Vie Nomade

Chaque jour est un voyage

Retour au haut

Roadtrip: Issan, le nord-est de la Thaïlande

En route vers l’Issan, le nord-est thaïlandais, pour un roadtrip de 2’200km à travers la brousse, les villes, les villages et les anciennes capitales de la Thaïlande. Dépaysement garanti!

Au programme: Lampang, Uttaradit, Loei, Udon Thani, Nong Khai, Sakon Nakhon, Khon Kaen, Phitsanulok et Sukhothai.

Quelques faits et recommandations

Roadtrip dans l'Issan, Thaïlande

Nos bécanes et nos bagages bien ficelés

Ce roadtrip prend au minimum 2 semaines, pour avoir une chance de voir quelque chose sur la route et ne pas faire que de l’autoroute entre deux villes. Je recommande chaudement 3 semaines voire un mois, parce que le vrai dépaysement, c’est quand vous sortez de la ville et que vous allez vous perdre dans les petits villages.

Il est conseillé de savoir parler un peu de thaï – les choses basiques suffisent. Car par ici, il sera nettement plus difficile de trouver des gens qui comprennent l’anglais. Aussi, l’objectif étant d’aller à rencontre des autochtones (bien qu’un road trip introspectif peut aussi être une bonne idée) si on n’a pas un minimum de vocabulaire ça ne le fait pas.

 

Road trip Issan

Munissez-vous d’un masque pour éviter une infection des voies pulmonaires…

Au départ du roadtrip, nous étions deux personnes, avec chacune son scooter. Avec un peu de bagages, c’est beaucoup plus pratique pour ficeler à son aise. Par contre à la fin du roadtrip, je n’étais plus qu’une seule personne… ma compagne de route s’est cassé un bras.

À deux, c’est beaucoup plus agréable de faire de la route. Quand on s’arrête au milieu de nulle part, on a quelqu’un pour discuter. C’est un bon moyen de voyager plus lentement aussi.
Tout seul, ça marche aussi! On impressionne plus facilement l’habitant, et puis en étant une fille, on a tendance à se faire aider/protéger plus facilement aussi. Seulement, des fois, c’est rude. Pendant une semaine toute seule, ben on se sent un peu seul malgré les rencontres occasionnelles.

La route entre deux villes est longue. Si vous n’avez pas envie d’avoir à chercher un logement dans le no-man’s land (mais pourquoi pas? ;) comptez 100-300km par jour.

N’oubliez pas de faire des pleins réguliers. À un tiers du réservoir, voire à la moitié. Au début du trip vous trouverez des stations assez facilement, mais dans le grand est… le risque de la panne sèche est imminent. Les seules stations rencontrées sont tenues par les villageois, sans pompe: des vieilles bouteilles de whisky remplies d’essence (qui font l’affaire, ma foi).

Ci-dessous, la carte de mon itinéraire. Elle contient la plupart des points d’intérêts (logement, restauration, bars) où je me suis arrêtée.


Afficher Thaïlande – Issan sur une carte plus grande

Comme mes billets sont plutôt du genre introspectifs que descriptifs, voici une liste pratique de points d’intérêts à ne pas rater sur la route. Notamment où manger, où dormir. Le point de départ est Chiang Mai.

Lampang (105km)

Lampang est charmante, il y a de chouettes bars/restaurants au bord de la rivière. Nous avons aimé le Riverside pour notre dîner (accompagné de musique live) et l’Escape Café au matin pour un petit-déjeuner à base de pâtisseries. Ce dernier offre une connexion wi-fi, non-négligeable.

Malheureusement (ou heureusement) je ne partagerai pas avec vous l’adresse dont je parle avec excitation dans l’article 4 bahts pour votre cafard, madame! Mais vous trouverez facilement des options pas trop chères en sillonnant la ville.

Roadtrip Issan

(photo par Hanna)

Uttaradit (140km)

Nous n’avons pas fait grand chose ici, si ce n’est nous reposer dans une grande villa individuelle qui ne coûtait pas grand chose (350bht / chambre) avec wi-fi gratuit bien entendu, et parking fermé. Le resort s’appelait Pintana, impossible de le trouver sur la carte ou sur le net malheureusement (ce n’est pas un spot touristique), il vous faudra demander autour de vous.

