Vie Nomade • Voyage, culture & contre-courant, depuis 2008À proposPresseProContact

Guides &
Bons Plans

Corinne

Road trip en Abitibi-Témiscamingue

Bonjour! Vous êtes au Québec, oui! Je sais, c’est un nom complexe et curieux. Et je dirais même que c’est un lieu complexe et curieux qui porte fort bien son nom… Et il paraît que les meilleurs secrets sont les mieux gardés?

RoadtripAT – L’épilogueÀ VOIR : Roadtrip en Abitibi-Témiscamingue raconté par nos blogueuses. #pistoi #RoadtripAT #tourismeat

Publié par Tourisme Abitibi-Témiscamingue sur jeudi 14 juillet 2016

L’Abi… L’Abiti… L’Abitibi-Témiscamingue?

Avant de vous présenter l’itinéraire de notre road trip, la région mérite une petite introduction. Car malgré une semaine à le parcourir en long et en large, elle n’a rien perdu de son mystère à mes yeux! Voici quelques faits qui vous aideront peut-être à mieux la cerner…

  • Abitibi, en algonquin: « Là où les eaux se séparent »
  • Témiscamingue, en algonquin: « Eaux profondes »
  • Algonquin? D’accord, je reprends. Les Algonquins sont les membres du peuple autochtone algonquien. On les appelle aussi les Anishnabeg (avec une ribambelle de variations orthographiques). Seulement un Algonquin sur cinq parle la langue algonquine aujourd’hui. On retrouve les Algonquins au Québec et en Ontario.
  • Anishnabeg signifie « Le peuple des origines », et ils sont là depuis 7’000 ans.
  • Les pionniers Canadiens-français sont arrivés en Abitibi-Témiscamingue au début du XXème siècle. Leurs intérêts se situaient alors dans la foresterie, l’agriculture et la mine. Les Anishnabeg leur ont été d’une grande aide et certainement aussi d’une grande inspiration!
Road trip au Québec

Road trip au Québec? Yeah, moteur!

Etape n°1 – De Montréal à la Vallée-de-l’Or

Itinéraire road trip Abitibi-Témiscamingue

Notre itinéraire de road trip en Abitibi-Témiscamingue

Suivre la route de la Réserve faunique de la Vérendrye, ça m’a rappelé ma panne sèche en Thaïlande au milieu de la jungle: les panneaux « attention aux éléphants » remplacés par « attention aux orignaux », la végétation différente, les lumières « pas comme à la maison ». Mais la route, la route… c’est toujours la même: celle qui t’amène dans l’inconnu!

« Epicerie à 41km », nous dit une pancarte au milieu de nulle part. Après six heures de voyage nous nous sommes enfin arrêtées pour notre première étape dans l’Abitibi-Témiscamingue, à Val-d’Or.

La vie humaine reprend, de l’autre côté du parc, alors qu’il me semblait que nous nous en éloignions. J’ai l’impression d’être sur une île étrange, loin du reste de la planète. Le pays des castors, peut-être?

Etape n°2 – La Vallée-de-l’Or

Après une bonne nuit de sommeil, je descends fraîche et dispos dans la mine de la Cité de l’Or (à 91 mètres sous terre!) pour n’écouter qu’une fraction du bruit qu’entendaient alors les travailleurs de l’ombre. À la sortie, je vois littéralement la lumière au bout du tunnel.

Je me prends ensuite une grosse bouffée d’air frais avec le récit d’Alexis Wazineau, un Anishnabeg ayant reçu un don, au fond des bois, qui l’a guéri et lui a donné une vocation. « Porte ta main ici, à ton cou, et écoute le tambour, qu’entends-tu? » Les battements de mon coeur, du tien, des animaux, de la planète. Les bois (nos bois!) où l’on se retrouve, où l’on se raccroche temporairement à ce qui compte: l’esprit, le corps, le coeur.

Lorsque plus tard, j’enfourche mon mountain-bike sur des kilomètres de sentiers forestiers de la Forêt Récréative de Val-d’Or, je me défonce le corps et l’esprit jusqu’à n’en plus pouvoir. Je vis à 300km/h: c’est le rythme des battements de mon coeur à ce point précis de ma vie. C’est dans ce bout d’extrême que je me cherche et me retrouve. Jusqu’à ce que, peut-être, je rencontre les eaux calmes d’une rive paisible et invitante.

Vivre l’expérience minière dans la Vallée-de-l’Or

Cité de l'Or à Val-d'Or

La « chambre des pendus » de la mine de Val-d’Or, où les mineurs rangeaient tout leur équipement.

Cité de l'Or à Val-d'Or

Machinerie de mine à la Cité de l’Or!

