Carnet
de bord

Cher Est, j’arriverai à la gare à 15:47. (itinéraire)

Publié le • Dernière mise à jour:
L’heure tant attendue du départ en train vers de nouveaux horizons approche: plus que quelques jours au compteur.

Edition du 31 janvier 2015: cette aventure est désormais terminée! Vous trouverez l’itinéraire final, ainsi qu’un tas de considération pratiques (budget, organisation, etc) sur l’article Interrail en Europe de l’Est: un itinéraire. Quant aux récits, ils commencent par ici: Préambule à une multitude de trains (et vous pourrez naviguer entre les articles, qui se lisent en suivi).

C’est un peu le coeur dans la gorge que j’écris cet article, mais il le faut. Je dois continuer de me concentrer sur la beauté du monde. Et même si à l’instant présent, le simple fait de m’alimenter relève d’une prouesse, je me force, doucement et patiemment, à me reprendre.

Itinéraire Europe de l'Est avec InterRail

Le train a toujours été l’une de mes façon de voyager préférée. Les gares locales sont un univers à part où je devine les rares voyageurs et je m’y identifie avec une certaine tendresse. Car pour être ici, au même endroit que moi, ils ont dû prendre une même décision. Peut-être sont il partis le vague à l’âme eux aussi? Je vois souvent des couples. Que se sont-ils pardonné? Qu’ont-ils enduré avant d’arriver là, dans ce coin de pays un peu oublié?

Le train a été mon exutoire à de nombreuses reprises. D’autant que je me souvienne, lors de ma première échappée belle, je devais avoir 17 ans. J’étais désespérée (encore une rupture, oui), j’étais seule. J’ai sauté dans un train par réflexe, j’ai pris les rails pour Neuchâtel, qui se trouve presque en face mon village en Suisse, de l’autre côté du lac.
J’avais une affection particulière pour cette merveille de ville, visitée dans le passé avec ma grand-mère qui n’est plus. Elle m’avait appris à gagner la confiance des petits moineaux, à attendre patiemment qu’ils me volètent sur les doigts, pour saisir leur miette de pain. Le train m’a alors livré toutes sortes de solutions pour continuer à avancer. Le train est lent, il force à l’introspection.

Moineaux à Notre-Dame, Paris

Moineaux à Notre-Dame, Paris

Aujourd’hui, je ne sais pas à quoi m’attendre. Comme toujours après une rupture, difficile d’estimer le temps qu’il nous faudra pour panser nos plaies.

J’avais étudié cet itinéraire pour P., qui devait partir avec moi. J’avais pris en toute considération son amour pour les vieilles pierres et les civilisations antiques. Mais je partirai sans lui, sur ce chemin qui nous était destiné sous la forme d’un nous. Et je ne suis plus sûre d’avoir le coeur de le suivre. Je verrai donc bien, au fil des jours. Je laisserai l’humeur du moment décider.

L’itinéraire prévisionnel prévoyait une entrée en Roumanie, à Craiova, afin d’avoir accès au site de Bélogradchik en Bulgarie, assez proche de la frontière. Il devait nous emmener à travers toute la Bulgarie, jusqu’aux bords de la Mer Noire, que je n’ai encore jamais vu. La fin du trajet prévoyait une visite de Thessalonique et d’Athènes, que j’ai déjà visitées dans le passé: en raison de mon affection pour la Grèce, et bien sûr aussi pour la faire découvrir à P.

Je verrai bien.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas InterRail, vous en saurez plus sur mon petit guide. Je pars avec un pass d’un mois flexible qui me permet de me rendre dans quasiment toute l’Europe. C’est ma deuxième tentative de cette recette gagnante. Très gagnante d’ailleurs, puisque je l’ai obtenu à un concours organisé dans le cadre d’un salon de blogueurs!

À bientôt sur les rails.

Lire la suite: Préambule à une multitude de trains

Cet article vous a plu ou vous a servi?

Par Corinne Stoppelli

Je suis Corinne, un petit oiseau libre. Sans domicile fixe depuis 2010, je sillonne la planète à la recherche d'inspiration et de points de vue différents. Sur Vie Nomade, je partage mon regard sur le monde, le temps et le changement, d'une plume sincère et d'un objectif curieux et ouvert. En savoir plus?

Rédiger un commentaire?

(11 commentaires)

  1. Christelle dit :

    Comme je te l’ai écrit sur ton précédent post, ton article résonne énormément chez moi…
    J’ai également écrit sur mon blog mais je peine à appuyer sur ‘Publier’.
    Et comme toi, je m’apprête à reprendre la route,… prendre un nouveau shoot de bonheur… sans eux.
    Bien du courage, et tu sais quoi ? On est supers fortes et on mérite mieux !

  2. Nath dit :

    Désolée d’entendre que cette rupture t’affecte autant mais je suis heureuse pour toi de te voir continuer d’aller de l’avant. Je suis sûre que prendre l’air te fera du bien de même que découvrir des paysages inconnus. Nous avons aussi prévu une escapade à travers l’Europe mais ce sera certainement en bus et pour les mois de février et mars. J’ai hâte de lire tes aventures et de te suivre au jour le jour! Bon voyage!

  3. Valentin dit :

    Coucou depuis Neuchatel! Courage à toi et bonne route sur les rails!

  4. Letieou dit :

    Ahlala ! Les pays de l’est je m’étais dit que ce serait le prochain voyage après mon tour du monde. Et puis les années passent, et je n’y ai toujours pas foutu les pieds…
    Bon voyage, avec ou sans Pierre. Tu vas faire ton voyage du coup. C’est bien aussi !
    La bise

  5. Bon voyage, Corinne. Tu vas te changer les idées, faire de nouvelles rencontres. Profites-en bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.