Sur la route...

Sur la route, entre les rizières…

Loei (250km)

Gros coup de coeur pour cette petite ville charmante! Nous avons séjourné à la guesthouse Thuang Sap, qui ne figure nulle part non plus à part dans le Lonely Planet. Pour 300bht/nuit, propre et confortable.

Mais surtout, nous avons dîné comme des reines thaï dans le « célèbre » restaurant Baan Yai qui propose tous les plats traditionnels thaï, mais surtout, les spécialités Issan les plus costaudes, comme une omelette aux oeufs de fourmis rouges, autres insectes, grenouilles, fleurs de lotus, etc. Attention, c’est piquant et accompagné de musique live mielleuse (enfin, comme partout quoi).

Et pour finir la soirée on a trouvé le bar ร้านเดิม (ouais!) qui semblait plutôt populaire, juste à côté d’une discothèque. Ils nous ont très aimablement offert un tom yam aux pieds de poulet pour accompagner la bière.

Roadtrip Issan

(photo par Hanna)

Udon Thani (145km)

Repas au night market de Udon Thani

Repas au night market de Udon Thani

Udon Thani, c’est un peu la grand ville de notre parcours. Nous y avons logé pour quelques jours à Top Mansion, super propre et pas chère (370bht/nuit), salle de bains privée, un balcon, et même une bouteille d’eau gratuite par jour.

Pour manger, il faut absolument s’arrêter au Night Market! Spécialités Issan, mais aussi un tas d’autres choses thaï.

Pour sortir, cela dépend de ce que vous recherchez… Udon Thani est assez branchée sexe du côté touristique (voir mon article), donc si vous aimez les looks dénudés et le voyeurisme, restez dans le quartier. Sinon, plus vous vous en éloignez, plus vous vous approcherez d’une Thaïlande un brin moins criarde. Nous avons aimé (hors de la zone touristique, haha) le bar Moomsabay, un bar sport avec personnel super sympa.

Côté shopping, nous avons adoré le marché Na Kha, plein de vendeurs de biens artisanaux (habits, déco, mobilier, etc), loin des trappes à touriste qui vendent et revendent les mêmes biens copiés-collés.

De jour, pourquoi pas une balade au Nong Bua Park, calme et verdoyant ou à l’immense Prajak Park, où les thaïs font leur jogging, ou se baladent à vélo? On peut d’ailleurs louer vélos et tandems et faire le tour du lac.

Nong Khai (60km)

Nong Khai, ou le point phare de notre expédition. Ma compagne de voyage était partie seule à la frontière du Laos, vers Vientiane. Elle a malheureusement fait un accident et s’est cassé un bras. L’hôpital est très bien en passant, sauf que ça ne parle pas beaucoup d’anglais.

Nous avons donc été forcées de s’arrêter quelques jours à Nong Khai, et tant mieux en fait, parce que la guesthouse que nous avons trouvé était un vrai havre de paix et de rencontres incroyable, qui plus est, posée droit en face du Mékong.
Mut Mee a été sans aucun doute la plus chouette guesthouse qu’il m’ait été donné d’habiter. Avec ses salles de bains privées style jungle à moitié en plein air, ses seaux de cendres, pour se chauffer les pieds, ses menus incroyables et délicieux, sa péniche-bar amarrée sur le Mékong (Nagarina) et la gentillesse de tout le personnel.

Le jardin de Mut Mee, au bord du Mékong

Le jardin de Mut Mee, au bord du Mékong (photo par Hanna)

Sakon Nakhon (220km)

À partir d’ici, j’ai dû tracer de plus longues distances, seule, afin de réussir à revenir à Chiang Mai à temps pour un mariage. On a renvoyé le scooter de mon amie par la poste (!) et elle-même dans un bus. Tout s’est bien passé pour elle.

J’ai logé à Sakorn Apartments (350bht/nuit) dans une chambre double bien équipée. L’ambiance à l’hôtel est un petit peu froide, mais cela fait tout à fait l’affaire. C’est propre! C’est là que j’ai rencontré Mr. Tum.

