Vie Nomade • Le blog voyage et culture, depuis 2008À proposPresseProContact
Traditions
& Folklore
Corinne

Les châteaux du bon sens

La première fois que je les ai aperçus, j’avais dérivé au petit bonheur la chance sur le quartier Gotico et son imposante cathédrale, la Seu. La place était bondée comme souvent, car par ici, les représentations de danses folkloriques, les petits marchés et les événements culturels populaires divers s’enchaînent à bon rythme. Et ce jour là, les castellers étaient de la partie.
Un castell, pyramide humaine de Catalogne

Formation de castellers à Poble Sec, Barcelone (image © Gilles Brönnimann)

Qu’il s’agisse d’une tradition catalane, vieille de deux cent ans et inscrite au patrimoine immatériel de l’UNESCO, je ne m’en doutais point. De loin, j’y voyais un exercice théâtral, une surprise qui s’apprécie au détour d’une rue empruntée un peu au hasard dans la cohue de Barcelone. Je ne m’étais pas vraiment posé plus de questions, sur l’instant.

Pourtant, au-delà des fabuleux murs, musées et petits cafés d’une ville comme Barcelone, il y a les gens qui la font, ceux qui, un peu dans l’ombre des quartiers plus ou moins populaires, vous surprendront comme les castellers m’ont surpris, au détour d’un monument. J’ai donc fini par m’y pencher un peu plus.

Il faut dire que même certains habitués de la belle ensoleillée n’avaient jamais entendu parler du castell (château, en catalan): une performance unique, fruit d’une cohésion parfaite et d’entraînements soutenus, pour nos beaux yeux.

Lorsque j’ai raconté les castellers à Gilles, mon compagnon faiseur d’images mouvantes, l’idée d’un reportage vidéo est née quasi instantanément. Je l’ai alors tiré par la main dans les ruelles de ce qui fut chez moi, à la recherche de plans, de sons et bien entendu d’émotions. Notre point de départ? Le slogan épique des castellers: force, équilibre, courage et bon sens. Nous sommes partis à leur rencontre dans les quartiers de la Sagrada Familia et de Poble Sec.

Nous nous sommes facilement identifiés à l’idéalisme des castellers: un exercice ouvert à tous sexes, âges, ethnies et physionomies; un exercice pour lequel la différence même est une nécessité. Les plus costauds, vers le bas du château, soutiennent les étages supérieurs alors que les plus légers, tout en haut, rendent la construction spectaculaire: c’est un tout petit enfant qui constituera le sommet de la pyramide!

Protégé uniquement par un casque spécialement conçu pour l’exercice, l’enfant s’agrippera aux corps constituant les différents étages, s’aidant notamment de la faixa, une ceinture au double rôle de soutien de la colonne vertébrale et de prise d’escalade.

La faixa, la ceinture des castellers

On s’enroule dans la faixa, la ceinture emblématique des castellers (image © Gilles Brönnimann)

Certes, il existe un danger de chute, et je vous entends vous demander comment l’on peut laisser un petit gamin se hisser au sommet d’une pyramide toute faite de gens, surtout sachant que les castells peuvent plafonner à dix étages de haut. Mais les accidents restent extrêmement rares: ils ne représentent, d’après notre interlocuteur, que 3% des performances.

L’éphémère construction de ces castells peut sembler chaotique et hasardeuse de prime abord, nous explique Guillermo Soler, responsable du corps de coordination des équipes de castellers, mais il n’en est rien. Les équipes, appelées collas, s’entraînent jusqu’à trois fois par semaine et il n’est pas rare que des familles entières y participent. Le rôle de chacun y est primordial et tous les participants sont des volontaires. Il n’y a pas d’argent en jeu: on s’y contente du plaisir et du prestige!

Castellers de Poble Sec, Barcelone

La pinya, la base de la pyramide humaine (image © Gilles Brönnimann)

Force, valeur, équilibre et bon sens: la devise des castellers

Force, valeur, équilibre et bon sens: la devise des castellers (image © Gilles Brönnimann)

Plus le château est haut, plus la base, que l’on appelle la pinya, est grande. Chaque colla se doit donc d’attirer un maximum de participants pour faire de chaque castell un exercice plus impressionnant que le précédent.
Le petit orchestre accompagnant chaque castell joue un air précis qui rythme la construction, indiquant la progression à ceux qui, au centre de l’édifice, seraient autrement incapables d’en suivre le déroulement.

Le ciment des castells? Un désir de communauté, de construire ensemble en intégrant tout un chacun, un exercice reposant sur la confiance collective. L’on ne peut que saluer une performance respirant autant de bon sens et espérer qu’elle perdure pour (au moins!) deux cent ans de plus.

Envie de découvrir les castellers?

Sur le site cccc.cat, vous trouverez l’agenda de toutes les performances de castellers à Barcelone et tout autour de la Catalogne (programme disponible en Espagnol, Catalan et Anglais). Elles abondent dès le printemps! Et pour en savoir plus sur les pyramides humaines, découvrez leur très joli site de présentation des castells (en Français).

Les musiciens des castellers, Barcelone

Les musiciens accompagnant la construction du château (image © Gilles Brönnimann)

Ce reportage a été réalisé à l’aide des compétences et images précieuses de Gilles Brönnimann. Un grand merci à Guillermo Soler, responsable de la cccc.cat, pour le temps qu’il nous a consacré et pour ses réponses à nos questions. Merci aussi à Barcelona Turisme et Catalunya Experience de nous avoir assistés et mis en contact.

Par Corinne Stoppelli

Je suis Corinne, un petit oiseau libre. Sans domicile fixe depuis 2010, je sillonne la planète à la recherche d'inspiration et de points de vue différents. Sur Vie Nomade, je partage mon regard sur le monde, le temps et le changement, d'une plume sincère et d'un objectif curieux et ouvert. En savoir plus?

Rédiger un commentaire?

(3 commentaires)

  1. Putain, faut pas avoir des problèmes d’équilibre. Très chouette ce reportage!

  2. Marine

    Super reportage ! Je n’aimerai pas être en haut : )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partagez cet article avec un ami