Vie Nomade • Voyage, culture & contre-courant, depuis 2008À proposPresseProContact

Carnet
de bord

Corinne

Bilan: la vie nomade en 2016

Saviez-vous qu’en 2015, je n’ai gagné que 7000€? La fin de l’année, c’est le rendez-vous du bilan annuel, mais c’est aussi le moment où je reçois mon avis de taxation de l’année précédente. De quoi mettre bien des choses en perspective.

Quand les sous (ou leur absence) rythment la vie…

Je vous ai parlé cette année à plusieurs reprises de quelques problématiques financières auxquelles j’ai dû faire face, depuis 2015. Une série d’événements noirs m’ont empêché de vivre dans ma sérénité habituelle et j’en traîne encore les conséquences même si je me relève doucement. Et puis, qu’à cela ne tienne: avec ces 7000€ (et quelques économies, dieu merci) j’avais tout de même voyagé dans une dizaine de pays.

Cette année, le bilan financier n’a certainement pas été bien plus glorieux. J’ai d’ailleurs failli, en janvier, mettre en pause la vie nomade. J’ai même envoyé mon CV à plusieurs entreprises. Pour la plupart, un geste normal; pour moi, qui n’ai jamais été employée, une sorte d’avancée vers l’échafaud: trouver une entreprise dont les valeurs sont en accord avec les miennes semble relever d’une acrobatie digne du Cirque du Soleil. Et quand bien même j’aurais fait l’impasse et serré les dents, qui aurait voulu d’un tel électron libre dans ses rangs? Googlez mon nom et vous me trouverez rapidement associée à la vie nomade et à d’autres suites de mots-clef tels que indépendancesans domicile fixe, style de vie alternatif, vivre de ses passions, etc: pas de quoi inspirer confiance à une entreprise traditionnelle dans un petit pays très traditionnel.

J’ai donc préféré continuer de croire en moi, envers et contre tout. Même après sept ans de vie nomade, vos proches vous encouragent toujours à retrouver une vie normale à peine ils perçoivent une petite difficulté, une ouverture. Mais les opportunités de remonter la pente commençaient doucement à se présenter, alors j’y ai mis toute l’énergie du monde et j’ai continué de serrer les dents encore un peu. La vérité, c’est que je serre encore bien fort les dents, après deux ans de déroute, et que je suis bien chanceuse d’être entourée de proches qui, même s’ils ne comprennent pas forcément mes choix, me soutiennent lorsqu’ils me voient en difficulté. S’ils n’avaient pas été là, je ne sais pas si je serais en mesure de vous parler aujourd’hui.

Confiance en soi et anxiété?

Vingt-six ans de vie avec une confiance en soi avoisinant le 0 tout rond, ça ne se met pas derrière soi avec un petit tour du monde. Le voyage m’a bien entendu énormément aidé (vous le savez déjà si vous me lisez de temps en temps). Mais plus que le voyage en soi, c’était de me mettre face à moi-même, face à la somme des choses à réparer, face à tout ce qu’il me fallait me pardonner. À trente-trois ans, sept ans après le départ, j’ai l’impression d’avoir fait le tour de la terre à pied, toute nue, avec juste une gourde d’eau. On ne finit jamais de mesurer ces cheminements là. Et on ne finit jamais de guérir, d’avancer.

Cette perspective positive m’a énormément aidée à continuer de croire en ma force, car même si l’anxiété liée aux problèmes financiers me paralyse souvent, psychologiquement, je me sens tout de même beaucoup mieux aujourd’hui qu’il y a dix ans: j’ai aujourd’hui confiance en moi, en mes capacités, en mon énergie et je connais désormais beaucoup mieux mes limites. Je ne le dois qu’à moi-même car j’ai fait le choix conscient, il y a sept ans, d’en finir avec toute la pression invisible que je subissais.

En 2016 j’ai donc continué de rendre honneur à ce choix et d’aller en avant, malgré les vents contraires.

Janvier – Tourmente n°1: en train vers l’oubli

C’est désormais devenu un gag récurrent pour certains de mes amis qui, dès que je rencontre des difficultés d’ordre affectif, me conseillent de sauter dans un train (vous avez bien lu, dans, ah! quand même). En vrai, je saute automatiquement dans un train vers quelque part aussitôt que tout vacille, et ce depuis mes plus tendres dix-sept ans. C’est quasiment un rituel: dire aux gens que je me casse, et que je ne sais pas trop bien où et que ça m’importe peu. J’aime l’auréole de mystère qui accompagne ainsi mes départs en incognito, vers un pansement de mes plaies efficace. Le train: mon tourisme médical.