Pour manger, je n’ai relevé que ร้านอาหารจานเปล (désolée!), une jolie carte, un bon café, et un setting plutôt romantique. Mis à part ça, on ne peut pas vraiment se tromper, il suffit d’aller dans le petit restaurants de rue où vous trouverez le plus de gens assis ;) Il n’y a pas de touristes, donc pas de restaurants à touristes non plus.
Oh! Il y a aussi le Night Bazaar où vous trouverez largement de quoi vous remplir la panse pour un rien.

Khon Kaen (210km)

J’ai logé à Saen Sumran, des chambres boisées littéralement énormes pour un prix tout petit (200bht/double) avec salle de bain privée. On peut difficilement faire mieux en termes de rapport qualité/prix. Bon la propreté n’était pas des plus exceptionnelles dans la salle de bain, mais c’est pour une nuit, allez!

Et niveau bouffe à ne surtout pas rater l’impressionnant Fairy Night Bazaar (un night market pour changer ;) tout sur une immense route, bondé, il fait plaisir à voir… et à déguster. Faites-moi le plaisir de tester un yam woon set pêt mak mak et revenez-moi avec des commentaires (si vous n’êtes pas mort étouffé).

Roadtrip Issan

(photo par Hanna)

Vers Phitsanulok…

Et là c’est l’aventure. Faites un plein dès que vous voyez une station d’essence, vous ne le regretterez pas. Enfin, une panne c’est sympa pour avoir des histoires à raconter, mais bon… Il n’y a pas beaucoup de traffic dans la région… si ce n’est pour les éléphants sauvages! Mais je m’estime heureuse de ne pas en avoir croisé sur ma route.

Coffee Love

Une pause bien méritée au Coffee Love

Mon but originel était de me rendre à Ban Kham Pia, un petit village à l’est, où l’on peut apparemment dormir dans les arbres et observer les éléphants en liberté. Mauvais timing et accident m’ont forcé à y renoncer. Mais vous pourriez le faire, vous!

Sur la route, nombre parcs nationaux où vous pourriez aussi vous arrêter. Le paysage est délicieux, ainsi que la route à travers la jungle, bordée de signaux « attention, éléphants » (ça change des vaches, hein).

Arrêtez-vous à Coffee Love, à Ban Fang (16.485061,102.562952), un petit café surréel et kitsch, posé au milieu de nulle part, avec un personnel super sympa qui vous fera la causette.

Il y aussi une tour d’observation dans la jungle (16.724824,101.581907), si vous avez de la chance, vous pourrez peut-être apercevoir les éléphants… et nombre autres bestioles de la région.

Phitsanulok (320km)

Roadtrip Issan

(photo par Hanna)

Phitsanulok est magnifique, sise sur sa belle rivière, romantique à souhait surtout la nuit tombée. L’une des plus anciennes villes de Thaïlande, fondée il y a 600 ans, elle fût aussi sa capitale pendant 25 ans.

J’ai logé à Lithai Guesthouse, qui ressemble plutôt à un hôtel un peu rustique, mais avec le confort nécessaire et la propreté attendue. Très proche du centre aussi.

Pour manger, l’immanquable… vous l’aurez deviné: Night Bazaar. Cette fois, celui-ci propose plutôt des fringues et accessoires mais, à l’intérieur, il y a foule de restaurants et bars posés sur la rivière (j’ai choisi ผักบุ้งเหิรฟ้า ริมน้ำน่าน où j’ai été très bien servie).
J’ai aussi relevé un café sympa, pour le petit-déjeuner: It’s a cake! tout proche de Lithai (c’est si vous aimez les petits-déjeuners sucrés et le bon café, of course).

Sukhothaï (60km)

Encore plus vieille! Première capitale du Siam, fondée autour de 1200, c’est un site enregistré de l’UNESCO, le patrimoine mondial de l’humanité. La vieille ville est désormais en ruines, mais on peut encore en visiter les vestiges.

