Voyages
Culinaires

Kufstein: des montagnes de beauté et de bon goût

Publié le • Dernière mise à jour:
L’Autriche me rappelle beaucoup ma Suisse, mais elle s’en distancie dans les détails: les entrelacs délicats qui décorent les façades (comme des maisons de poupées du siècle passé), les gens qui nous saluent au village d’un timide « Servus » plutôt qu’un timide « Bonjour », des fleurs identiques et des fleurs différentes, de petites vallées sous de puissantes montagnes, un rythme doux, paisible, la force de la nature partout autour de toi, une mésange qui te guette (à moitié cachée derrière un tronc), des maisons boisées parées de fleurs roses plutôt que rouges, un allemand aux sonorités curieuses…
Voyager dans le Tyrol, en Autriche

La région du Kufstein, au coeur du Tyrol, peut bien se targuer d’être aussi mystérieuse qu’insolite: elle compte par exemple la dernière vallée d’Autriche a avoir obtenu un accès routier (toujours inaccessible pour nous autres), une parade de vaches enguirlandées, le plus grand orgue du monde, le bar avec le plus de gins au monde, la Sainte Cène jouée par les habitants (où Jésus est une rockstar locale), le plus petit pont-restaurant au monde (à découvrir plus bas) et, bien sûr, de la choucroute en abondance. Venez, je vous y emmène!

Unterwirt: un camp de base gourmand

Je dépose mes valises à l’hôtel Unterwirt. Je me sens ici comme en équilibre entre les siècles. Parfait mélange d’éléments modernes et de charmes d’antan, on sent facilement que cette bâtisse, qui compte vingt-deux chambres, a de l’histoire. Je me perds dans les boiseries, dans les bruissements du grand jardin.

Hôtel restaurant Unterwirt, table gastronomique à Ebbs
Dormir au Kufstein, Tyrol - L'hôtel UnterwirtDormir au Kufstein, Tyrol - L'hôtel Unterwirt

Dans le petit ascenseur qui m’emmène au lobby, je souris de l’accent curieux des hôtes que l’on entend mettre l’ambiance au bar. Puis, assise à la table ovale en bois massif près du bar, je commande un quelque chose de simple pour entrer doucement en matière: allez, une Schnitzel. La viande fond sur la langue, le goût es délicat, le citron est superflu (et pourtant, je suis du genre à mettre du citron partout).

Manger à Ebbs, Kufstein: restaurant gastronomique UnterwirtManger à Ebbs, Kufstein: restaurant gastronomique Unterwirt
À gauche: La Wiener Schnitzel (escalope à la viennoise) est une tranche de veau panée. Elle est servie avec du citron et une confiture de canneberge. À droite: Un cocktail signature à base de vodka locale, melon et concombre.
Hôtel restaurant Unterwirt, table gastronomique à Ebbs

Une petite balade digestive autour d’Unterwirt apporte juste ce qu’il faut en dépaysement: de la petite chapelle posée sous Alpes au chalet en bois paré de ses plus jolies fleurs de balcon.

La nature du Kufstein, au Tyrol La nature du Kufstein, au Tyrol

Sabrina, seulement vingt-neuf et bien du talent, gère Unterwirt avec un gant de velours, aidée quand il le faut par ses soeurs et ses parents. Cette maison familiale a été construite autour de l’an 1400 et se trouve dans la famille de Sabrina depuis 1840. À l’époque, c’était une ferme et une taverne. Son père la réduira à son essentiel plus tard: exit la ferme, vive la taverne. Se concentrer sur une chose portant souvent ses fruits, Unterwirt arbore ainsi fièrement sa toque GaultMillau (14 points) depuis déjà vingt-sept ans. Nous aurons l’opportunité d’essayer le soir-même.

Dormir dans le Kufstein, à Unterwirt

Les prix pour une nuit à l’hôtel Unterwirt (à Ebbs) débutent à 70€. Découvrez les menus proposés au restaurant sur le site web d’Unterwirt.

