’air ridicule), j’étais toujours pressée… Et ça allait trop lentement.
Marcher

Sentier de montagne en Suisse, vers les Rochers de Naye

Marcher, ce n’était pas mon état naturel. Je courais plutôt, sautais par-dessus n’importe quoi (quitte à me défoncer quelques fois le visage, parce que je gardais stupidement les mains dans les poches). Je roulais à toute vitesse sur mon mountain-bike, sur mes rollers. Je lançais mes chevaux au galop même si je ne sentais pas bien mon assise. Je me laisser glisser sur des pentes vertigineuses, 100% consciente que si je dérapais c’était la mort. C’était ça qui me grisait.
Bien plus tard, sur mon scooter, acheté sans plaques et sans permis, malgré un accident qui aurait pu me coûter la vie, j’ai traîné autour de toute la Thaïlande du nord sans la moindre appréhension.

Honnêtement, me sentais-je immortelle? Absolument pas, je n’avais juste aucune appréhension à l’égard de la mort. Dans mes rêves qui se finissaient mal, je l’accueillais toujours à bras ouverts.

Même que j’avais tout vu. Les petits accidents, les gros, quatre personnes sur mon véhicule (bon ok, trois et demi), la conduite en état d’ébriété (oui, c’est le mal je sais… plus jamais, je me le suis promis), les kilomètres enchaînés sans fin, la panne sèche au milieu de la jungle, les crevaisons dans les coins improbables.

Quand j’ai décidé de quitter la Thaïlande et que j’ai vendu mon scooter, un quelque chose s’est brisé en moi. Mon scooter c’était ma liberté. Je savais qu’ailleurs, conduire sans permis me serait prohibé. Je savais qu’ici je passais entre les gouttes, mais qu’ailleurs c’était fini. Je ne pourrais plus juste empaqueter toutes mes affaires et rouler jusqu’à l’épuisement, aussi loin que possible, avec cette impression que j’aurais pu traverser ainsi la terre entière, sans ne dépendre de personne.

Randonnée autour de Mitzpe Ramon, Israël

Marche dans le désert du Néguev, autour de Mitzpe Ramon

Alors j’ai commencé à sauter dans les trains. Les trains négligés de ma jeunesse, ceux que j’empruntais tous les jours à des heures peu décentes pour me rendre en cours et en revenir. Les premiers trains que je devais attendre, parfois un peu pompette, à 5h30 du matin pour rejoindre mon lit. Ceux qui m’emmenaient à l’autre bout du pays, voire du continent. Le confort du train, où tu t’assieds, tu ouvres ton bouquin, ton ordinateur, ton mobile ou rien du tout et tu vis ta vie. Ma deuxième maison, ma télévision.

Mais il manquait quelque chose. Le train m’a amené le luxe de l’ennui, mais pas la patience: cette patience envers soi-même qui naît dans l’acceptation que nous avons tous notre propre rythme et que le changement prend du temps. Marcher, cette métaphore de la vie, de l’âge et de l’expérience que l’on prend au fil du temps!

Un beau jour j’ai arrêté de me brûler pour ne pas penser; j’ai arrêté de me surmener pour m’adapter à des choses auxquelles je n’adhérais pas, au fond de moi. J’ai arrêté d’essayer de me rendre toujours plus coriace, forte et insensible. Je suis partie affronter la propre carapace que je m’étais construite et c’est là, tout naturellement, que j’ai trouvé la marche. Et c’est dans la marche je me suis, tout naturellement, trouvée.

J’ai ramassé, un à un, tous les détails qui, mis ensemble font la vie comme le paysage. Les détails, qui comme les secondes, remplissent l’espace comme le temps. Et c’est là, dans cet océan de particularités, que j’ai compris ma différence, que je l’ai acceptée, et que j’ai cessé de courir.

À lire aussi: Toutes les randonnées sur Vie Nomade

Par Corinne Stoppelli

Je suis Corinne, un petit oiseau libre. Sans domicile fixe depuis 2010, je sillonne la planète à la recherche d'inspiration et de points de vue différents. Sur Vie Nomade, je partage mon regard sur le monde, le temps et le changement, d'une plume sincère et d'un objectif curieux et ouvert. En savoir plus?

Rédiger un commentaire?

(6 commentaires)

  1. Très joli texte, qui me renvoie un peu à mon propre cheminement. Pour ma part, j’ai toujours aimé la marche, j’essaie maintenant d’apprendre à l’apprécier en solo… À apprécier ma propre compagnie, en quelque sorte. Une épreuve physique et mentale en elle-même.

  2. ben

    La marche il y a rien de mieux pour perdre doucement sont temps. Personnellement c’est une pratique que je pratique depuis tout petit et qui m’a été salvateur plus d’une fois. Quand j’était ado j’étais très anxieux et fort stressé et avec de longue marche nocturne ça passé. Bientôt je vais un peu comme toi en faire mon mode de vie.

    J’ai découvert ton blog car je suis dans la même démarche que toi. Je vais te suivre j’aime bien comment tu écris.

    A bientôt

    • Merci Ben! Salvateur, c’est le mot! Et bien des fois, ça l’est pour moi aussi (je suis toujours anxieuse et fort stressée :p). Ce n’est pas (encore?) mon mode de vie, mais je fais ce que je peux pour y laisser de plus en plus de place.

  3. C’est un très beau texte que tu as écris.
    C’est vrai que la marche à cette particularité de nous ramener à nous-même et de nous permettre de nous retrouver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partagez cet article avec un ami