Vie Nomade • Le blog voyage et culture, depuis 2008À proposPresseProContact
Histoires
d'ailleurs
Corinne

American Drifters: À travers les USA, par tous les moyens

J’ai décidé de regrouper et récapituler mes séries de récits afin d’en rendre leur consultation plus agréable et simple. On commence par les USA!

American Drifters

Les Etats-Unis ont avant tout été pour moi une source de douleur. L’errance et l’amour, mes deux violons d’Ingres, m’y ont fait faire des bonds de géant vers le bas.
Je pensais avoir entraperçu toute la misère du monde au Sri Lanka lors de mes premiers pas en Asie en 2010 (quelle naïveté!) mais force a été de constater qu’il y a certaines peines et solitudes qui, sur le béton bien taillé et organisé, peuvent tracer des ombres encore plus effroyables dans nos coeurs.

Lorsque j’ai enfin trouvé le courage de m’enfuir de Los Angeles, où j’avais passé 4 mois dans une relation extrêmement destructrice, j’ai décidé de tracer autant de kilomètres que je pouvais avec le peu de sous qu’il me restait.
J’allais tout manger des yeux. J’allais poser mon cul sur les sièges les plus inconfortables de tous les transports américains et de tous les états possibles.
C’est ma façon à moi de me foutre des claques, de faire du long distance dans l’inconnu. C’est ma drogue à moi de me retrouver en mouvement, de ne pas savoir où je vais, mais d’y aller quand même. À chaque fois, je me dis que si je dois en mourir au moins j’aurais vu un quelque chose de grandiose en plus.

Et aux Etats-Unis, en l’occurrence, j’en ai vu de toute les couleurs.
Le voyage a commencé sur un ton très léger et amical, en bonne compagnie entre deux traites de bus à travers la Californie, le Nevada et l’Utah. Et puis je me suis retrouvée seule dans mon moteur de choix: LE train, le California Zephyr, qui m’a fait traverser tout le Colorado. C’est là que j’ai eu l’opportunité de rencontrer les autres errants, ceux que j’appelle les American Drifters dans mes petits récits.

Au final, l’Amérique m’a ouvert grand les yeux, m’a mis face à tout ce que je ne voulais pas savoir. Elle m’a ouvert grand les bras et m’a livré toute sa douleur en pleine confiance. Mais c’était un peu trop pour mes épaules. L’onde de choc m’a déstabilisé et je suis tombée. Aujourd’hui je sais que cette chute était nécessaire pour me permettre de retrouver la force qui me hisse au-dessus des nuages.

Ce voyage transcontinental, à tout prix et par tous les moyens, a été ma thérapie, ma source d’espoir, mon échelon de croissance. Et je me surprends parfois à vouloir être née là-bas, où les frontières semblent un peu plus lointaines, hors de vue.

1. À travers les USA en Greyhound

On m’a souvent découragé. Enfin non, décourager ce n’est pas vraiment le bon mot. On a plutôt tiré une grosse grimace, éclaté d’un rire franc ou encore roulé des yeux. Traverser les Etats-Unis en Greyhound? Pourquoi pas…

2. Las Vegas et repas suicidaire

Une balade à travers l’impressionnante Las Vegas, haute en couleurs, mais surtout en lumières en toc… suivie d’un repas suicidaire au Heart Attack Grill

3. Salt Lake City, Utah

Je me balade à Salt Lake City. La ville est toute petite, pas besoin de prendre les transports en commun: on peut marcher partout, quel bonheur. C’est l’antinomie de Los Angeles…

4. American Drifters: Jo a les yeux bleus

Je suis étonnée parce qu’à première vue, elle n’a pas l’air d’être une errante. Elle est de silhouette fine, habillée de façon plutôt anodine. Ses yeux d’un bleu profond m’ont fasciné au premier coup d’oeil…

5. American Drifters: Ceux qui attendent le train

Adama n’est pas seulement un musicien, c’est aussi un vétéran de guerre. Il en a vu des belles, des dont je ne me souviens pas des noms. C’est un survivant…

6. American Drifters: À bord du California Zephyr

Qui, un jour, a eu l’idée folle de creuser ces gorges et d’y faire passer un train? Il n’y a rien, c’est le désert. Les poteaux électriques rythment le voyage et nous rappellent vaguement notre existence humaine, au-dehors du California Zephyr…

7. American Drifters: Le tatoueur maudit

Le travail d’Arnold est maudit. À chaque fois qu’il s’y remet, quelqu’un lui veut du mal, sabote son encre. Et sa malédiction le suit partout…

8. Une histoire de turbulences

L’aéroport de Denver est vraiment nul. Il n’y a pas un rat. J’attache mon écharpe à mon cou et à ma valise et je m’endors (et me réveille toutes les 15 minutes)…

9. Boston, Massachusetts

Boston semble être aux Etats-Unis ce que l’Italie est à l’Europe. La ville est éclectique en architecture, pleine de belles briques rouges à l’air antique, mais aussi de reflets modernes…

10. Au coeur du Vermont

Montpelier, malgré son statut de capitale du Vermont, est une toute petite ville – que l’on n’oserait appeler village – coincée entre de gros tas de neige posés sur des collines rondelettes…

11. La traversée s’achève: Hello Québec!

La neige n’a pas arrêté de tomber. C’est le petit matin à Montpelier et j’attends le Greyhound qui m’emmènera de l’autre côté, à Montréal…

12. Québec City, Canada

La ville annonce la couleur. Les anciens poètes guettent nos faits et gestes, et ils ne sont pas seuls. Tout un petit monde nous scrute, alors autant apparaître sous son meilleur jour. À Québec, le sourire est comme une mode…

13. New York

NY-cliché. Les buildings qui vous dépassent, les lumières qui clignotent à gauche comme à droite, les filets constants de fumée qui sortent d’on ne sait où, le trop-plein de taxis, jaunes qui ne s’arrête jamais…

Par Corinne Stoppelli

Je suis Corinne, un petit oiseau libre. Sans domicile fixe depuis 2010, je sillonne la planète à la recherche d'inspiration et de points de vue différents. Sur Vie Nomade, je partage mon regard sur le monde, le temps et le changement, d'une plume sincère et d'un objectif curieux et ouvert. En savoir plus?

Rédiger un commentaire?

(7 commentaires)

  1. Merci pour ce partage plein d’authenticité et d’émotion, tours écrit avec une plume délicate et juste. J’aime beaucoup. Partager aussi ces moments de faiblesse, ceux où ça ne va pas, cela demande beaucoup de courage et bien plus de travail que dans les moments d’euphories du voyage.

  2. Ariel Katowice

    Je viens de tomber sur ton blog, je le dévore, merci pour cet élan de liberté qui se ravive en moi.

  3. Musa

    C’est un très beau témoignage, authentique et intense!
    Je te remercie pour la découverte… et très beau blog, aussi. :)

  4. Au final, le voyage… c’est LA thérapie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partagez cet article avec un ami