Restaurant GaultMillau à Ebbs, Tyrol: Unterwirt

Pas de choucroute ici, mais un repas gastronomique à un-peu-trop-de-plats, de ceux qui vous font regretter d’avoir pris un petit-déjeuner (ne parlons même pas dû déjeuner!) tellement il est difficile de ne pas terminer l’exquise provende qui continue d’affluer sur votre porcelaine en narguant votre palais « Allez, juste une dernière bouchée. Oh et ce vin si bien assorti? Juste une dernière gorgée ». On sait plus ou moins tous comment cela finit: avec un immense désir de se dépenser, de randonner, de gravir des montagnes même. Et ça tombe bien, parce que si vous avez bien suivi, on est au coeur du Tyrol.

Le repas débute avec une série de pâtes à tartiner salées, parmi lesquels le Verhackertes, à base de lardons cru hachés à appliquer abondamment sur le bon pain fait maison. Une petite surprise du chef (une boulette frite au fromage et à l’abricot), vient ensuite introduire ce menu gastronomique à six plats: on en redemanderait, inconscients que nous sommes! Les coupes et les plats se succèdent sans relâche.

Restaurant GaultMillau à Ebbs, Tyrol: Unterwirt

De gauche à droite et de haut en bas: Boulette frite au fromage et à l’abricot (une petite surprise du chef) / Variation de bolets jaunes et betteraves / Boulette aux cèpes et variation de pommes de terre / Lotte, ail allemand et papaye / Boulettes de semoule sur crème glacée aux myrtilles

Kufstein, le coeur du Kufstein

On ne pourrait plus simple: Kufstein est le chef-lieu du Kufstein. Cette ville d’un peu moins de 18’000 habitants est dominée par une impressionnante forteresse blanche, sise sur l’une des cinq collines qui ponctuent la ville: le Festung Kufstein, érigé en 1205. De là, on a tout loisir d’admirer la vue prenante à 360° (selon où l’on se trouve sur le Festung): suivre la silhouette turquoise de la rivière Inn qui file jusqu’au soleil, admirer les cimes, se perdre sur les petits toits de la ville…

Festung Kufstein, château médiéval

Un mini funiculaire bien raide permet un accès facile au sommet de Kufstein.

Festung Kufstein, château médiéval

La rivière Inn traverse Kufstein

Kufstein, au coeur du Tyrol Le château de Kufstein
Le château de Kufstein au Tyrol

Il y a, quelque part dans la forteresse, l’orgue le plus grand du monde (l’Orgue des Héros).
On peut l’entendre tous les jours à midi pile.

Kufstein arbore des façades multicolores, ornées de peintures raffinées et de détails sur lesquels on s’arrête très volontiers: un désir historique d’élégance, de prestige. Et puis, il y a dans la Römerhofgasse, le plus petit pont-restaurant au monde (oui, c’est quelque chose, les ponts-restaurants!), l’Auracher Löchl, qui ne sert que deux personnes et le bar qui propose la plus grande variété de gins au monde, le Stollen 1930.

Voyage en Autriche: la ville de Kufstein dans le Tyrol

La Römerhofgasse, centre historique de Kufstein

Voyage en Autriche: la ville de Kufstein dans le Tyrol Voyage en Autriche: la ville de Kufstein dans le Tyrol
Voyage en Autriche: la ville de Kufstein dans le Tyrol Voyage en Autriche: la ville de Kufstein dans le Tyrol
L'Auracher Löchl, plus petit pont-restaurant au mondeL'Auracher Löchl, plus petit pont-restaurant au monde
L’Auracher Löchl, plus petit pont-restaurant au monde

Succomber aux délices du Kufstein

Il ne s’agirait pas du Tyrol s’il n’y avait pas moult options d’exquise provende. À Kufstein l’on trouve un nombre exponentiel de bonnes idées, comme souvent dans les coins un peu plus reculés, un peu plus enguirlandés de nature. L’énergie du lieu est mise en avant par le potentiel créatif de ses gens.

Notre déjeuner aura lieu au Cupa Bar (précédemment Bar Albert). Ces jeunes travaillent avec les artisans et vignerons locaux, invitant les fruits (mais pas que) dans leurs délicieuses bouchées. Ici, chaque détail invite à un festin de l’oeil comme du palais: un établissement à la fois très classe et hip. Et puis, il y a cette drôle d’idée des boîtes de sardines: le nouveau caviar! Quelque part dans les étals du Cupa Bar on peut trouver une sardine âgée depuis 1988.

