La vie
nomade

Le Couchsurfing est-il dangereux?

Publié le • Dernière mise à jour:
J’ai été une membre active de Couchsurfing entre 2009 et 2012 et je n’ai eu aucune expérience négative… Si ce n’est un jeune homme auquel je ne m’intéressais pas du tout qui m’a déclaré sa flamme et tenté de m’embrasser.

Le Couchsurfing, c’est quoi?

Couchsurfing est un site qui permet à tout voyageur d’offrir son hospitalité, ou de la recevoir. Il dispose de différents systèmes de sécurité qui visent à vérifier la localisation d’un membre, et surtout sa réputation, à travers des critiques de membres. Si vous voulez en savoir plus, découvrez mon article Qu’est-ce que le Couchsurfing.

Couchsurfers au Canada Day, Taiwan

Une rencontre de Couchsurfers super sympa pour le Canada Day, à Taïwan

Seulement voilà, les accidents arrivent…

Aussi je tombe sur un article, intitulé de manière criarde « les dangers du couchsurfing » et qui implique bien évidemment le réseau de Couchsurfing.

En très résumé notre auteure raconte qu’un certain jeune homme, rencontré via le réseau, lui ait promis le ciel et la lune, qu’elle s’en est entichée et qu’elle lui a permis de vivre dans son appartement durant quelques mois: ils s’étaient mis en relation. Seulement triste constat, le jeune homme s’avère être un freeloader (quelqu’un qui prend tout ce qu’il peut, sans penser à donner en retour) et surtout, un sale petit manipulateur qui fait tomber les minettes pour leur voler argent, affaires, faveurs sexuelles et lit.

La faute à qui?

Alors oui, ce style de mecs (et de filles!) que l’on aime appeler, de nos jours, pervers narcissiques, ça existe, c’est très mauvais, c’est souvent très intelligent, donc capable de manipuler son prochain à des fins égoïstes pour lui en soutirer ce qu’ils désirent.

La plupart de ces manipulateurs invétérés sont de vrais prédateurs, des sortes de vampires émotionnels qui ne survivent qu’en pompant leurs victimes. Certains êtres humains y sont plus sensibles: empathie et hypersensibilité en font des victimes parfaites.

Mais, pour en revenir au sujet qui est quand même le Couchsurfing, j’ai du mal à y voir son implication. Cette situation peut survenir dans n’importe quel contexte, dans n’importe quel type de relation.

L’implication du réseau de Couchsurfing

Et puis l’on tombe sur des cas de viol purs et durs, où la victime réussit à dénoncer l’agression et à se faire rendre justice (par le biais de la police). Encore une fois, c’est une situation qui peut arriver n’importe où et n’importe comment.

L’implication du réseau commence par contre à prendre sérieusement forme lorsque le violeur est un récidiviste, qu’il se crée de multiples identités sur le site de Couchsurfing, et qu’il continue de sévir impunément sans qu’on ne puisse l’arrêter. La législation changeant dans chaque pays, il est assez simple finalement d’échapper aux filets en traversant les frontières. Surtout lorsque, comme dans ce dernier cas, l’on sévit dans une culture où lorsqu’on dénonce un viol on s’expose à tout un tas de de conséquences sociales (et donc, on garde pour soi).

Dans ce cas là que fait Couchsurfing? Pas grand chose apparemment. Ils laissent la responsabilité à tout un chacun de « faire attention » à qui l’on choisit comme partenaire de Couchsurfing. D’un éthique discutable, en somme.

Comment s’éviter des problèmes?

J’aimerais dire que certes, avec un peu (ou  beaucoup) de jugeotte on peut s’éviter bien des problèmes, mais malheureusement l’on n’est pas tous équipés de la même manière de détecteurs d’arnaques ou de situations potentiellement dangereuses.

