Vie Nomade • Voyage, culture & contre-courant, depuis 2008À proposPresseProContact

Histoires
d'ailleurs

Corinne

Bords de mer bulgares, silencieux

Que faire à Bourgas? Sortir de Bourgas peut-être. Vrai, je ne suis pas vraiment là pour la bonne saison, si tant est que le concept soit valide. C’est certainement différent lors des beaux jours.
Bourgas, Bulgarie

C’est la suite de: Radiographie de Veliko Tarnovo

Informations pratiques

Si vous êtes à la recherche d’informations pratiques sur Bourgas (ou Burgas) (où manger, comment se rendre à Nessebar ou Sozopol, etc.) rendez-vous à la fin de ce billet!

Ma petite guesthouse est tenue par le one-man show réaliste de son propriétaire, un grand bulgare aux yeux clairs à tout faire: gérer, nettoyer, réparer, faire la lessive. Il affiche un petit air déprimé touchant. Lorsque je lui demande « Comment ça va, ce matin? » Il me répond un « Meeeeh… » accompagné d’un geste oscillant de la main. Il est magré tout des plus attentionnés pour ses invités: il fait sécher ma lessive pièce par pièce sur le radiateur. Alors il m’amène un set de collants, slip et chaussettes aussi vite que possible pour s’assurer que je ne manque pas d’affaires à porter… le temps que le reste soit prêt.

Je suis venue à Bourgas principalement pour sa situation: juste entre deux jolies petites villes, Nessebar et Sozopol, pas accessibles en train. En attendant le jour approprié pour les découvrir, je me balade dans le jardin marin de la ville et son impressionnante jetée qui me permet de faire quelques pas (mes premiers!) dans la Mer Noire, tout en restant au sec et dans une chaleur relative (il fait 3 degrés et le vent me gèle les doigts). De rares passants longent la mer ou s’en vont, comme moi, se prendre une grosse bouffée de vent salé, au bout de la jetée.

Bourgas, Bulgarie

Au parc, une ruée de moineaux affamés s’approchent de moi. Pique-nique dans le sac, je sors une tranche de pain que je partage allègrement avec eux. Une Bulgare d’un certain âge me lance quelques mots de loin, mais je ne comprends évidemment rien. Lorsqu’elle s’approche je lui propose une tranche de pain. Nous nourrissons toutes les deux les bestioles jusqu’à ce qu’elles soient totalement repues.

Burgas, Bulgarie

Le lendemain, je prends le minibus probablement le plus secoué d’Europe pour me rendre à Nessebar… rendue à l’état de ville fantôme. OK, ce n’est vraiment pas la saison… Autant j’aime bien découvrir des lieux qui ne soient pas bondés par les touristes, autant me retrouver dans une ville carrément pensée pour le tourisme et totalement vide me fait me sentir, comment dire, pas à ma place du tout. Je croque quelques clichés et fuis me réfugier dans un café.

Nessebar, Bulgarie

Nessebar, déserte…

Nessebar, Bulgarie

Toujours Nessebar…

Nessebar, Bulgarie

Holy cow, des gens!

J’espère que demain, samedi, Sozopol sera un peu plus vivante, tant touristique qu’elle puisse l’être. En attendant, je retourne chez mon propriétaire déprimé, en compagnie de l’étudiant bulgare qui est toujours là, mais qui ne pipe mot, et de l’Islandais seul au monde qui radote à l’infini. « On dirait un cast pour un roman de Gogol… ou de n’importe quel auteur russe, en fait. », me dit un ami. J’approuve et j’écris.

Bourgas en pratique

Manger à Bourgas

Le Pelican est le restaurant le mieux noté de Burgas, et à raison. Une attention toute particulière est portée à chacun des plats, y compris à l’apéritif offert: quelques tranches de pain maison grillé, accompagnée d’un beurre exquis arômatisé aux herbes fraîches, fruits rouges et pelures d’orange. Je ne verrai plus jamais le beurre de la même manière! Le service est irréprochable.