Même si c’était plutôt en fin d’année passée, ce voyage en train en Europe de l’Est s’est conclu à Berlin avec la nouvelle année la plus bizarroïde qui aurait pu être. Mystique? Absolument. Et si vous avez d’autres superlatifs sous la main, je prends.

À lire: Fahrt endet hier (la course se termine ici)

En janvier, vous avez aimé…

… ce fabuleux voyage en train à travers un bout de l’Europe de l’Est: Roumanie, Bulgarie, Grèce et Turquie. Tout le récit est répertorié ici. Vous avez également apprécié mon guide pour un Interrail en Europe de l’Est accompagné de mille astuces pratiques et d’un (petit) budget.

Février – Tourmente n°2: retour en Suisse

Je ne vais pas la faire longue, car c’est plus ou moins ce que je vous raconte dans mon introduction: la recherche infructueuse de job, les remises en questions… Mais aussi, malgré tout, le plaisir de redécouvrir les beaux hivers dans les campagnes de mon pays, mais aussi dans l’une des villes les plus cool de Suisse, Zürich!

À lire: Zürich, une ville à manger des yeux!

Zürich Niederdorf, la vieille ville

Zürich

Entre Morat et Cressier, dans les campagnes suisses

Entre Morat et Cressier, dans les campagnes suisses

J’avoue. Je rêve de m’éclipser sur un voilier. J’en fait l’objectif de toute ma vie! Je n’arrive malheureusement pas à mettre un seul sou de côté et l’objectif de 20’000€ (rien que ça!) pour une première maison flottante prend rapidement un petit air d’impossible.

À lire aussi: Ma maison sur un voilier?

Mars – Tentative de réconciliation de la tourmente n°1: Barcelone

J’ose. Je pensais haïr cette Barcelone, ville-pandore (et non pas pandoro, qui est un gâteau italien bien trop délicieux pour y être associé). Je pensais la haïr, mais un quelque chose me rappelle à elle: l’obsession d’y faire mes premiers pas en reportage vidéo et en film. Ainsi, j’y emmène mon petit-ami de l’époque, un passionné dans ces deux domaines. Ah, mais quel plaisir, les rayons de soleil de ma chère ville! Pendant que tout le monde se les gèle là d’où je viens, je prends mon café sur la terrasse moi, messieurs dames. Tentative de réconciliation absolument réussie: Barcelone, je t’aime, et je te le dis en images qui bougent.

À lire: Les châteaux du bon sens (pyramides humaines)

Vous avez aimé, à Barcelone…

Les romances semblent toujours bien vous plaire et j’en suis ravie! Vous avez aimé les récits Carrer de la Discordia (une renaissance et beaucoup d’amour, sous le soleil) et Paral·lèles, souvenirs d’une rencontre catalane.

Avril – Nom d’une pipe en bois! Quand le monde va mal.

Je m’en vais rencontrer mes collègues blogueurs à Bruxelles (notre congrès annuel bien à nous, le #wearetravel) et l’horreur de l’inattendu se présentent sous la forme de l’attentat dont vous avez tous entendus parler. C’est une salade aigre-douce d’émotions, entre la joie de revoir certains de mes plus chers amis venus d’ailleurs, et la tragédie qui suinte par tous les pores. Difficile de garder son sang-froid, de mettre les choses en perspective. Je traverse les bâches blanches de Zaventem et grimpe sur le premier avion qui décollera de son renouveau.

Vous avez aimé, en Belgique Gand, une flânerie flamande (balade en photos)

Balade en bateau à Gand

Gand, Belgique

Après la grisaille émotionnelle, j’embarque pour une petite île ensoleillée qui remettrait le moral d’aplomb à (presque, on s’entend) n’importe qui: Malte. Les Italiens ont beau s’être appropriés de la dolcevita, ici on n’est pas en reste. Je suis séduite par ses beaux murs, ses flots d’un bleu profond, ses gens passionnées et ses saveurs méditerranéennes. Je crois que je tiens ma réconciliation n°2!

Vous avez aimé, à Malte…

Vous balader en photographie et en poésie dans les ruelles de La Valette, de Mdina et sur les plages maltaises… D’ailleurs, si vous prévoyez une escapade ce printemps, vous trouverez dans ces pages un guide de mes meilleurs adresses à La Valette.

Birgu (Vittoriosa) Malte

Birgu, à Malte

Mai – Désert

Israël, because. Quelle claque! Je tombe amoureuse du Moyen-Orient, dans lequel je n’avais que vaguement mis les pieds fin 2015 (l’une des étapes de mon voyage en train dans l’Est était Istanbul). Au coeur du désert, je revis. J’apprends en force, je suis entourée, je retrouve le plaisir d’être dans l’inconnu, qui me sied si bien.