Les points forts gourmands de la Vallée-de-l’Or

  • La microbrasserie Le Prospecteur à Val-d’Or
    Pour une dégustation de bières exquises (et renommées!) dans un cadre ultra esthétique
  • Le restaurant Windsor à Val-d’Or
    Un cadre moderne, boisé et espacé pour une délicieuse provende!
  • La Chocolaterie Choco-Mango à Val-d’Or
    Parce que si déguster un chocolat au curry ne vous branche pas, vous pouvez toujours vous rabattre sur la crème glacée, les cocos, les cupcakes et toutes les autres exquises sucreries… Marie-Julie Gagnon a dressé un portrait de l’entrepreneuse guatémaltèque qui se cache derrière la marque.
Microbrasserie du Prospecteur à Val-d'Or

La Microbrasserie du Prospecteur à Val-d’Or

Microbrasserie du Prospecteur à Val-d'Or

Dégustation de bières du Prospecteur, yum!

Restaurant Windsor à Val-d'Or

Restaurant Windsor à Val-d’Or

Restaurant Windsor à Val-d'Or

Potage aux poireaux avec crème au bacon du Windsor

Aventure & culture dans la Vallée-de-l’Or

  • Kinawit et le Centre d’Amitié Autochtone
    Pour vivre une expérience culturelle complète en territoire Anishnabeg! Kinawit propose des ateliers ainsi que l’hébergement. J’y ai fait la rencontre d’Alexis Wazineau, artisan de tambours (je vous en reparlerai)!
  • La Forêt Récréative de Val-d’Or
    Des sentiers pour faire le plein d’aventure à moutain-bike, à pied, en moto-cross et j’en passe! Découvrez le récit de notre expérience sur le blog de Claudia, ma co-road-trippeuse!
Forêt Récréative de Val-d'Or

Un lac d’esker dans la Forêt Récréative de Val-d’Or

Alexis Wazineau à Kinawit

Alexis Wazineau et son tambour, à Kinawit

Où dormir à Val-d’Or?

Nous avons séjourné à l’Hôtel Forestel

Etape n°3 – Amos-Harricana

La route. Harricana, c’est justement la route! Par ici est passé tout le beau monde de l’Abitibi-Témiscamingue. Et nous aussi, désormais. Dans ce coin, je fais la connaissance d’une artisane extraordinaire, Scaro, inspirée de la nature et de ses métaux. Plus loin, je découvre la réalité d’une réserve (celle de Pikogan). Autant de coups de coeur en une journée? Et je n’ai même pas encore parlé du Refuge Pageau

Refuge Pageau, Amos

Chewbacca, le porc-épic câlin du Refuge Pageau

Refuge Pageau, Amos

Marie-Frédérique, gardienne du Refuge Pageau, avec Evelyne la corneille

Ce qu’un zoo devrait être? Comme le Refuge Pageau à Amos‬, justement: un lieu où sont recueillis et bichonnés entre 150 et 250 animaux sauvages par année, blessés ou inadaptés. Les entrées des visiteurs permettent de subvenir à leurs besoins à hauteur de 60%. L’objectif premier est de soigner et relâcher les animaux lorsque c’est possible, ou de s’assurer qu’ils terminent leurs jours heureux au refuge, s’ils ont été trop imprégnés par la présence humaine. Le second est de sensibiliser la population locale afin qu’il y ait moins d’arrivages. Des pensionnaires tels que Chewbacca le porc-épic ou Evelyne la corneille se laissent doucement approcher, sans crainte aucune.

Les points forts d’Amos-Harricana

  • Le Refuge Pageau, of course!
  • La Réserve de Pikogan, résidence de la bande Abitibiwinni, désireuse de transmettre sa culture, son histoire et son savoir. Je vous parle de mon expérience ici.
  • L’atelier de Scaro
    Caroline Arbour est une joaillière d’exception: passionnée par les insectes, elle s’en inspire pour créer des bijoux d’une précision et d’un style à nul autre pareils!
  • L’atelier de NOC Design
    Mathieu Gnocchini réalise des produits de cuir de toute beauté dans un atelier qui lui ressemble: pointilleux, propre, un brin vintage et parfaitement illuminé!
NOC design, atelier de cuir

Mathieu Gnocchini et son cuir

NOC design, atelier de cuir

L’atelier de Mathieu Gnocchini (alias NOC)

Scaro, Caroline Arbour

Caroline Arbour, alias Scaro

Scaro, Caroline Arbour

Un petit bout de l’atelier de Scaro

Où dormir à Amos?