Si l’idée de rencontrer des inconnus et de vous en faire héberger vous fait peur, alors écoutez vos sens et ne le faites pas. Vous risquez de ne pas reconnaître une réelle situation à risque. Si au contraire l’idée vous excite et vous titille (comme elle le fait pour moi) alors lancez-vous, mais soyez bien certain de consacrer le temps nécessaire à votre recherche d’hôte ou d’invité.

Peut-être commencez par rencontrer des gens pour un café, dans un lieu public, avant d’offrir votre canapé. C’est ainsi que j’ai fait, et puis petit à petit j’ai pris mon assurance. J’ai eu, depuis, une cinquantaine d’expériences positives, avec des femmes comme avec des hommes.

Rencontre hebdomadaire de couchsurfers à Chang Mai, Thaïlande

Rencontre hebdomadaire de couchsurfers à Chang Mai, Thaïlande

Et ces messieurs dans tout ça?

Par définition physique un homme a certes plus de chances de violer une femme, qu’une femme de violer un homme, mais il y a un tas de choses tout aussi mesquines qu’une femme est capable de commettre sur un homme, ou qu’un homme peut commettre sur un autre homme. J’en tiens quelques histoires, d’hommes qui se sont réveillés dans des endroits étrangers, dans un état peu encourageant. Ces messieurs aussi doivent prêter une attention particulière au choix de leurs hôtes et invités!

De la tension amoureuse ou sexuelle

J’ai l’impression que depuis le début de l’histoire de Couchsurfing, les membres ne cessent de crier halte au flirt. « Couchsurfing n’est pas un site de rencontres! On ne veut pas de cela! ». Or, moi, j’en connais des gens qui n’y sont que pour ça, des filles comme des garçons! Couchsurfing est une sirène pour ces demoiselles comme pour ces messieurs. On est tous des humains avec une sexualité et une vie amoureuse. On ne peut pas nier en bloc l’attirance que peuvent générer ces rencontres.

Il n’est malheureusement pas toujours possible de repérer ces personnes de par leur profil, mais la plupart des cas, oui: témoignages d’un seul sexe, avec juste quelques lignes, mots-clés tels que charmant, adorable, blindés de superlatifs mais sans grande substance, photos qui dévoilent ou qui posent… Observez bien tous les détails avant de faire votre choix et faites-vous confiance si votre instinct vous crie non.

Être prudent(e) et positiver!

En bref, les deux choses que je voulais vous dire, c’est soyez prudents. Ce n’est pas Couchsurfing le problème, c’est l’autre: sur Couchsurfing comme partout. Mais la peur doit-elle nous empêcher de vivre des expériences de rencontres aussi belles? La frontière entre se protéger et se laisser vivre est très fine, mais j’aime continuer de penser que l’humain est fondamentalement bon.

Cet article vous a plu ou vous a servi?

Par Corinne Stoppelli

Je suis Corinne, un petit oiseau libre. Sans domicile fixe depuis 2010, je sillonne la planète à la recherche d'inspiration et de points de vue différents. Sur Vie Nomade, je partage mon regard sur le monde, le temps et le changement, d'une plume sincère et d'un objectif curieux et ouvert. En savoir plus?

Rédiger un commentaire?

(25 commentaires)

  1. fabrice dit :

    En Colombie, idem, c’est plein de jeunes femmes, clairement, elles sont là pour rencontrer. Après, pourquoi pas, c’est plus sympa qu’un Meetic!

    Cela dit, être une fille est un avantage pour faire du CS. Un garçon seul, tu rames plus.Les mecs hôtes préfèrent une femme et les femmes hôtes ont peur des hommes.

    • Corinne dit :

      Oui tu as raison. On protège et offre son hospitalité beaucoup plus facilement à une femme. L’homme il est sensé se débrouiller tout seul ;)

    • Alex dit :

      Je trouve cela en effet dommage que les femmes ont tendance à privilégier les femmes hôtes voire carrément de refuser d’héberger ou de se faire héberger un homme.
      Comme le précise l’article, mis à part le physique, la femme peut faire tout sorte de crasse autant que celle que la femme.