Vous avez aimé, en Israël…

Prendre un bon coup de soleil avec moi dans le désert du Néguev, mais surtout, découvrir une communauté pas comme les autres, basée sur le partage, l’amour et l’utilisation consciente des ressources de la terre: le kibboutz de Beit HaShita.

Bouquetins de Nubie à Mitzpe Ramon, Israël

Bouquetins de Nubie, à Mitzpe Ramon dans le Néguev

Mai, c’est aussi l’anniversaire de mon départ. Je fête le début de ma septième année de vie nomade.

Moineaux à Notre-Dame, Paris

Juin – Racines d’ailleurs

Je suis mandatée par Jennifer, l’une de mes québécoises préférées, à découvrir une région de chez elle au nom des plus curieux, l’Abitibi-Témiscamingue. Qu’est-ce que c’est que ça? Je ne sais pas, donc je signe (c’est ma version du je pense, donc je suis). J’y découvre un fabuleux amalgame de racines et de forces de la nature à travers des rencontres avec les Anishnabeg. J’y rencontre aussi un puits créatif sans fond à travers les fils et petits-fils des colons d’alors qui ont su se laisser inspirer par la beauté de leurs terres et de l’autre. C’est qu’il faut avoir envie de rester ou de se rendre dans la région, cachée derrière 360km de réserve naturelle!

À lire: Senneterre-Montréal, à l’envers (une histoire de train)

Pour tout savoir sur l’Abitibi-Témiscamingue

Cette région mystérieuse à l’extrémité du Québec, et ses habitants extraordinaires offre une magnifique opportunité de road trip, d’apprentissage et de découverte. Découvrez tous les articles la concernant dans la rubrique Abitibi-Témiscamingue.

Senneterre-Montréal, en train dans la nature sauvage

Ce printemps je prenais un train mythique au Canada, le Senneterre-Montréal. Une journée à regarder passer une nature grandiose, presque intouchée. Ses minuscules arrêts au milieu de nulle part rappellent de temps en temps qu’il pourrait y avoir une vague présence humaine. Vous pouvez lire tout le récit ici

Senneterre-Montréal, à l’envers


Tourisme Abitibi-Témiscamingue

Posted by Vie Nomade on Friday, December 16, 2016

J’en profite pour revoir ma belle Montréal et toutes les belles personnes qu’elle contient. Je découvre aussi Ottawa avec Evelyne, la fille qui a tracé ses premiers pas en Asie avec moi, il y a sept ans (elle ponctue toujours ma vie de belles surprises) et, ensemble, nous faisons la connaissance de Mailyne, une belle âme avec de grands projets. Cette rencontre finit de me convaincre que Vie Nomade doit accentuer (encore plus!) la différence, la mettre en valeur, non seulement dans la thématique du voyage mais des projets de vie atypiques en général.

Vous avez aimé, à Montréal…

Découvrir les angles insolites de la ville de Montréal, ainsi que ses fast food gourmets!

Montréal Insolite, le guide

Montréal

Juillet – Un autre regard sur l’aventure

À mon retour du Canada je me « pose » mentalement en Europe histoire d’être au plus proche de la Suisse et de mes projets professionnels à faire avancer. J’ai mis du temps à trouver des directions, mais elles ont fini par s’enchaîner: autant le voyage vous remplit d’idées, autant parfois, la somme vous dépasse et il faut alors prendre le temps de se poser afin de retrouver un peu de clarté.

Je rends visite à ma très chère Audrey (compagne de remises en question idéale) dans sa Bourgogne natale et, ensemble, nous entreprenons un road trip dans la nature proche, mais inconnue: la Forêt-Noire. Pour le contexte, Audrey voyage sur un fauteuil roulant de 130kg. Alors l’idée d’aller en nature, de randonner et de faire des activités sportives en sa compagnie, c’était encore une de ces choses que je ne pouvais que signer sans même y penser. Grand bol d’air frais, et confirmation (on ne les compte plus) que la beauté se trouve partout, y compris à quelques pas de chez soi!

À lire: Forêt-Noire: nature sans barrières

Roulettes et sac à dos en Forêt-Noire

Voyage accessible en Forêt-Noire ! La vidéo !

Je suis très heureuse de partager avec vous la vidéo de mon voyage en Forêt-Noire !
Les forêts à perte de vue, la très bonne accessibilité en fauteuil roulant et les rires de Corinne Vie Nomade ont rendu ce voyage inoubliable.
J’espère que vous prendrez du plaisir à regarder ces images. Et qui sait, peut-être que vous aussi vous aurez envie de découvrir cette région d’Allemagne. :)

Sélectionner « HD » pour un meilleur rendu.
Un reportage en collaboration avec Germany – The Travel Destination.