Nous avons séjourné à l’Hôtel des Eskers

Etape n°4 – Abitibi-Ouest

Un coin de pays à l’histoire colossale et au développement d’une rapidité extrême… sur seulement 100 ans! Chaque grand-papa et grand-maman d’ici a été le premier quelque chose (premier chef de police, première infirmière, première maîtresse d’école)… Les colons du coin ont simplement choisi la terre et ses fruits et semblent, aujourd’hui encore, vivre en harmonie avec elle… Tout naturellement!
J’ai toujours pensé qu’un rapprochement avec la nature est une source d’équilibre puissante, il favorise un renouement avec ses émotions, ses instincts, mais aussi sa créativité. La région vibre d’énergie, de renouveau, et pourtant on a l’impression d’être au fin fond du monde.
Les gens d’ici sont des raconteurs d’histoires: le relai du vécu de leur famille est un réflexe, comme inné. C’est comme si le lieu n’avait pas de passé, comme s’il était resté coincé dans l’instant présent. Tout y est à voir, à écouter, à ressentir.
J’avoue, je me verrais bien migrer là avec quelques poules, chevaux et chats, à écrire l’histoire des autres à n’en plus finir.

Maison Turgeon à Chazel

L’infirmière de Chazel, à la Maison Turgeon

Maison Turgeon à Chazel

Les plaques de véhicules de la Famille Turgeon

Les points forts de l’Abitibi-Ouest

  • La Maison Turgeon à Chazel
    Marcel Bouchard a fait de la maison de ses ancêtres un musée relatant toute l’histoire du coin! Rendez visite à ce passionné pour faire le plein d’inspiration! Je vous en parle ici.
  • La fromagerie La Vache à Maillotte
    Si vous passez un peu de temps en Abitibi-Ouest, les produits de La Vache à Maillotte vous passeront forcément… sous le nez! Découvrez-y un peu du fabuleux monde des fromages du Québec!
  • L’école du Rang II à Authier
    Vivez l’expérience (en immersion) d’une école de rang témiscabitibienne autour des années 1940.
  • Restaurant le Champêtre de la Pourvoirie des îles Duparquet
    Faites face aux 135 îles de Duparquet en dégustant tranquillement une exquise provende.
Ecole de Rang II d'Authier

L’école de Rang II d’Authier

Le doré du Champêtre, à la Pourvoirie des îles Duparquet

Le doré du Champêtre, à la Pourvoirie des îles Duparquet

Où dormir dans l’Abitibi-Ouest?

Nous avons séjourné en plein coeur de la nature, au Parc Sépaq d’Aiguebelle, et plus précisément dans le Chalet de la Demoiselle (secteur Taschereau). Un tas d’options d’hébergement s’offrent à vous sur le site du parc!

Chalet Demoiselle du Parc d'Aiguebelle

Chalet Demoiselle du Parc d’Aiguebelle

Parc d'Aiguebelle

Parc d’Aiguebelle

Etape n°5 – Rouyn-Noranda

Une petite pause citadine dans le chef-lieu de l’Abitibi-Témiscamingue? Volontiers! À Rouyn-Noranda on ralentit un peu le rythme pour se concentrer sur la bonne chère et les petits plaisirs simples de la vie.

deuxparquatre pub brut

deuxparquatre, le pub brut

deuxparquatre pub brut

« Sugar Daddy » du deuxparquatre: une poutine sucrée… Guimauves et sauce chocolat sur frites, oui!

Les points forts de Rouyn-Noranda

  • Vélo Cité, prêt de vélos!
    Oui, vous pouvez y emprunter gratuitement un vélo pour une durée de deux heures et ainsi découvrir les abords de la ville et son joli lac à votre rythme.
  • Le Bistro-Bar Le Cachottier
    Et pourquoi pas une immense poutine barbecue-sanglier? La cuisine est ouverte, au milieu du restaurant. Mangez au bar!
  • Deuxparquatre, le pub brut
    Mon gros gros coup de coeur culinaire de ce road trip. La meilleure graisse qui soit ;) Je vous en parle plus en détails ici.
  • Maison Dumulon
    Pour votre refill d’inspiration vintage, découvrez le premier magasin général du coin, fondé en 1924. Les étagères sont pleines de petits objets sur lesquels perdre son regard.
  • Franz, l’Autentische Barbier
    Messieurs, faites-vous faire la coupe ou la barbe dans le salon le plus rock and roll de la planète. Classy as fuck!
Chez Franz, l'Autentische Barbier

Chez Franz, l’Autentische Barbier

Maison Dumulon

Maison Dumulon

Restaurant le Cachottier à Rouyn-Noranda

Le Cachottier

Restaurant le Cachottier à Rouyn-Noranda

Quoi? T’avais pas fini ta poutine au sanglier? Restaurant le Cachottier

Où dormir à Rouyn-Noranda?