Restaurant Pelican, Burgas Restaurant Pelican, Burgas

Les habitants de Burgas se rendent tous au Happy! Bien que je n’aie pas eu des masses de temps pour découvrir la Bulgarie (à peine une semaine!) ce n’est pas le premier restaurant de type diner à l’américaine que je croise. Et quel succès! La carte, immense, est un joyeux mélange de bar food du monde, des sushis aux boulettes bulgares. On ne s’y rend certainement pas pour la haute cuisine, mais plutôt pour l’ambiance 100% de la place et le gras (oh oui, le gras, visez-moi ces frites aux fromage de chèvre)!

Restaurant Happy, Burgas Restaurant Happy, Burgas

Se rendre à Nessebar ou Sozopol

C’est un peu compliqué. Parce que les horaires de bus ne sont pas affichés en Anglais. Il s’agit de mini-bus qui partent d’autour la station de bus centrale (près de la gare, en plein centre). Celui pour Nessebar est du côté de la gare et celui pour Sozopol de l’autre côté de la route. N’hésitez pas à entrer dans la station de bus, vous y trouverez un office du tourisme et ils seront (peut-être!) en mesure de vous aider. Le prix du trajet est d’environ 3€ pour 45min, si je ne m’abuse! Vous grimpez dans le mini-bus, et puis quelqu’un passera collecter vos sous en route.

Lire la suite: Sur un coup de tête, vers Istanbul

Par Corinne Stoppelli

Je suis Corinne, un petit oiseau libre. Sans domicile fixe depuis 2010, je sillonne la planète à la recherche d'inspiration et de points de vue différents. Sur Vie Nomade, je partage mon regard sur le monde, le temps et le changement, d'une plume sincère et d'un objectif curieux et ouvert. En savoir plus?

Vous avez aimé? Faites-le savoir!

La Newsletter Nomade

100% naturel et sans spam
lisez la notice pour en savoir plus

J'aime Vie Nomade!

Rédiger un commentaire?

(7 commentaires)

  1. Coucou Corinne! Superbe photo-reportage qui suffit à nous faire voyager! J’étais en Bulgarie il y a quelques temps, et je prévois d’y retourner dans les semaines qui viennent : tu viens de me donner envie de pousser jusqu’à Bourgas!

    Dis, tu es à Barcelone en ce moment ou toujours en Bulgarie? Si tu es dans l’Est ça me ferait plaisir de te croiser pour un café :)

    Bonne continuation à toi, et j’espère à un de ces jours sur la route!

    • Astrid, merci! J’ai vu que tu étais du côté de la Roumanie et j’aurais adoré t’y rencontrer! Malheureusement je suis à Barcelone déjà… C’était bien trop court ;) Je serai en Suisse ces prochains mois, si des fois ton van passait par là!

  2. Tu me fais vraiment envie de visiter la Bulgarie ! Cela a l’air très chouette, en plus il y a la mer (je suppose qu’il fait plus chaud aussi en été). Les pays de l’Est pourront être une option le jour qu’on a envie de revenir en Europe, donc, je prends note.
    Bises.

  3. VALKOVA

    Retour au pays !Je suis une pure bulgare native de Bourgas et j’ai adoré ton récit !T’as vu juste les gens sont découragés mais accueillant et serviables. Le jardin marin c’est un endroit fabuleux pour moi j’y ai laissé une partie de mon cœur .Toutes ces balades été comme hiver joyeux ou triste c’est toujours le bon choix. J’adore !!! Nessebar c’est fait pour les touristes même si il y a 30 ans c’était beau et sympathique aujourd’hui c’est le désert en hiver . Sozopol c’est notre coin préféréeeee mon chéri adore cet endroit, il est français lui, animé convivial en été ! Mais je pense qu’il y reste encore pas mal de natifs c’est un vrai village à y vivre à l’année seulement différemment suivant les saisons. Les bulgares aiment recevoir et faire plaisir. Tu m’as donné envie de rentrer chez moi la tout de suite ! Même si c’est l’hiver. Merci d’avoir visite mon pays ! Dimi

    • Bonjour Dimi, un très grand merci pour ton message, je suis très touchée que l’article t’ait parlé alors que tu es de là-bas! Bon, j’ai renoncé à Sozopol, mais du coup ça me donne une raison d’y retourner ;)

  4. J’ai aimé cette ballade à petits pas, ainsi que les portraits … aller tremper les orteils dans la mer Noire: un souhait … les photos sont top aussi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez cet article avec un ami