      Dommage qu’il y ait une forme de discrimination à cause de quelques enflure qui font du tort à des femmes, qui leurs pourrissent la vie.

      Je suis un homme. D’ou mon regret de redécouvrir cette triste vérité.

  2. Sophie dit :

    Comme ça fait du bien de lire un article comme ça ! J’adore ta chute, « soyez prudent(e)s et positivez ».
    Comme ton retour d’expériences sur les Chinoises qui rêvent d’un prince blanc, j’ai rencontré des Russes qui ne cherchent qu’à rencontrer « l’homme de leur vie » via CS, et ne s’en cachent pas. Certain(e)s sont sur le site pour flirter, d’autres avec des intentions beaucoup moins louables. Malheureusement comme partout ? J’ai peur que le site commence à être victime de son succès, et que certain(e)s mal intentionné(e)s y trouvent un moyen de contacter des cibles potentielles. Les articles que tu cites en lien font peur (enfin, pas le premier, qui focalise sur CS pour rien jtrouve)… Peut-être aussi que les hommes se méfient moins que les femmes qui voyagent seules. J’avoue avoir été un peu méfiante au début, j’ai donc commencé par héberger uniquement des filles, et à ne surfer que chez des femmes ou des familles. 40 expériences archi-positives plus tard, je fais toujours attention chez qui je vais dormir, mais je me fis plus aux références qu’au genre de l’hôte ;)
    Niveau mauvaises expériences, même si on fait confiance, il faut effectivement un minimum de jugeotte : un Norvégien m’a raconté s’être fait « piraté » son compte en banque, tout en reconnaissant son imprudence : il avait laissé traîner sa carte bleue sur le bureau dans la pièce où dormait la surfeuse… (oui, une fille, tiens!)
    Personnellement, quand j’héberge, je me comporte comme si je recevais un ami d’amis : un a priori positif, tout en restant vigilante. Après, écouter son instinct : si on ne « sent » pas quelqu’un, ne pas hésiter à dire non, refuser d’héberger, ou refuser une invitation (sur l’ancienne interface, il y avait un moyen de voir les voyageurs à proximité). Autre conseil : essayer de ne pas arriver trop tard chez un hôte : sur Internet on peut être qui on veut, dit le proverbe. Si on a une mauvaise surprise en rencontrant l’hôte, mieux vaut qu’il soit 17h que 23h, pour pouvoir trouver une solution de secours, et ne pas se sentir « obligée » de rester avec quelqu’un si vraiment on n’est pas en confiance. ça ne m’est jamais arrivé, mais personne n’est à l’abri, homme ou femme ;) Sur CS comme ailleurs, on ne vit pas dans un monde de bisounours…

    • Corinne dit :

      Merci Sophie, tes conseils sont excellents, comme ne pas arriver trop tard! Et je pense que quiconque, comme toi au départ, décide d’en rester aux femmes, je ne vois pas le problème tant qu’on se sent en sécurité et en confort.
      Et puis, tu as raison, CS est devenu en sorte victime de son succès, mais d’un côté c’est aussi ce qui le rend encore plus global et accessible.
      Moi aussi, je regarde toujours les références. Je fais bien attention qu’il y en ait beaucoup, de tous types de sexe. Je préfère ne pas Couchsurfer qu’aller chez quelqu’un dont je ne suis pas sûre. Je crois que trop de gens utilisent CS comme un moyen d’économiser de l’argent uniquement et son prêts à tout. Moi je préfère prendre une auberge/hôtel plutôt que de surfer, si je ne trouve pas quelqu’un qui a un profil qui me plaît et qui me met à l’aise.

  3. Dominique Roy dit :

    Très sensé, encore une fois. J’ai un ami qui s’est fait lessivé par son ex copine et elle n’a pas eu besoin de couchsurfer pour le faire et j’ai des amies qui se sont senties trahies et utilisées pour toutes sortes de raisons par des hommes qu’elles avaient rencontrés bien autrement que sur le réseau couchsurfing. Là où il y a de l’Homme ( avec un grand h ) il y a de l’hommerie. Il faut simplement y aller prudemment et avec logique.