Posted by Roulettes et sac à dos on Wednesday, November 2, 2016

Août – Machine à marcher

Août, c’est le plus beau mois pour être en Suisse: le mois des randonnées, de la montagne, des piques-niques en nature! J’avais pris, depuis le début de l’année, l’initiative de me transformer en machine à marcher afin d’envisager, plus tard, des aventures sans moyens de transport (le manque de sous, ça vous re-conditionne le cerveau). Avec joie, j’ai pu mettre tous les petits muscles acquis à l’épreuve et découvrir des paysages époustouflants dont je dois encore vous parler… Que mon pays est beau, et que j’ai de la chance, ici, d’être entourée de gens qui aiment marcher!

À lire: Ode à la marche, à l’ennui, à la lenteur

Randonnée dans la région d'Oeshinen, au patrimoine de l'UNESCO (Suisse)

Randonnée dans la région d’Oeshinen, au patrimoine de l’UNESCO (Suisse)

Randonnée au Lac Taney, Valais, Suisse

Randonnée au Lac Taney, Valais, Suisse

Vallée du Rhône, vue de Varonne dans le Haut-Valais, Suisse

Vallée du Rhône, vue de Varonne dans le Haut-Valais, Suisse

Septembre – Premiers succès professionnels!

Quel bonheur, j’obtiens le tout premier projet mandaté de reportage écrit, photographié et filmé. Tout ce pour quoi j’ai oeuvré depuis la chute en 2015 a pris doucement et, les rouages bien graissés, je m’envole pour Cologne afin de réaliser une série d’interviews et mettre sur le feu une collaboration fort désirée avec un réalisateur de talent: Florent Dumas.

Spirit of Cologne

{nouveau court-métrage} Cologne. « Je la rencontre en plein élan, au coeur de ma renaissance. Je viens m’en inspirer, y puiser force. » Flootch a su parfaitement transformer mes mots en images qui bougent avec cette délicatesse toute sienne ☺️ On espère que vous allez l’apprécier autant qu’on s’est divertis à vous la préparer!
Réalisation: Florent Dumas / Texte: Corinne / Pour Reiseland Deutschland et VisitKoeln
#jaimelallemagne #urbanCGN #germanytourism

Posted by Vie Nomade on Tuesday, October 25, 2016

Ce mois marque aussi mes retrouvailles avec Jennifer (si vous avez tout lu, mon amie québécoise) qui a décidé de se rendre un Bulgarie un peu comme j’avais décidé de me rendre dans l’Abitibi, just because.

À lire: Au-dessus je flotte, un essai sur la normalité

Cathédrale Alexander Nevski à Sofia, en Bulgarie

Jennifer aux pieds de la cathédrale Alexander Nevski à Sofia, en Bulgarie

Octobre – Se panser en nature

Octobre a été un mois des plus importants pour ma survie mentale: je ne l’ai pas mentionné auparavant, mais j’ai eu une accumulation de (petits) soucis de santé depuis le mois de juillet. J’ai dû mettre en pause mes activités en nature et ma marche bien aimée (qui m’était devenue salvatrice) et le moral autant que le physique ont chuté. J’ai pu bien heureusement reprendre une bonne bouffée d’air frais en Auvergne, le paradis volcanique des randonneurs. J’ai marché, monté à cheval et même grimpé!

À lire aussi: Les géants d’Auvergne

Randonnée dans la Vallée de Chaudefour

Randonnée dans la Vallée de Chaudefour en Auvergne

Et plus que la bouffée d’air frais, ce mois a aussi été un moment crucial pour mon activité ici sur Vie Nomade puisque j’ai enfin mis en ligne le nouveau design du site, sur lequel je travaillais depuis… un an!

Novembre – Devenir ce que je suis

Vous pensiez que j’étais suisse? Et bien non. Malgré ma naissance et mes longues années de vie ici, j’étais (et suis toujours!) italienne. Mais j’avais lancé une longue (et complexe, et chère) procédure afin d’enfin obtenir le passeport du pays que je considère comme ma patrie et j’ai donc été naturalisée. Voilà, oui, maintenant je suis suisse. Non, je suis carrément bi-nationale!

À lire: Ma Suissitude (ou comment je suis devenue suisse)

Dans la continuation de mes démarches professionnelles de forcenée pour faire de tout ce que j’aime mon travail, je me suis rendue à WTM (World Travel Market) l’un des plus grands salons de tourisme B2B du monde. J’ai démarché à fond les manettes. Les résultats se mesureront en 2017: on croise les doigts (ou on serre les pouces, comme on dit par chez nous!)