Manger au Kufstein: Bar à vins Cupa à KufsteinManger au Tyrol: Bar à vins Cupa à KufsteinGastronomie au Tyrol: Bar à vins Cupa à Kufstein
De gauche à droite, mes dégustations au Cupa Bar: Plat de fromage et charcuterie / Poulet avec prune, menthe, sauge / Thon blanc, poire et betterave

Pour un dîner un peu plus costaud et traditionnel, Sattlerwirt est une excellente option. Avec son décor boisé et sa chambre de danse attenante à la salle à manger principale (un peu d’action pour ceux qui s’ennuieraient d’un repas qui tire sur la longueur), ils vous plonge dans une ambiance absolument tyrolienne. Ici, un repas à six plats serait un suicide, étant donné l’abondance des plats servis!

Manger à Kufstein: Sattlerwirt

On nous sert une petite surprise pour commencer, une Kartoffelblattlin (littéralement une tranche de pomme de terre) sur un lit de choucroute (honnêtement la meilleure choucroute de ma vie, il y a un secret ici que je volerais bien). Je commande ensuite une soupe à la courge en entrée et une variation du célèbre Käsespätzle (des pâtes à l’oeuf recouverte d’une sauce au fromage), des Käsespätzle aux épinards, recouverts non seulement de fromage, mais aussi de jambon (je ne terminerai jamais mon assiette, cause potentielle explosion de l’abdomen).

Mais lorsque notre hôte commandera un dessert à partager, du Kaiserschmarrn, je ne résisterai pas à combler l’invisible vide encore en moi. Il s’agit d’un plat très simple à base de farine et d’oeufs principalement, qui peut accompagner un plat en version salée, ou être dégusté comme dessert en version sucrée. Il me rappelle le pain perdu! Je dégusterai aussi une version aux fruits des bois.

Cuisine traditionnelle du Tyrol au restaurant SattlerwirtCuisine traditionnelle du Tyrol au restaurant SattlerwirtDélicieux kaesespaetzle au Sattlerwirt, Kufstein
De gauche à droite, le repas du Sattlerwirt: Kartoffelblattlin avec choucroute / Soupe de courge / Spaetzle aux épinards avec sauce jambon crème
Manger à Kufstein: Sattlerwirt

Et puis il y a bien sûr la cuisine fusion, une option que je tend parfois à laisser de côté (probablement à tort) cherchant à tout prix à manger comme l’habitant. Sauf que l’habitant, il mange un peu fusion parfois. Je laisse donc mes à-priori de côté pour mon passage à Bierol, heureux mot-valise combinant bière et Tyrol.

Manger au Kufstein: Bierol Taproom Manger au Kufstein: Bierol Taproom

Ici l’on a déjà brassé 100 types de bières artisanales différentes depuis la ré-ouverture de l’établissement en 2016. Auparavant tenu par le père de Caroline, l’une des trois très jeunes associées à l’origine du concept, il s’agissait d’un restaurant très traditionnel. Plutôt éloigné de Kufstein, dans le village de Schwoich, il fallait créer un concept suffisamment sexy pour motiver les gens à se déplacer. Ainsi naît Bierol, combinaison de la cuisine fusion de Caroline à base de produits sélectionnés avec soin dans la région, et du talent de deux jeunes brasseurs qui s’attachent à ouvrir l’esprit de la région à des bières plus cool. On retrouve sur la carte la Schwoichers helle (du nom du village), ou la Pale Ale Doing Alright Without A Name.

Outre y manger, il est aussi possible de s’inscrire à une dégustation assortie d’une visite de la brasserie d’une heure trente.