  4. Lucie Aidart dit :

    Bien sûr que ce n’est pas le Couchsurfing le problème. Il faut faire attention et suivre son intuition. Je ne voulais pas aller chez un homme seul au début et j’ai pris confiance maintenant. Chacun va à son rythme…

  5. Oneworld dit :

    Première fois que je viens sur ton blog et… je tombe sur un article qui a le mérite de faire cogiter nos petites têtes :)
    De mon côté, jamais de mauvaise expérience sur couchsurfing, mais les conditions sinéquanone pour occuper mon canapé sont quelques références, une bonne description et un profil qui a été visité quelque fois (la fille qui a 10 références mais simplement 10 visites et forcément un profil créé il y a peu avec des références trafiquées).

    Sinon je vois beaucoup plus de profils d’homme avec exclusivement des références de femme. Alors qu’en général moins chez les demoiselles.

    • Corinne dit :

      Ouais alors ça j’évite aussi, les mecs qui n’ont que des références de femmes – c’est qu’ils n’ont accepté que des femmes j’ai l’impression. Idem les mecs qui n’ont que des références de mecs, pas la peine d’essayer, ils te répondront qu’ils ne sont pas intéressés si tu es une femme.

      • Angelier dit :

        Bonjour, je fais malheuresement parti de ses hommes qui ont pour la pluspart des commentaires  » des femmes »( 11 femmes pour 1 homme recu).Ouai je suis nouveau dans le monde de CS depuis 2011.

        D ailleurs seul des femmes m acceptent de m heberger quand je voyage. Pas faute d essayer chez des hommes.

        C est peut etre mon cote protecteur qui est la cause de cela.

        Actuelement en Angleterre , je recois ce soir , 2 femmes Belges.( c est elle qui mon contactee)

        Par contre, j arrive pas a prete mes clefs et je reste toujours prudent.

        cordialement Romain A

  6. Leo dit :

    Bon, n’accepter que ceux qui ont plein de références, c’est comme trouver son premier boulot : on commence comment ? Une bonne conversation au telephone, ca peut aider aussi.

    Sinon, les précautions de base c’est pour les hosts comme pour les hébergés.
    En tant qu’hébergée, je suis toujours sciée qu’on me laisse, par exemple, accéder à l’ordinateur de la maison, en général il n’est pas protégé par un mot de passe, pas de session séparée, aucune protection des données… Je crois que ca me choque encore plus que de me voir confier les clés quand je reste deux jours (parce qu’au niveau organisation, c’est vrai que c’est plus facile quand même…).

  7. Cél. dit :

    J’ai trouvé ton article très intéressant.
    Je couchsurfe depuis un peu plus de 3 ans maintenant et bien évidement la liste des expériences s’allonge.

    Sur le nombre de canapés sur lesquels j’ai surfé, je suis déjà tombé sur un ou 2 assez mitigés, mais c’est la loi de la nature humaine.
    En effet, tu peux tomber sur une personne qui a de superbes références mais avec qui malgré de nombreux points communs le courant ne passe pas spécialement pour te remémorer à vie cette expérience. Tout simplement une petite contrariété de l’hôte ou de l’invité, cela arrive, nous sommes tous humains.
    Le tout est de faire attention, c’est une question de bon sens.
    Toujours partir avec une solution de repli (des adresses et numéros de téléphones d’auberges, une possibilité de lancer une requête d’hébergement d’urgence…)

    Leo, pour répondre à ton sujet.
    J’ai déjà accueilli chez moi une personne qui n’avait aucune référence ou en ayant peu, il faut bien laisser sa chance aux débutants mais attention sous conditions!
    En effet, je ne vie pas seule et je n’ai pas d’objets de valeurs à disposition dans la pièce réservée à l’hôte donc…
    Egalement j’ai une règle, je ne donne JAMAIS mes clés, mes heures de départs et de disponibilité / retour sont indiquées dans mon profil…

    Il faut tout de même imposer certaines limites au couchsurfing et se protéger.

