Histoires
d'ailleurs

Au hasard, aux Philippines

Publié le • Dernière mise à jour:

Les Philippines, ou pas? Ma chère maman avait quand même presque réussi à m’en détourner. ‘Es-tu folle, ma fille? Tu sais qu’ils kidnappent les touristes là-bas? En plus il se crucifient!’. Il est vrai que le regard européen sur cette myriade d’îles n’est globalement pas très positif: de là-bas, ça ressemble à une jungle peuplée de malfrats.

Siquijor sunset

Le coucher de soleil sur Sandugan Beach, à Siquijor

Non, j’irai. D’abord, je n’avais pas les moyens pour un vol direct Chine/Thaïlande, et de plus, j’avais de belles attentes, moi. Alors bon, d’accord, il se crucifient aux Philippines. Mais en Italie il se baladent bien à genoux sur des morceaux de verre pilé: je n’ai pas l’impression que je trouverai là-bas quelque chose de plus bordélique ou effrayant qu’à Naples, ma ville d’origine.

Je suis supposée atterrir à Manille, le summum du cliché panique. Je me dis que je ne vais pas pousser, je vais plutôt aller me perdre quelque part sur une île, mais laquelle? En manque d’inspiration, je me balade sur le blog de l’autre Corinne: son expérience de Siquijor semble me convenir.
Plages de sable blanc, eaux cristalline, poissons tout colorés, un brin de jungle et beaucoup de sympathie: ce sera parfait pour récupérer de l’effervescence chinoise. Je réserve mon vol aussitôt.

C’est ainsi que le sept juin 2010, je prendrai un métro, un train à haute vitesse (le maglev de Shanghai, célèbre pour sa pointe à 300km/h), un avion pour Manille, puis un autre pour Dumaguete, un taxi jusqu’au port, un bateau jusqu’à Siquijor et finalement le tuk-tuk qui m’emmènera sur ma plage, à Sandugan. Environ 24 heures de déplacement.

Maglev

Le maglev à Shanghai, et sa pointe à 300km/h. Plutôt inutile, mais ça en jette il paraît.

À Dumaguete, c’est le dépaysement total: l’aéroport consiste en une grande pièce où les employés balancent joyeusement les bagages parmi les passagers. Les gens s’affolent comme des fourmis stressées, il n’y a aucune technologie en place, et le bureau d’information touristique consiste en une table de bois qui tient vaguement debout.

Les bagagistes se poussent pour obtenir un pourboire, les conducteurs de taxis me sautent dessus pour que je les choisisse. Mais, je ne me laisse pas dépasser par la fatigue, je m’en vais tranquillement traverser la rue avec mon bric-à-brac, histoire de choisir ce jeune conducteur patient, à l’autre bout, qui ne me fera pas sur-payer.

Cebu Pacific

J’embarque pour mon vol interne Manille-Dumaguete.

Carlo écoute un vieil album de Mariah Carey que je reconnais: retour à l’adolescence! On engage la conversation. Il m’aide à me frayer un chemin dans le fouillis du port. Je prends son numéro, au cas où j’aurais à revenir à Dumaguete par la suite – il me semble plutôt sage de garder contact avec quelqu’un d’honnête (oui, je suis encore un peu engoncée dans la paranoïa maternelle).

Sur les docks, les marins me hurlent de me dépêcher, le cargo va partir. Comment? Trente minutes en avance? Et bien. heureusement que j’y étais, où j’aurais dû attendre 4 heures de plus.

Ah, l’océan… sur le bateau, que des philippins. Dans l’aéroport aussi d’ailleurs. Je suis l’oiseau un peu bizarre et je collecte les sourires curieux.

Boat in Dumaguete

Le Jaylann 2, qui m’emmènera, 30 minutes en avance, sur l’île de Siquijor.

À mon arrivée à Siquijor, je les vois s’exciter du bout de la jetée, les conducteurs de tuk-tuks. Une blanche! Je me fraie un chemin jusqu’à la hutte touristique, entre leurs tentatives de marchandage qui me semblent un brin trop désespérées. De là, j’obtiens un tarif correct, et j’arrive à bon port avec le sourire: ce conducteur-ci, dont je ne me souviens pas le nom, était tout aussi jovial que Carlo.

J’avoue que tout ça ressemble beaucoup à de la drague, mais je n’y prête pas trop d’attention. J’ai l’air un peu exotique dans ces contrées, et surtout, ils pensent tous que je suis riche aux as – ce qui finalement n’est pas si faux si l’on compare nos salaires. Dans mon pays, je suis une pauvrette, mais ici, une princesse pour sûr.

Sandugan Beach

Ma plage.

À Siquijor, je ne suis pas déçue. Mon bungalow sur la plage est immense, tout en bois, j’y entends le son des vagues. La plage est sublime, et les sourires qui m’accueillent sont des plus ensoleillés. Je sens que je vais m’y plaire.

Relaxing, while there's no electricity

J’ai adopté, déjà.

Cet article a été initialement publié sur ebookers.ch.

Cet article vous a plu ou vous a servi?

Par Corinne Stoppelli

Je suis Corinne, un petit oiseau libre. Sans domicile fixe depuis 2010, je sillonne la planète à la recherche d'inspiration et de points de vue différents. Sur Vie Nomade, je partage mon regard sur le monde, le temps et le changement, d'une plume sincère et d'un objectif curieux et ouvert. En savoir plus?

Rédiger un commentaire?

(5 commentaires)

  1. Woods dit :

    La plage a l’air magnifique et surtout calme !
    Petite précision : le Maglev à Shanghai doit aller à 430km/h en pleine journée, c’est surement le train à sutentasion magnétique (en service) le plus rapide. Il ne va qu’à 300 km/h en début et fin de journée pour ne pas trop gener les riverains.
    — Woods

  2. Corinne dit :

    Un petit coucou de « l’autre Corinne » qui a beaucoup aimé Siquijor… Merci pour ce clin d’œil !
    :-)

  3. NowMadNow dit :

    Ah les mamas inquiètes pour leur progéniture… Les Philippines c’est dangereux, l’Amérique latine c’est dangereux, mais reste dans ton pays ma fille :)

    NowMadNow

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.