Bierol, restaurant fusion au Tyrol, Kufstein
Gastronomie au Tyrol: Bierol au KufsteinGastronomie au Tyrol: Bierol au Kufstein
Boulettes de poisson frites / Ragoût de cerf au chocolat et sauce aux canneberges sauvages

Digérer en admirant la vue: randonnée dans le Kaisertal

Et après d’être remplis la panse, on passe aux choses sérieuses: une bonne randonnée qui commence par non moins de 280 marches. C’est la distance qui nous sépare du Kaisertal, la dernière vallée d’Autriche a avoir obtenu un accès routier en 2008. Avant cette date, quelques véhicules utilitaires pour les habitants y furent héliportés… Mais avec ces escaliers, il fallait tout de même descendre et remonter à pied pour en sortir! Aujourd’hui, un discret tunnel routier permet aux habitants de rejoindre leur domicile. Quant à nous autres, pas question de polluer: c’est avec plaisir que nous monterons à pied, comme au bon vieux temps. À vrai dire, cette route est réservée aux habitants pour des raisons de conservation et nous n’aurions pas le droit de l’emprunter.

Randonnée au Tyrol: Kaisertal Randonnée au Kufstein en Autriche: Kaisertal

Après les 280 marches et de morceaux de paysages à couper le souffle entre les arbres (dont le Festung Kufstein dont je vous parle plus haut), nous rejoignons la route privée et continuons notre ascension dans la vallée. Le chemin est désormais découvert et nos amies les vaches commencent à apparaître.

Randonnée au Kufstein au Tyrol: Kaisertal
Randonnée au Tyrol: Kaisertal

Quel plaisir que de goûter la délicieuse eau de source à sa source même! Je la bois à pleines mains, remplis ma bouteille pour plus tard histoire d’en avoir pour un peu plus de temps.

Nous continuons la randonnée vers Antoniuskappelle (la petite chapelle de Saint Antoine), respirons la vue environnante et majestueuse des Alpes et plus particulièrement de la chaîne des Kaiser (Kaisergebirge), dont les deux cimes notables sont le Zahmer Kaiser et le Wilder Kaiser; les deux Kaiser (empereurs) comme ils aiment à les appeler par ici.

Randonnée au Kufstein au Tyrol: Kaisertal Randonnée au Kufstein en Autriche: Kaisertal

Nous terminons bien entendu avec un repas de montagne (on n’oublie jamais de manger par ici, non!) au Pfandlhof. Dans l’idée de manger léger, je commanderai une soupe, la Kaspressknödelsuppe (soit un potage avec une ou deux boulettes pressées au fromage). Léger, ou pas! Je n’arriverai toujours pas terminer un plat. La prochaine fois, il faudra que je randonne trois fois plus!

Manger en montagne au Tyrol: Kaisertal
Manger en montagne au Tyrol: Kaisertal

La Kaspressknödelsuppe du Pfandlhof

Les plus belles vaches du Tyrol?

Le Kufstein est un coin d’Autriche dans lequel on tient très fort aux traditions et au folklore. Il n’est donc pas rare de voir ces hommes et femmes revêtant respectivement Lederhosen et Dirndl, les tenues traditionnelles. Cela se sent particulièrement lors des célébrations locales: il flotte une fierté dans l’air.

Par chance, je me trouve en Autriche pile poil à la bonne date pour assister à l’Almabtrieb (l’équivalent de la désalpe en Suisse). Les vaches ayant passé un bel été dans les alpages tyroliens, il est temps pour elles de redescendre afin de passer un hiver au chaud dans leurs étables, auprès de leurs propriétaires. L’événement se célèbre (avec beaucoup d’enthousiasme) sous la forme d’un grand cortège de vaches décorées de fleurs auquel seuls les bergers qui n’auront constaté aucun accident parmi leurs troupeau cet été là pourront participer.

Le jour suivant je me rends donc dans la ville de Kufstein afin d’y assister. C’est plein de joie, de musique… et de bouffe!

Assister à l'Almabtrieb en Autriche

Vous voyez comment elles me regardent? Petit moment d’adrénaline: elles ont commencé à nous foncer dedans (je crois qu’elles ont dû voir leur reflet dans mon grand angle). Par chance elles se sont contenues, sinon j’aurai pu marquer « chargée par une vache, check » dans ma bucket list, chose qui ne m’est encore jamais arrivée avec pourtant plus de 20 ans de vie en Suisse au compteur ;)

L'almabtrieb, la descente des vaches des alpages
Traditions au Tyrol: la fête de l'Almabtrieb à Kufstein
Dégustation d’un Kiachl à la choucroute, miam.