J’ai logé à TR Guesthouse, qui contrairement à celle de Phitsanulok est une vraie guesthouse pour vrais backpackers. Propre, sympa, bien équipée, avec machine à laver et wi-fi et un petit restaurant sur la terrasse. Sukhothaï voit un flux de touristes bien plus important que les villes précédentes, vous aurez l’impression d’être revenu à la normale, si vous partiez de Chiang Mai.

La dernière ligne droite… vers Chiang Mai (310km)

Chaise artisanale à Den Chai

Chaise artisanale à Den Chai

La route fut longue. Sur le chemin, je n’ai qu’une chose à signaler, c’est cet artisan talentueux qui fabrique de tout avec du bois torturé. Lui et sa petite famille tiennent ce mini-business impressionnant… et servent du café aux voyageurs pour arrondir leurs fins de mois. C’est à Den Chai, et ça s’appelle Fresh Coffee. Vous passerez devant, impossible à rater.

Bon voyage!

Billets retraçant le roadtrip dans l’Issan


Par Corinne Stoppelli

Write a comment ↓

15 réponses pour Roadtrip: Issan, le nord-est de la Thaïlande

  1. Isa tout simplement ...

    Beau trip, je ne suis pas allée de ce côté là de la Thaïlande , ce sera pour la prochaine fois …

  2. Bonne idée que de recommander de parler quelques mots de la langue. Lors d’un court voyage en Thaïlande, j’avoue que les quelques mots qu’on m’avait glissé m’ont aidé une fois à me loger, une fois à manger. Ne me les demandez pas, c’était en 2009 !
    Des œufs de fourmis rouges mais ce doit être microscopique, as-tu réussi à les identifier ?
    Mon copain ne connais pas du tout la Thaïlande (et moi si peu) et souhaite faire un jour un road trip de ce genre ? Penses-tu qu’un tel voyage puisse se faire en vélo ?

    • Salut Haydée,
      J’ai même pas goûté l’omelette, honte à moi! Je regrette toujours d’ailleurs. Les fourmis rouges sont pas mal grandes, donc les oeufs aussi (bon appétit!)
      Pour le faire à vélo j’imagine que c’est possible, mais franchement pas très agréable. Il y a d’immenses zones sans rien du tout (il faut même trimer pour trouver une station essence) donc il faut certainement prévoir des réserves d’eau/manger. Et aussi une tente, parce que les logements aussi, à moins que vous fassiez ça à la ‘j’irai dormir chez vous’ ça risque d’être difficile.
      Moi à cause du rush, j’ai fait pratiquement que de l’autoroute (ouin) c’est 1. moche et ennuyeux, 2. dégueulasse pour les poumons à moto déjà, donc j’imagine pas à vélo.
      Je pense qu’il faut changer d’itinéraire et préférer les routes mineures… mais, en fait, des routes mineures y’en a pas des masses…
      Je sais que le Mae Hong Son Loop, plein de gens le font à vélo. Si vous ne connaissez que peu la Thaïlande je trouve que c’est déjà vraiment bien. Mais si vous êtes du genre hardcore / défi, traversez l’Issan! Par contre, il faudra prévoir beaucoup beaucoup de temps (et beaucoup d’anti-moustique :D)
      Je ne peux que vous encourager en tout cas à découvrir cette région, quel que soit le moyen de transport!

  3. Ouhaou, ça c’est de la réponse, on sent le vécu et c’est bon d’entendre ça !
    Je n’y avais pas pensé en effet pour les fourmis « géantes » :p.
    En gros si je comprend bien, faire un tel trajet est peut-être dangereux et je suppose qu’en cas de pépin, il n’y a pas non plus de réseau téléphonique…
    En tout cas je vois mieux le chemin grâce à tes descriptions et pourquoi pas un tour sur L’Issan (même si c’est prétentieux de ma part!)

