Histoires
d'ailleurs

Chocs culturels au pays du soleil levant

Publié le • Dernière mise à jour:
Japon, chocs culturels

28 juin au 8 juillet 2011

C’est le grand moment. Un de mes plus vieux rêves est sur le point de se réaliser: voir le Japon! Je m’envole de Taipei pleine d’émotions… toutes mes rencontres passées en Malaisie et à Taïwan m’emplissent, et les attentes japonaises m’angoissent quelque peu. À l’arrivée, je suis bouleversée: le sol japonais? Yatta! Un océan japonais, une maison japonaise, un train japonais, wow.

C’est un couchsurfer très japonais qui m’accueille à Yao, province d’Osaka: Akira. Il emmène avec lui Chihiro, une douce jeune fille très timide qui m’offre des sucreries locales. Je suis un peu sous le choc: tout est tellement cher et compliqué! Certes, j’ai voyagé en Chine où personne ne parlait l’anglais et m’en suis sortie, mais ici, je ne sais pas… Il y a tous ces codes et j’ai un peu peut de faire tout faux… La pression!

Je ne trouve pas de wi-fi. Etonnant, non? C’est sur-protégé, les réseaux, à Osaka… alors le wi-fi, non. Du coup, travailler semble très difficile! Encore une peur qui s’ajoute.

Akira m’emmène partout avec lui! Bonnes bouffes, séances de nippon kenpo, jeux de carte avec ses collègues. On s’organise des sessions cuisine, DVD, manga, et discussions sur tout et rien accompagnées d’une bonne dose d’Amaretto.

Plus le temps passe, plus je suis tétanisée. Akira fait en sorte que je me sente à l’aise, mais rien n’y fait. Je commence à paniquer. C’est le choc culturel inversé total. Et puis il y a ces histoires de radiations… Puis, Koichiro doit partir en voyage quelques jours avec sa famille et il a la bonté de me laisser dans son appartement, histoire que je puisse rechercher un logement à Tokyo et préparer mon départ, et surtout: me calmer.

Je suis seule dans ce village où même sortir pour raider un magasin alimentaire me terrifie. Je me sens terriblement étrangère. Et puis il y a le tremblement de terre. Juste un 5.4, ouf, mais quand même.

Je décide de retourner à Taipei. Je réserve mon billet et je recommence tout le fouillis de recherche d’appartement… Je me sens déjà mieux.

Les billets

  1. Une interlude japonaise
  2. Au Japon, je suis l’éléphant…
  3. Au Japon, on a des manières, Madame!
  4. De l’hospitalité au Japon
  5. Japon: étrange solitude
  6. Petits (grands) chocs culturels au Japon
Ciel au Japon
Cet article vous a plu ou vous a servi?

Par Corinne Stoppelli

Je suis Corinne, un petit oiseau libre. Sans domicile fixe depuis 2010, je sillonne la planète à la recherche d'inspiration et de points de vue différents. Sur Vie Nomade, je partage mon regard sur le monde, le temps et le changement, d'une plume sincère et d'un objectif curieux et ouvert. En savoir plus?

Rédiger un commentaire?

(14 commentaires)

  1. Courage, tu vas surement t’y habituer, je rêve moi aussi de visiter le Japon

  2. silecee

    Je viens de tomber sur ton blog…
    Je pense que le problème, c’est que tu as tout de suite débarqué dans une petite ville. Va à Tokyo. C’est très occidentalisé, les gens ont l’habitude des touristes… Tu te sentiras beaucoup moins « étranger ».
    Mais surtout ne reste pas sur cette défaite. La Japon est un si beau pays que ce serait dommage…
    Quant aux radiations et aux tremblements de terre, c’est encore autre chose. Si les deux te font peur, il n’y a malheureusement pas grand chose à faire.

    • Merci Silecee,
      C’était mon objectif d’aller à Tokyo, mais je n’ai pas tenu le coup jusque là. Je ne resterai effectivement pas sur cette défaite, mais je n’ai aucune idée de quand je pourrai y retourner. 

  3. C’est dommage que l’expérience n’ai pas été concluante. J’espère que tu pourras y refaire un tour sous de meilleurs conditions bientôt :)

  4. Merci à tous pour les encouragements. C’est un peu difficile à expliquer, c’est surtout le burn out avant le Japon, j’ai (re)quitté tout mon environnement en Thaïlande, ai foncé à Singapour, à Bornéo, à Taiwan, rencontré mille personnes (dont certaines très attachantes), ai dû me séparer d’une très bonne amie… et puis paf. Le Japon, ses codes, le fait qu’il s’agissait d’un si grand rêve, le fait que tout coûtait aussi bien trop cher pour moi à ce moment, et puis la sensation d’avoir laissé derrière de belles choses à Taïwan… J’ai été déprimée pendant deux semaines à mon retour. Mais tout va bien maintenant ;)

    Je retournerai au Japon pour sûr, quand j’aurai plus de moyens, et serai moins fatiguée.

  5. Quelle expérience ! Il y a effectivement plusieurs facteurs qui se sont cumulés de manière plutôt déplaisante…

    Je te recommande vivement de retenter le coup car je pense que le pays, les gens et la culture valent vraiment d’y passer plus de temps.

  6. Sylvain Bui

    Ce n’est que partie remise ! surtout profite bien de Taiwan :)

  7. Ce n’est que partie remise sans aucun doute. C’est bien d’accepter ses limites de temps en temps aussi, non?
    En tout cas, où que tu sois, profites-en bien chère Corinne :)

  8. Nous sommes restés au Japon 2 mois (1 mois en vadrouille et 1 mois pour travailler sur Tokyo) et au début, je me suis sentie très « étrangère » comme toi. Cela faisait bizarre car ils ont vraiment une culture et des codes très différents des nôtres mais je m’y suis habituée et finalement c’était plutôt rigolo ! J’espère que tu vas t’y habituer toi aussi =)

    • Hello Delphine! (c’était l’an passé, mais c’est vrai que c’est un peu déroutant le manque d’ordre de mes histoires :p) Je me suis plus ou moins *enfuie* vers Taïwan (que j’ai adoré dès les premiers jours) après 3 semaines au Japon! Mais je compte bien y retourner un jour et m’y faire ;)

  9. Je viens de lire tes articles sur le Japon. Je suis certaine qu’un jour tu pourras y retourner dans de bonnes conditions. Vu tout le périple que tu as fait en Asie, je sais que tu en es grandement capable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partagez cet article avec un ami