Et puis surprise, sur le chemin du retour, nous tombons sur toutes les vaches du cortège regroupées dans un champ. On demande à notre conducteur de se garer sur le côté afin de prendre mille photos des belles.

Assister à l'Almabtrieb en Autriche Désalpe au Tyrol: l'AlmabtriebVaches en fleurs à Kufstein, Tyrol

Parce que si manger c’est bien, boire aussi: vive le Schnapps!

Le Schnapps, un alcool à base de fruits, fait partie des moeurs autrichienne depuis le 18ème siècle grâce à l’emperesse Marie-Thérèse (1718-1780) qui en rend légale sa distillation. Le Tyrol est d’ailleurs la région avec le plus de distilleries par habitant. La boisson est à l’époque considérée comme utile à la santé, l’alcool faisant circuler les médicaments plus rapidement dans le sang. Il est par ailleurs encore de croyance par ici qu’un verre de Schnapps par jour contribue à une bonne santé.

Aujourd’hui une règle importante régit ce petit monde de cuves brillantes et de potions magiques: l’on ne peut distiller que les fruits provenant de son propre jardin. Ainsi, les arbres fruitiers gardent leur part belle aux jardins des villages et on limite l’importation de fruits d’ailleurs.

À la Schnapsbrennerei Messerschmied, une petite distillerie sise dans une bâtisse boisée datant de 1536, Albert Schmider nous enseigne l’art de produire et de consommer le précieux liquide à la « Tyrol Schnappsschule » (l’école du Schnapps). Il y en a de tous fruits! Le plus commun est l’Obstler, produit à base d’un mélange de fruits. Mais on en trouve aussi aux mirabelles, à la gentiane (un goût très particulier), au coing, à la cerise, etc. Le plus important? « Tout ce que tu ne mangerais pas n’a pas sa place dans le fût ». Albert et les nombreux autres artisans d’ici consacrent leur vie à la conservation d’une tradition et du bon goût.

La dégustation se fait dans un verre au pied très élancé, afin d’éloigner l’odeur possible de nos doigts pour qu’elle n’interfère pas avec celle de la délicate boisson. Boire du Schnapps? Tout un art.

Dégustation de Schnapps à Kufstein: la Tyrolschnapsschule Dégustation de Schnapps à Kufstein: la Tyrolschnapsschule Dégustation de Schnapps à Kufstein: la Tyrolschnapsschule

Ce que j’emporte avec moi…

… de ce quelques jours de gourmandise au Tyrol? Quelques kilos en trop, certainement, mais accumulés dans la joie! J’ai rencontré des gens de tous âges passionnés par leur travail, de ceux qui se dédient entièrement à leur art sans compromis afin de se tisser une vie créatrice, afin de partager leur plaisir avec les autres. Serait-ce le pouvoir d’une nature apaisante? Moi, j’y crois.

Se rendre au Kufstein, en pratique

En avion, l’on peut atterrir à Innsbrück ou Münich en Allemagne voisine. D’Innsbrück, la durée du trajet en train vers la gare de Kufstein est de 40min et coûte environ 20€. De Münich, le trajet en train vers Kufstein dure environ 1h15 et coûte entre 20 et 35€. Pour ceux qui préfèrent le voyage tranquille et sans soucis, il y a la possibilité de booker un transfer aller-retour vers l’aéroport avec la compagnie Four Seasons. Pour en savoir plus sur le Kufstein et la multitude d’activités qui y sont possibles, n’hésitez pas à consulter le site de l’office du tourisme, Kufsteinerland.

J’ai participé à ce voyage sur invitation du Social Travel Summit, une conférence annuelle pour les blogueurs voyage. J’ai choisi ce voyage et cette région parmi tant d’autres et, comme toujours, les opinions émises sont les miennes.

Cet article vous a plu ou vous a servi?

Par Corinne Stoppelli

Je suis Corinne, un petit oiseau libre. Sans domicile fixe depuis 2010, je sillonne la planète à la recherche d'inspiration et de points de vue différents. Sur Vie Nomade, je partage mon regard sur le monde, le temps et le changement, d'une plume sincère et d'un objectif curieux et ouvert. En savoir plus?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partagez cet article avec un ami