    • Ah pour les réseau alors non, au contraire, la couverture est excellente pratiquement partout – je crois qu’il y a eu deux spots où je n’en avais pas (bon tu me diras, en conduisant un scooter on regarde pas forcément son téléphone tout le temps :p) mais je l’ai utilisé comme GPS et me suis jamais perdue.
      Je n’irais pas à dire que c’est dangereux, à moins qu’on considère que rouler à deux roues est dangereux partout. Il n’y a pas vraiment de criminalité des routes, on se sent en sécurité partout et les gens sont super gentils/rassurants (quand j’ai fait panne sèche on est allé me chercher de l’essence!).
      Après par contre les premiers secours thaïs… c’est super gentil, mais c’est pas vraiment aux normes. Enfin, quand tu as fait un accident de moto et qu’on vient te chercher avec un pick-up alors qu’on n’est pas censé bouger ta colonne vertébrale… :D
      Et puis aussi ils roulent comme des malades et des fois ils font des dépassements à toute vitesse et ils s’en foutent qu’il y ait une moto/scooter/vélo engagé sur la voie.
      Mais globalement la route est droite. Je ne sais pas trop comment parler de la sécurité parce que ça faisait un moment que j’étais là-bas et j’ai appris à conduire au milieu des fous du volant thaï, donc pour moi ce sont toutes des choses prévisibles… Mon amie par contre, qui me suivait (peu d’expérience de conduite), à peine s’est-elle retrouvée seule qu’elle a fait un accident et s’est cassé le bras.
      Ha non, je crois que rien n’est prétentieux en aventure ^^ C’est juste « on veut ou on veut pas ». Vive l’adrénaline moi j’dis!

    • Je vais parler de mon accident de moto dans le prochain article du coup je crois :p

  4. Merci pour cette longue explication ! En fait lorsque je pensais « dangereux », je me voyais pneus crevés à 100km du premier village sans eau ni provision, tu vois le schéma !? Mais me voilà rassurée.
    Pour l’instant nous avons prévu prioritairement de partir au Vietnam, Laos et Cambodge d’ici 2 mois.

    • Je crois que j’ai compris ça après avoir lu le dossier sur ton site LOL. Non, c’est bon, vous allez vous en sortir comme des rois, haha. Ah je n’ai pas eu l’occasion de visiter le Cambodge – profitez-en bien pour moi :)

  5. Oui j’avais cru comprendre, héhé !
    Ca a du être chaud pour ta copine aussi de devoir revenir aussi. Je ne sais pas quand vous avez fait ce road trip mais comment va son bras !?

    • Oui elle s’en est bien remise! Elle était bien courageuse: quelque jours plus tard on s’est fait un road trip Chiang Mai > Chumphon dans le sud à l’arrière d’un pick up, 5 personnes derrière avec juste des coussins et des couvertures. Elle voulait absolument être à l’air et pas assise dans la voiture :p on était coincés serrés, ça tanguait.

  6. Ah oui tout de même…Je suis impressionné par le périple. Ayant moi-même fait quelques petits road trip en Thaïlande (dans le sud), je trouve ton périple assez osé !

    • C’est vrai que la plupart des gens (et surtout les Thaïs) pensaient que j’étais complètement siphonnée. Je crois que j’aurais cependant plus peur de voyager dans le sud, que je connais très peu et qui semble assez radicalement différent en termes d’accueil :p Tu as voyagé où?

  7. Pour y avoir fait une virée de cinq semaines (en bus par contre, ce n’est pas tout à fait le même « trip ». Disons… différent!), je confirme que l’Issan, c’est À VOIR! Par contre, je dirais que vous survivrez sans problème sans parler le thaï. Mon vocabulaire était beaucoup plus limité que celui de Corinne et je ne me rappelle pas avoir rencontré de problème de ce côté… Bien évidemment, pouvoir échanger quelques mots avec vos interlocuteurs c’est un gros plus, surtout en régions éloignées! ;)

    http://insatiablewanderer.wordpress.com/2011/10/02/thailand-part-3-isaan-a-region-less-traveled/

  8. Je suis parti en Thaïlande hors des sentier touristique et je pense que si je n’étais pas avec mes amis qui parlaient thai, j’aurais à la ramasse! Ce que je peux constater sinon c’est que une fois que l’on a quitté les points touristiques! le prix est réduit de 3 à 5 par rapport aux villes touristiques!

    • C’est vrai que tout est tellement peu cher! Bon à Chiang Mai on trouve déjà de tout vraiment pas cher, mais dans les villes de l’Issan c’est le quotidien, et même les chambres d’auberge sont incroyables pour un prix tout tout tout petit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>