Vous avez aimé, en novembre…

Vous évader dans la réserve naturelle d’Ao Phang Nga, en Thaïlande, marquée de mille îlots karstiques. Cette région a aussi inspiré une vidéo sur le thème de la renaissance…

Renaître // Phang Nga, Thaïlande

« Je suis allée chercher la beauté du monde, celle qu’on ne regarde plus vraiment. J’ai pris la main de la petite fille qu’on avait tué en moi et je l’ai faite renaître. » Mettez le son, il y a du texte :)
J’ai réalisé ce petit film avec des images tournées en 2015 dans la province de Phang Nga, en Thaïlande.
Amazing Thailand #mathailande

Posted by Vie Nomade on Wednesday, November 23, 2016

Décembre – En amour et en beauté

L’année s’est terminée en douceur, malgré la déprime saisonnière qui accompagne chaque année les fêtes. J’ai tendance à m’en aller très loin, d’habitude, mais cette fois ce n’était pas possible. Heureusement, il y a l’amour. Et l’amour, c’est un joli remède. Mon compagnon m’a invitée en début de mois à découvrir ses origines, la belle Rome où je me suis remplie la panse, les yeux et le coeur (sans ordre particulier).

Vous avez aimé: Lettre à une jeune personne

Tombe du soldat inconnu à Rome

Tombe du soldat inconnu à Rome

En 2017, on continue d’avancer!

Il paraît qu’il est bon de se fixer des objectifs!

  • Découvrir: la Géorgie, l’Azerbaïdjan, la Russie, l’Ukraïne, et certaines des Îles Canaries qui me manquent (Fuerteventura et Lanzarote). Si les moyens y sont, réaliser un vieux rêve de Guyane Française, et pourquoi pas de Belize ou de Corée. On s’en reparle dans le bilan 2017? ;)
  • Atteindre une certaine stabilité financière: au minimum rembourser toutes mes dettes, idéalement acquérir mon nouveau matériel photographique. Tout ce qui viendra en plus sera un immense bonus! Mais dans l’essence, me libérer de la terrible anxiété liée aux problèmes financiers qui m’ont suivie depuis 2015.
  • Continuer d’exercer mes passions: l’écriture, la photographie, le film et me reconnecter doucement avec l’illustration et la musique.

Et vous, quels ont été vos plus forts succès et vos plus belles découvertes en 2016? Et quels sont vos projets pour 2017? Quels qu’ils soient, je vous souhaite toute l’énergie nécessaire à vous dépasser pour aller rencontrer un avenir plus plaisant. Je vous souhaite aussi beaucoup, beaucoup d’amour!

Par Corinne Stoppelli

Je suis Corinne, un petit oiseau libre. Sans domicile fixe depuis 2010, je sillonne la planète à la recherche d'inspiration et de points de vue différents. Sur Vie Nomade, je partage mon regard sur le monde, le temps et le changement, d'une plume sincère et d'un objectif curieux et ouvert. En savoir plus?

Vous avez aimé? Faites-le savoir!

La Newsletter Nomade

100% naturel et sans spam
lisez la notice pour en savoir plus

J'aime Vie Nomade!

Rédiger un commentaire?

(37 commentaires)

  1. Grand adepte du mélange, je me propose de croiser les pouces pour ton année 2017 Corinne. Ton blog reste un bouffée d’air frais dans un univers qui déborde de SEO et autres concepts marketing, qui, même s’ils sont sans doute efficaces, aboutissent pour la plupart du temps à du contenu que je qualifierais d’efficacement ennuyeux et normatif.
    Et comme ça ne saurait nuire, je vais également croisé mes deux gros orteils ;-)

  2. Tu es Suisse? Wouhou!!!!! Enfin! Je suis certaine que tu récolteras tout ce que tu as semé en 2017. Si tu vas en Guyane française, tu me fais signe: c’est sur ma liste depuis déjà trop longtemps! Bonne année!!!!

  3. Coucou Corinne,
    ça fait bien trop longtemps que je ne t’ai pas lue. Que j’aime tes mots, et la sensibilité et la douceur qui émanent de tout ce que tu fais… je visionne tes vidéos pour la première fois et j’adore comment tu mêles les beaux mots aux images animées, ça change (en très bien) de ce qu’on voit (partout ou presque)…
    A très bientôt ma belle, j’espère te recroiser vite en 2017 (j’ai un grand canapé dans un grand appart (enfin) qui t’attend quand tu veux à Paris!)