    J’ai eu l’opportunité d’héberger en France et au Royaume-Uni où je vie désormais, j’ai rendu un de mes collocs accro également au système CS.
    Mais évidement, avant d’avoir emménager, je leur ai expliqué ma passion pour CS et les conditions dans lesquelles j’hébergeais :)

    • Corinne dit :

      En général quand je prends un CS c’est que j’ai le temps de me balader avec et donc on est aux mêmes horaires – et si changement de plan – on s’arrange pour se retrouver à la maison en même temps comme ça pas de problème de clefs! J’aurais aussi du mal aussi à laisser les clefs à quelqu’un que je ne connais ni en blanc ni en noir, références ou pas, il suffit d’une fois…
      Puis tu as raison des fois on ne s’entend vraiment pas avec quelqu’un malgré les milliers de référence. La surprise de l’expérience humaine ;)

  8. Dominique dit :

    Gracias,

    Merci pour ton article car j’avais soulevé le point que certains se servent de ce site comme comme d’un lieu de rencontres.

    Mais je crois aussi que c’est sa fonction première, d’ouvrir sa porte pour connaitre une autre personne d’une autre culture. Cela existe depuis la nuit des temps et existait avant internet.

    Je crois comme tu le dis qu’il ne faut pas mettre ses œufs dans le même panier, et chercher si possible d’autres contacts sur la ville ou la région. Cela permet d’avoir des points de référence et un poisson pilote sur le lieu visité.

    Concernant les prédateurs, il y a aussi beaucoup de prédatrices qui se servent de ce biais pour soutirer des rêves ou de l’argent à de pauvres gogos en recherche d’amitié ou plus. Le rêve de voyager est au fond de nous. Nous sommes tous des migrants en puissance.

    Et accroche toi à tes rêves, et ne laisse jamais les singes te tirer vers le bas en te disant que c’est mieux chez toi.

    Hasta luego.
    Dominique

  9. Thomas dit :

    Bonjour Corinne,

    Il y a 2 semaines, nous nous sommes inscrit avec ma femme car nous sommes amoureux des voyageset des cultures. C’est vrai que je suis assez méfiant mais également avide de rencontrer des personnes interessantes. Comme lu sur ton site,

    j’ai un peu peur des gens qui prennent ce site pour un meetic gratuit…

    Sachant que nous sommes un couple, je ferai plus attention pour ma femme de bien choisir la personne avec qui nous allons et qui nous recevons.

    Nous avons participé à notre première rencontre collective la semaine dernière et cela m’a conforté qu’il y a des gens très sympas :)

    Aurais tu des conseils? pour les hosts et pour les surfeurs?
    Nous n’avons pas encore de références mais je pense qu’en rencontrant notamment des personnes via des rencontres collectives, cela va se faire progressivement…

    Cdt

    • Salut Thomas! Je pense que cela facilite déjà un peu les choses, le message est clair, vous êtes en couple. Et oui, il y a des gens adorables, la plupart de mes meilleurs amis d’aujourd’hui, je les y ai rencontrés. Mais il paraît que les choses ont bien changé depuis, c’était il y a quelques années déjà.
      C’est une très bonne chose que celle d’aller aux rencontres pour commencer, bonne initiative! J’ai fait la liste de mes articles sur le sujet ici: http://www.vie-nomade.com/logement/ Sinon, le mieux reste selon moi d’établir un contact avec l’hôte souhaité avant l’arrivée, de se lier sur Facebook éventuellement, s’assurer qu’il s’agit d’une personne réelle et correcte. Je pense qu’on peut avoir déjà une bonne idée rien qu’en Googlant :) Bon amusement!

