Vie Nomade • Voyage, culture & contre-courant, depuis 2008À proposPresseProContact

Histoires
d'ailleurs

Corinne

Histoires d’eau

Nous quittons Oslo pour Larvik, une petite ville portuaire de Norvège dont nous ne savons pas encore grand chose. Nous y sommes accueillies par Orjan et sa copine, qui nous louent une chambre dans leur très joli appartement avec vue sur la baie.

Cet article est la suite de: Se perdre, à Oslo

Larvik, Norvège

Peu après notre arrivée, Orjan s’excuse, il doit nous laisser. On lui a lancé un défi: il va falloir qu’il se jette dans la mer. Oh! Quelle coïncidence, on m’a justement lancé le même défi. On peut venir aussi?

Mes hôtes norvégiens à Larvik, Norvège

La mer n’est qu’à cinq minutes de marche, alors on descend avec notre maillot de bain sous notre manteau. Les villageois nous regardent d’un air amusé.

On enlève les manteaux, il fait plutôt froid… Quelque chose comme 7°C. Il paraît qu’à cette période de l’année, l’eau de mer arbore une fière température d’une dizaine de degrés. Je m’étais déjà baignée dans des rivières de montagne… mais c’était en été. Bon, on est là, on ne peut plus reculer. Cri de guerre et hop, à la flotte.

Difficile d’exprimer la drôle de sensation de tout ce froid qui enserre votre corps, qui l’opprime. Aussitôt immergée que mon corps s’est mis à courir en sens inverse: « il ne faut pas que je reste là-dedans une seconde de plus ». À l’air, la température semble soudainement plus douce et on se sent bien comme après un sain effort physique.

Cela me rappelle mes douches gelées durant les chaleurs thaïlandaises. Je crois qu’on peut développer une addiction aux chocs thermiques. C’est comme la moutarde de Dijon: de l’adrénaline pour pas cher.

Larvik, Norvège

Larvik

Le lendemain nous devons traverser la Mer du Nord pour atteindre notre prochaine destination, Hirtshals au Danemark. Au loin, je vois notre ferry, le SuperSpeed 2 de la ColorLine. « Regarde Evelyne, c’est le ferry que nous allons prendre! »
Ni elle ni moi n’étions montées à bord d’un bateau aussi imposant auparavant. On a l’impression de partir en croisière.

Ferry ColorLine de Larvik à Hirtshals

Le terminal fonctionne comme un aéroport. Check-in à 15h00, cartes d’embarquement, sécurité (optionnelle), longue attente et puis ouverture des sas pour laisser sortir puis entrer une foule de camions cargo, de voitures, de motos et de piétons. C’est fou, tout ce qui rentre dans cet engin. Et il continue de flotter!

À bord, un immense magasin duty-free, un restaurant buffet, un self-service, du fast food, un bar et même un casino. Nous avons quatre heures à tuer, alors le choix est vite fait: ce sera le bar et quelques bières locales (mais on ne sait plus trop d’où, après tout nous voilà en eaux internationales).

Ferry ColorLine, de Larvik à Hirtshals Ferry ColorLine, de Larvik à Hirtshals
Ferry ColorLine, de Larvik à Hirtshals

Coucher de soleil entre la Norvège et le Danemark

Le soir, nous débarquons à Hirtshals. Le soleil se couche alors que l’on marche vers notre guesthouse. La ville est des plus calmes (et des plus petites). Elle arbore un magnifique phare blanc et une très jolie plage, déserte, de laquelle on voit le SuperSpeed 2 repartir vers la Norvège. Nous regrettons de n’être arrivées que si tard car déjà il fait nuit et le lendemain nous devrons repartir très tôt. C’est ainsi.

Hirtshals, DanemarkHirtshals, Danemark Hirtshals, Danemark

Après une bonne nuit de sommeil nous nous levons en même temps que le drapeau du Danemark, au centre du village. Un vieux accôte son vélomoteur au mât et tourne énergiquement la manivelle qui hisse la bannière dans le ciel gris du petit matin danois.

Gare de Hirtshals, Danemark

Gare de Hirtshals, Danemark

Lire la suite: Natascha, portrait d’une artiste berlinoise

Un grand merci à Interrail France pour me permettre de vivre cette expérience et de découvrir des bouts d’Europe qui me sont, jusqu’ici, totalement inconnus.

Par Corinne Stoppelli

Je suis Corinne, un petit oiseau libre. Sans domicile fixe depuis 2010, je sillonne la planète à la recherche d'inspiration et de points de vue différents. Sur Vie Nomade, je partage mon regard sur le monde, le temps et le changement, d'une plume sincère et d'un objectif curieux et ouvert. En savoir plus?

La Newsletter Nomade

100% naturel et sans spam
lisez la notice pour en savoir plus

J'aime Vie Nomade!

Rédiger un commentaire?

(7 commentaires)

  1. Ah, bah sur la mini vidéo, on n’avait pas l’impression du « il ne faut pas que je reste là-dedans une seconde de plus ». Tu cachais bien ton jeu ;-)
    Pas certain pour ma part que si ce n’est pour un pari « à la con », j’ai l’audace de me jeter dans une mer à 10°, chapeau ;-)

  2. Damien

    Hello Corinne :)
    Je te remercie pour tout ces billets qui me font voyager en attendant d’entreprendre moi même l’exploration de ce monde.
    Je n’ai que 20 ans, il me reste encore deux année d’étude et je vais enfin commencer à préparer ce mode de vie nomade tellement plus passionnant que cette vie banal.
    Continue à me faire rêver pendant ces deux années :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez cet article avec un ami