    • Ma chère Aurélie <3 Merci tout plein! J'espère aussi pouvoir te revoir bientôt, ça fait trop longtemps. Et merci pour le canapé, je me réjouis déjà d'y être :)

  4. Quelle année humainement fructueuse quand même ! :) Moi je dis bravo de continuer d’aller de l’avant malgré ce poison qu’est l’anxiété financière, ça ne devrait pas nous rendre malade ni nous paralyser, mais c’est pourtant le cas la plupart du temps, hélas ! Tout cela va porter ses fruits, c’est évident, et quand je repense à l’époque où tu ne faisais que parler de ta future vie nomade, quel chemin parcouru ! Et tu n’es pas au bout de tes aventures ! :) Plein de bisous ma Corinnette <3

  5. Escudero Michèle

    De tres belles photos de vos périples. Je vous souhaite donc pour 2017 la réussite de vos projets avec l’appui financier nécessaire afin de ne plus être tourmentée par cette question; enfin toujours une bonne santé ; et l’amour toujours!!

  6. Bravo pour ton courage et la ligne de conduite que tu te donnes !!! Pour moi le bilan 2016, c’est de m’être posée et d’avoir acheté une petite maison … 2017 sera l’année pour la rendre habitable, et là, j’aurai ce « fameux endroit d’où partir et où revenir » … Je te souhaite une année 2017 marquée par l’abondance de tout ce dont tu as besoin !!!

    • Merci beaucoup pour ton soutien répété, et quel plaisir de lire ça, bravo pour ta maisonnette! Je te souhaite bien du plaisir à en faire un petit nid douillet, loin des soucis!

  7. Evelyne

    Salut ma chère Corinne!
    Comme tu n’arrives pas à tenir en place (même avec des soucis financiers!), je te souhaite une année 2017 remplie de projets professionnels enrichissants qui t’amèneront dans des endroits qui te sont encore inconnus sur notre belle planète, pusique tu as ce don de nous partager tes expériences de manière si poétique et pratique à la fois. Il me semble que si je fais le décompte des dernières années, ça serait à mon tour d’aller où tu seras en 2017… À voir! xxx

    • Ouiiiiii viens, je t’attends… quelque part, où tu veux ;) Merci ma belle, pour tout. Et à toi une année 2017 aussi sereine que possible, avec aussi un max de projets enrichissants!

  8. Je n’ai pas toujours le temps de lire les articles des blogueurs que j’apprécie… mais j’ai pris le temps de lire ce « bilan » : une belle session de rattrapage. J’ai un peu l’impression de mieux te connaître rien qu’en lisant ces quelques mots…

    • Merci Philippe (j’écrivais Philippe et Philippines est sorti à la place, haha! je crois que j’ai besoin d’une île :p). Je te souhaite tout le meilleur pour l’année qui vient et au plaisir de se recroiser bientôt :)

  9. Alcimek

    Ta liste de destinations envisagées en 2017 est parfaite ! Je vais me régaler à te lire l’année prochaine car tous ces pays sont de ceux que j’aimerais découvrir en premier. L’Ukraine, la Russie, l’Azerbaïdjan, mais tu lis dans mes pensées ou quoi ? :-)

    Ta sincérité quant aux soucis financiers (tu aurais pu nous décrire une vie de winneuse, tout de même ;-) ), tes interrogations, tes introspections même, te rendent tellement plus proche. Pour moi, il y a deux styles de voyageurs : ceux qui énumèrent tout ce qu’ils ont vu du monde pour, derrière un vernis plus ou moins joli, nous montrer à quel point ils sont intéressants et supérieurs au commun des mortels. Et ceux qui se livrent, qui ne peuvent s’empêcher de nous crier silencieusement ce qu’ils ressentent, de partager ce que leur procure leur passage sur Terre, non pas pour qu’on leur dise « Bravo » mais, par espoir qu’il soit possible de partager avec quelqu’un ce genre de sentiments.
    Je ne sais pas quel genre de personne tu es « hors-écran », mais tes mots me font penser que tu es de la deuxième catégorie.

    Je suis un ancien « vagabond » qui n’arrivait pas à tenir en place durant des années, allant de saisons dans les Alpes en voyage à pied et toile de tente (en Roumanie une fois, d’ailleurs). J’ai moi aussi durant des années senti ce besoin du train dès que les choses devenaient pesantes. Mais je ne me suis pas réconcilié avec Barcelone encore, lol. Aujourd’hui jeune père de trois merveilleux enfants, je ne peux bien entendu plus mener cette vie. J’ai d’ailleurs également connu les problèmes financiers en tentant de continuer une vie de voyageur avec mes enfants, et également connu la looooooongue remontée de plusieurs mois voire années. Ainsi que la santé qui va moins bien à cause du stress. (Il y a aussi le fait que nous ayions passé le cap de la trentaine, mais chut). Aujourd’hui je me contente, pour transmettre mes valeurs à mes enfants, de vacances « roots » et de déménagements, de plus en plus loin de ma Normandie natale. Et ça me va comme ça.