  10. Lilly dit :

    Salut! Très intéressant… L’idée du couchsurfing j’adore… mais des fois je me demande si ça ne peut pas tourner à la superficialité, on trouve des gens qui accueillent chez eux très fréquemment en donnant toute la confiance imaginable comme s’il s’agissait d’auberges de jeunesse et qui se retrouvent avec plein de références positives sur le profil « trophée » peut-être, valorisation narcissique, des relations passagères, même d’amitié… au détriment d’une vraie vie privée , par fuite? Le mec qui fait dormir ses copines dans le même lit que ces copines périodiques… même s’il est généreux et ouvert aux autres c’est pas un peu malsain?

  11. scapin dit :

    Je pratique depuis quelques années et j’en suis dégoûté.
    J’ai hébergé environ 50 personnes et mon taux de réponse est de 100%.
    Systématiquement je nourris mes hôtes et leur fais visiter mon secteur.
    J’essaie de faire les choses bien, de rendre service.
    J’ai été victime d’un vol une fois et une jolie petite surfeuse a joué avec mon petit coeur pour être hébergé gratuitement durant 3 mois… Depuis que j’ai déménagé je n’ai aucune nouvelle d’elle d’ailleurs. Après il y a les gens qui ne se donnent même pas la peine de vous mettre une petite référence sympa.

    Depuis quelques temps c’est moi qui suis en voyage et voici mes statistiques réelles :
    80% de demandes ignorées, pas même une réponse négative
    18% de non
    1% de oui qui se transforme en non la veille
    1% de oui

    Je me base sur exactement 100 demandes.
    J’ai vraiment envie de créer un faux profil de jolie voyageuse et contacter les mêmes personnes… Juste histoire de.

    • Salut scapin, cela fait quelques années que je n’ai plus pratiqué le Couchsurfing et pour plusieurs raisons. La première c’est que je travaille plus qu’avant en voyageant, et que je ne veux pas loger gratuitement chez quelqu’un alors que je dois travailler. La deuxième, pour les séjours purement vacances, c’est que la communauté a complètement changé, et je suis à peine étonnée de ce que tu me dis. Avant, Couchsurfing avait une échelle humaine, maintenant c’est devenu une entreprise, et malheureusement je crois que cela a eu de très mauvaises retombées sur la communauté.
      Moi je te proposerais de désormais louer ta chambre sur airbnb. C’est ce que j’ai fait. On rencontre des gens tout pareil, sauf qu’il n’y a pas d’obligation si on ne s’entend pas ou si on n’a pas le temps, ou si on n’a juste pas envie… Et puis on est rémunéré. Je ne parle pas de l’attrait du gain, mais parfois la rémunération à ça de bon qu’elle permet de filtrer certaines personnes, et d’instaurer une relation de respect différente. J’ai choisi, j’ai payé => j’ai des responsabilités et des opportunités méritées.
      Moi je n’ai encore jamais été hôte, mais je loue désormais tout un tas de chambres de par le monde et le plus souvent, les rencontres sont tout aussi exceptionnelles qu’avec Couchsurfing.

  12. Cédric dit :

    Bonjour à tous,

    J’ai découvert le concept en 2008 lors d’un voyage au Canada, on a embarqué un petit Suisse lors d’un séjour en AJ et il nous a permis de passer notre première nuit chez l’habitant, ce fut une chouette découverte. Aujourd’hui, j’ai décidé de devenir hôte histoire de rendre l’appareil mais aussi de rencontrer de nouvelles personnes. J’ai pas de priorité dans mes choix, j’accueil ceux qui se présente si je suis disponible et j’invite des personnes de pays que je voudrais visiter, histoire d’avoir des infos et peut-être des conctacts.

  13. Ton article est très intéressant! J’hésite depuis longtemps à me lancer dans cette aventure, tu apportes quelques réponses et mine de rien tu me rassures. Alors merci. :)

Répondre à Cédric Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.