Nous avons séjourné à l’Hôtel Albert (Best Western)

Etape n°6 – Témiscamingue

Dernière étape avant le retour vers nos quotidiens, le Témiscamingue est, comme les autres régions, au plus proche de la nature, de la créativité et des arts. Ma rencontre avec Pascal Laliberté, alias L’Gros Trappeur aura été un moment très marquants de mon séjour: très réticente à l’usage de la fourrure, j’y découvre un usage éthique et consciencieux. Je vous en parle ici.
Et puis, pour la première fois de ma vie, je vais travailler le verre à l’atelier de Nancy Couturier… Et craquer sur une jolie paire de boucles d’oreille, ma foi. Désormais je porte partout avec moi un bout d’Abitibi-Témiscamingue!

Verrerie de la Montagne à Ville-Marie

J’apprends à faire une perle de verre avec Nancy (Photo © Claudia Matteau)

Les points forts de Témiscamingue

  • L’gros trappeur à Lac Prévost
    Découvrez le monde de la trappe, de la taxidermie et de la confection d’objets divers, dans le plus grand respect de la nature.
  • La Verrerie de la Montagne à Ville-Marie
    Outre travailler le verre avec talent (et fabriquer toutes sortes d’objets, du bijou à la lampe), Nancy Couturier a aussi construit son atelier par elle-même.
  • Le Verger des tourterelles à Duhamel
    Qu’est-ce que ça donne, deux jeunes entrepreneurs dans la vingtaine qui se lancent dans la transformation de petits fruits? D’exquises liqueurs, entre autres.
  • Barbe Broue Pub à Ville-Marie
    Quand deux fermiers acculés par les besoins trop pressants de l’économie se réinventent… Ça donne une brasserie très classe avec de la bière délicieuse!
Barbe Broue Pub à Ville-Marie

Le Barbe Broue Pub à Ville-Marie

Où dormir à Ville-Marie?

Nous avons séjourné à La Bannik , un lieu de villégiature qui comporte plusieurs types d’hébergements, entre chalets et camping!

La Bannik

La Bannik

Et après le road trip?

Je me sépare de mes trois nouvelles amies des blogs Claudia La Roadtrippeuse, Anne de Montreal Addicts et Pascale de Scouich ainsi que de ma vieille copine Jennifer de Moi, mes souliers. Mais l’aventure ne se termine pas encore tout à fait pour moi… Alors que les filles reprennent la voiture pour revenir à Montréal, je m’en vais prendre la liaison Senneterre-Montréal. Un train vraiment spécial!

Découvrez aussi…

Cet article et ce voyage ont été rendus possibles en collaboration avec Destination Canada et Tourisme Abitibi-Témiscamingue. Un grand merci à eux! Je conserve mon entière liberté éditoriale.

Par Corinne Stoppelli

Je suis Corinne, un petit oiseau libre. Sans domicile fixe depuis 2010, je sillonne la planète à la recherche d'inspiration et de points de vue différents. Sur Vie Nomade, je partage mon regard sur le monde, le temps et le changement, d'une plume sincère et d'un objectif curieux et ouvert. En savoir plus?

La Newsletter Nomade

100% naturel et sans spam
lisez la notice pour en savoir plus

J'aime Vie Nomade!

Rédiger un commentaire?

(8 commentaires)

  1. J’ai été attiré par le nom completement inconnu et je ne suis pas deçu !
    Vraiment de magnifiques photos Corrine, qui me donnent enc.ore plus envie d’aller visiter le Canada.

    Un jour peut être :)
    Bonne continuation pour le voyage

    Jeremy

  2. Wouah, ça fait envie !!! Je reviendrai car là, je n’ai pas eu le temps de visiter tous les liens que tu nous donnes … bravo, c’est du dense !!!
    J’aime beaucoup l’ambiance qui se dégage de toutes tes photos.

  3. ben

    Ca donne envie de venir. J’aime beaucoup la démarche de faire visiter vôtre région et illustré par de très belles photos.

    Je met cette destination dans ma to do list ;)

    • Bonjour Ben, merci beaucoup je suis ravie que ça vous plaise! Ce n’est pas ma région, mais j’ai eu l’opportunité de la découvrir il y a peu de temps :)

  4. Lise Doire

    Très beau reportage sur l’Abitibi et le Témiscamingue! Bravo,d’y avoir pensé.Et plusieurs endroits visités nous les avons apprécié! Et nous aimerions un peu plus du coin de La Sarre.Mais pour un autre « Road Trip » j’espère!

    • Merci beaucoup Lise! Je n’ai pas le mérite d’y avoir pensé toute seule car on me l’a proposé, mais en tout cas à peine le nom entendu (et compte-tenu de mon amour pour le Québec) j’ai dit OUI OUI OUI! Certainement un autre road trip oui ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez cet article avec un ami