    Enfin je m’étale, mais tu m’auras compris, c’est un plaisir de lire tes aventures. On dit que la sympathie c’est la capacité de « ressentir » ensemble. Alors quand je te lis, tu m’es bien sympathique ! :-)

    Continue comme ça et merci de partager tout ça avec nous !

    • Bonjour et merci de tout coeur pour ce beau témoignage!
      Tu as très bien décrit l’idée du partage des sentiments, c’est ce qui m’encourage à écrire. Il n’y a rien qui me fasse plus plaisir que lorsque quelqu’un me dit « je me suis reconnu(e) ici, je me sens moins seul(e) ». Plus jeune, je me sentais très seule dans ma tête, et je pense que le geste d’écrire a contribué à donner du sens à mon existence. Au-delà de faire découvrir aux curieux le reste du monde et ses beautés, et bien sûr d’exercer ma passion, j’aimerais aider à revaloriser la différence, la transformer en un atout plutôt qu’un handicap car il n’y a rien qui me révolte plus que de voir le potentiel et la passion de certaines personnes mis au tiroir, au profit d’un existence perdant son sens. Et je crois que le premier pas vers ça, c’est d’ouvrir le dialogue et montrer que le chemin n’est pas sans difficultés, mais qu’il est possible.
      Certaines personnes n’ont pas besoin de voir quoi que ce soit pour comprendre l’essentiel et je les admire. Mais pour les autres, comme moi, le voyage est une formidable béquille, une aide à la marche, quelque chose dont on ne peut être que reconnaissant.
      Je pense toujours que si j’avais des enfants je voudrais les prendre sur l’école de la route avec moi, mais mon incapacité à gérer mes finances me fait gentiment écarter cette idée :p Peu importe, finalement, tant qu’on trouve son équilibre et son bonheur? Je te souhaite tout le meilleur, dans ta lente itinérance familiale :)

  10. Ton récit de me laisse pas de marbre ! Quel courage tu as eu cette année, avec une très belle récompense pour toi avec ce reportage à Cologne. Je te souhaite le meilleur, je vais suivre tes aventures :)

  11. Su-Su

    Chère Corinne, quel bilan 2016, qui s’achève sur du positif! Pour 2017, je te souhaite plein de beaux voyages et que tes rêves se poursuivent sous les meilleures auspices. Ton billet sur ta naturalisation m’a beaucoup émue, sûrement parce que ton chez toi (en face de ce drôle de creux dans le Jura) c’est aussi chez moi!
    Au fait, nous sommes allés en septembre à Lanzarote et nous avons adoré! Surtout grimper sur des volcans!
    Même si cela fait quelques années que nous ne nous sommes pas revues, je pense souvent à toi et continue de suivre tes aventures par ce blog…
    A toutes nos aventures d’adolescentes!
    Su-Su

    • Ma chère Su, merci pour ton message qui me touche beaucoup! J’espère que tout se passe bien pour toi et je te souhaite aussi le meilleur pour 2017. Je pense souvent aussi à toi, et à nos aventures, spécialement quand je me retrouve en face du fameux trou, haha :) Gros becs.

  12. Sache que ton blog me fait toujours du bien et m’inspire, moi qui suis nomade depuis deux ans et en hésitation permanente, selon les bons et les mauvais mois, entre le fait de continuer sur cette voie et de retourner à une vie plus rangée. J’envoie des CV, puis j’hésite, et puisy a un super mois et des super projets, etc. Je cherche peut-être une situation hybride, à mi chemin. Je tâtonne. Et ça fait du bien de lire les autres dans ce cas.
    J’adore ton blog, ta sincérité et la beauté de tes images !

    • Merci beaucoup :) Je crois qu’il y a des rythmes dormants subtils à cerner, des rythmes qu’on a oubliés après des siècles de sédentarisation et auxquels il nous est difficile de nous reconnecter. Il y aura toujours un temps pour se poser et un temps pour bouger, j’en ai désormais la certitude. Hybride it is!

  13. Pendant un temps j’ai délaissé fortement les blogs de nomade. Car après un an de nomadisme, la vie nous a poussé dans une maison et que je suis toujours à la recherche de l’équilibre qui me permettra de repartir. Mais ton bilan me rappelle pourquoi je lisais plus souvent ton blog, car tu es juste et entière avec tout ce que cela implique.
    Je te souhaite le meilleur pour 2017.

  14. marquises

    Bonjour !!!! :)
    Cela fait un moment que je suis tes aventures et j’aime toujours autant. J’ai prévu un tour du monde de minimum 1 an fin 2018 je voyage depuis un certain temps, mais si un jour il y avait la possibilité de se retrouver dans un salon de thé simplement et de partager nos expériences, j’en serai vraiment ravis, car il y a temps à raconter!!!! et j’ai le sentiments que pour les voyages, il y a que les personnes comme toi, moi ou autre passionné(e)s de voyage qui
    pouvons réellement comprendre ce qu’on ressent au plus profond de nous même et pourquoi on fait cela.

    • Bonjour et merci :) Oui en effet, je suis d’accord avec toi (surtout quand souvent, on ne sait pas bien se l’expliquer soi-même :p). Avec plaisir si nos routes se croisent! Je te souhaite une belle préparation de voyage!

  15. Et bien dis donc… quelle année !
    Ravi d’avoir pu contribuer avec ce projet à Cologne à ce récap des 12 derniers mois.
    Ravi de la collaboration qui s’est installé toute seule, naturellement avec toi.
    Je te souhaite aussi le meilleur pour cette année 2017 et pourquoi pas de pouvoir repartir avec toi ! ;-)

    A bientôt,
    Amicalement,
    Flootch

    • Coucou Flo, merci, ça me fait ultra plaisir de le lire! Et ce serait génial qu’on puisse repartir c’est clair, je vais faire tout ce que je peux pour :) À bientôt!

  16. Ah les bilans annuels des blogs… D’habitude, ils ne suscitent pas mon intérêt mais puisque c’est toi, Corinne, c’est vraiment autre chose (positivement parlant évidemment) ! :-)

    Je suis d’accord avec Laurent onechai (bon, en même temps, c’est le seul commentaire que j’ai lu) et bien que je ne suive aucun blog rigoureusement, vie-nomade fait partie des quelques uns sur lesquels j’aime garder un oeil et venir m’y évader une fois de temps en temps. Et puis faut dire que tout le monde n’a pas une plume aussi jolie et agréable que la tienne !

    La régularité n’est franchement pas mon truc, je laisse mes envies me guider et je pense que tu comprends ce que je veux dire mais l’idée n’est pas de développer ce sujet ici. Tout ça pour dire que je garde toujours un oeil sur vie-nomade, irrégulièrement, mais quand même haha ! :-)

    À la base, je voulais simplement te mettre un petit mot pour te dire que j’aime recevoir et lire ta newsletter, même si je l’ouvre des jours voire des semaines après l’avoir reçue… J’ai aimé lire ton bilan de 2016 et je ne peux que te souhaiter le meilleur pour 2017 et pour ta vie en général.

    Merci de partager ce que tu vis, ce que tu ressens, ce qui te chagrine, sans filtre. J’espère que 2017 te permettra de t’alléger de ces choses qui te pèsent et que tu pourras profiter pleinement de chaque moment.

    À bientôt j’espère ! :-)

    • Ma chère Cynthia, juste un énoooorme merci :) C’est aussi grâce à ton soutien et à tes gentils mots que les moments de doute s’évanouissent plus vite. Quand on travaille tout seul dans son coin, malgré les likes et shares divers, ces choses-là, ce temps que tu prends, fait largement la différence (et je pense que tu le sais bien)! Je suis une bien piètre lectrice, coincée dans mes mille problématiques à résoudre, certainement pas la personne qui partage le plus ou qui prend ce temps, comme toi (et j’en culpabilise parfois) mais paradoxalement cela me fait me sentir encore plus reconnaissante. J’espère qu’on pourra se croiser, qui sait pour une virée à deux roues quelque part ;)

      • Cynthia Castelletti

        Avec plaisir, vraiment.
        Oh oui, je le sais bien ! :-)
        Mais non, faut pas culpabiliser, je ne suis pas le meilleur exemple et je ne prends pas toujours le temps qu’il faudrait mais ça m’arrive.
        Oui j’espère aussi qu’on pourra se croiser ! :-)

  17. Bonjour ! Je suis déjà passée par ici mais sans commenter je crois, alors je me lance sur cet article et je te souhaite une très belle année 2017, avec de bonnes surprises et de beaux voyages :-)
    Ici, après un deuxième voyage au long cours en 2016, 2017 s’annonce sous le signe du changement d’air… Nous quittons Paris pour la Réunion, une nouvelle vie en perspective.

    • Bonjour Aurélie, merci de tes bons voeux, on croise les doigts! La Réunion, ça fait rêver! Bravo pour ce choix et un très beau voyage à vous :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez cet article avec un ami